fbpx

Les véritables versions des classiques Disney

Les véritables versions des contes Disney

Disney n’a rien inventé, néanmoins nous pouvons les remercier de nous cultiver en aventure exaltantes et en chansons entraînantes. En effet, la réalité des contes sont loin de se finir en happy-ending.

Petite Sirène, une version tragique

À quelques détails près, Ariel est loin de finir avec son prince car elle se suicide dans le conte d’Hans Christian Andersen, publié en 1837. L’intrigue reste la même, elle tombe amoureuse d’un homme de la terre et pour le retrouver elle se tourne vers une sorcière qui lui donnera des jambes. Toute magie a un prix, puisque la sorcière des mers ne lui ôte pas seulement la voix mais lui coupe aussi la langue. De plus, chaque pas sur terre est une véritable torture pour notre petite sirène, car elle aura l’impression de marcher sur des couteaux aiguisés.

Petite Sirène, une version tragique
La Petite Sirène – 1990

Le prince tombe amoureux d’une autre fille et décide de l’épouser. N’ayant pas su se faire aimer dans cette version, la petite sirène doit mourir. Désespérées, les sœurs de cette dernière lui offrent une dernière échappatoire : soit elle tue son prince et elle retrouve sa queue de poisson, soit elle meure. L’un des deux est condamné à mourir mais fidèle à son amour, elle se change en écume après s’être jetée du haut d’une falaise.

La Belle au Bois Dormant, une version revisitée deux fois

Si Disney s’inspire de Perrault, lui-même s’inspire d’un conte de Giambattista Basile, daté de 1641, s’intitulant : Soleil, Lune et Thalie. Comme dans le dessin animé, Aurore est maudite par Maléfique lors de son baptême. Sa dernière fée marraine, n’ayant pas encore fait son don, elle change la mort présumée de la princesse par un sommeil profond. Un sommeil qui peut être rompu par un doux baiser d’un prince. Dans la version de Perrault, nous sommes loin du prince charmant bravant le danger pour sauver sa belle puisqu’il la viole. Comme précédemment, la romance entre la princesse et son prince est inexistante. Aurore est toujours endormi, qu’elle donne naissance à des jumeaux. Elle finit par se réveiller et épouse quand même le prince. Suite à cela, la belle-mère tente de tuer Aurore et ses enfants en plus de vouloir les manger.

La Belle au Bois Dormant, une version revisitée deux fois
La Belle au Bois Dormant – 1959

La véritable histoire de Pocahontas

Nous nous écartons des contes pour s’attarder à l’histoire du Nouveau Monde. Pocahontas a vraiment existé et elle était à peine âgée de 12-13 ans lors de sa rencontre avec John Smith au lieu de 18 ans dans la version de Disney. Un homme avec qui elle ne terminera pas comme l’indique le deuxième volet de Pocahontas de Disney. Elle était en effet la fille d’un chef de tribu qui régnait sur la région de la Virginie actuelle.

La véritable histoire de Pocahontas
Pocahontas – 1995

Elle vit au grand jour sa relation avec John Smith mais ils finissent par se séparer. Après avoir été prisonnière, on la force à se convertir au christianisme puis on la renomme « Rebecca ». C’est alors qu’elle rencontre John Rolfe, qui tombe éperdument amoureux d’elle. Il l’épouse mais toujours considérée comme une indigène aux yeux de tous, elle est envoyée en Angleterre, où elle va être exhibée comme un animal et succombée à la maladie en 1617.

Bossus de Notre Dame, un classique de la littérature adoucie

Un classique de 1881, signé Victor Hugo, avec qui Disney a su donner une fin moins misérable à ces personnages. À cause de sa difformité, Quasimodo est caché aux yeux de tous et est élevé en secret par Frollo. Dans cette version, ce dernier est sourd et muet. Et les tourments amoureux ne concernant pas seulement Quasimodo qui aime Esméralda en vain, mais aussi elle-même qui aime à son tour Phoebus, promis à une autre femme. S’ajoute également Frollo qui désire éperdument Esméralda se refusant à lui. Par vengeance, il l’accuse de meurtre, celui de Phoebus, et la condamne à la pendaison. Malheureux face à cela, Quasimodo tue son maître du haut de Notre-Dame, et s’enferme dans une cave glaciale, enlaçant le corps de sa bien-aimée jusqu’à que mort s’ensuive.

Bossus de Notre Dame, un classique de la littérature adoucie
Le Bossus de Notre – Dame – 1996

Hercule, un mythe de référence

Les récits mythologiques sont bien connus pour leur tragédie et Hercule ne fait pas exception à la règle. En effet, il y a un énorme écart entre la version originale et celle de Disney. Dans le film Disney, celui-ci est le fils d’Héra et de Zeus, alors que dans le mythe il est le fruit de l’infidélité de Zeus. Héra étant une femme extrêmement jalouse, se venge sur la bien-aimée d’Hercule, Megara. Elle le frappe de folie, massacrant ainsi toute sa famille.

Hercule, un mythe de référence
Hercule – 1997

Par conséquent, il est banni de l’Olympe et pour se faire repentir de son mal. Il parcourt la Grèce en quête de ses 12 travaux. Hadès n’a absolument rien à avoir dans le malheur d’Hercule ou dans sa quête du héro, à part seulement lors de son affrontement avec Cerbère, le chien à trois têtes des enfers. De plus certaines versions, comprendraient qu’Hercule serait bisexuelle. Et c’est le centaure Chiron qui en charge sa formation, non un satyre. Après de nombreuses aventures de souffrance, les dieux lui accordent le droit de monter sur l’Olympe.

Dites-nous en commentaires si vous aviez déjà connaissance de ces versions ou si cet article est une découverte. Si vous vous voulez plus d’articles concernant Disney, nous vous invitions à lire aussi :

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.