fbpx

Les Milléniaux s’emparent du luxe

Si jadis le luxe était majoritairement réservé à la bourgeoisie établie et à ceux qui payaient leurs impôts depuis plus d’une décennie, aujourd’hui, le changement de cap est clair, les milléniaux achètent, ils investissent, ils sont désormais les publicités vivantes des marques de luxe.

Entre pouvoir d’achat et Valeurs

Nombreux sont ceux qui affirment que les milléniaux nuisent à l’industrie du luxe par des opinions et des valeurs plus engagées. En effet, ceux-ci sont plus sensibles à la cause environnementale, animale, égalitaire… Ils veulent donc, logiquement, que leurs achats soient en accord avec ceux-ci et si, du même coup leur consommation peut prendre la forme d’une dénonciation, d’affirmation ou d’activisme, alors c’est encore mieux.

Les conséquences pour l’industrie de la mode de luxe sont alors assez simples : Si certaines  marques ne s’alignent pas dans les valeurs milléniales, celles-ci auront effectivement un problème. C’est qu’ils sont têtus ces milléniaux! Comme chaque génération, ils veulent faire les choses à leurs façons et si ça ne leur plait pas, quelque chose d’autre leur plaira forcément ailleurs.

En revanche, énormément de marques ont complètement remanié leurs stratégies de communication, leurs intentions de création et parfois même, pour certaines collections, leur public cible, visant exclusivement les milléniaux. Pari gagné pour, entre autres : Balmain, Burberry, Gucci, Vuitton

Connexion réseau

La publicité se fait désormais sur les réseaux sociaux. En effet, une tendance n’en est pas une si celle-ci n’a pas au préalable explosé grâce à une avalanche de «re-tweet», de «like» et de photos instagram. Or, ce sont les milléniaux qui maîtrisent et qui sont majoritaires sur les réseaux sociaux. Outre leur présence internet, les démographes estiment à 27 % le nombre de milléniaux sur la planète. Les marques ont donc tout intérêt à diriger leurs stratégies marketing vers ceux-ci et à développer des campagnes web efficaces.

Sur Internet, vous trouverez des agences telles que MangoMatter Media qui rassemblent différents sites notamment dans le secteur du luxe.

Génération Z

Si la mode a toujours été un formidable outil d’expression et maintenant d’opinion, qu’on le veuille ou non, elle en est aussi une d’étiquette sociale. En effet, l’habit ne fait, certes, pas le moine, mais il permet bel et bien de savoir que celui-ci vit dans une église.

Or, on assiste à un véritable «rajeunissement du consommateur». Maintenant, dès le lycée, les jeunes qui, toujours grâce aux réseaux sociaux, ont accès aux nouveautés par les égéries web des marques et veulent se procurer les derniers items tendance.

Une influence à ne pas sous-estimer

Il est souvent dit que la jeunesse est influençable, c’est donc dire si les répercutions économiques et publicitaires sont bénéfiques pour les marques, lorsque l’un ou l’une arrive en cours avec les nouvelles bottes Céline ou un t-shirt comme des garçons. Alors, démocratisation de la mode ou pression sociale de plus en plus importante? La corrélation est indéniable. D’ailleurs, il ne faut pas oublier que la complexité de la mode réside dans l’individualité et l’authenticité qu’elle procure des individus qui la portent, tout en flirtant avec l’envie d’appartenance à un groupe sociale.

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.