fbpx

Libérer sa créativité, avec Valérie Bogaert et Carole Cesareo

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur tumblr
Libérer sa créativité, avec Valérie Bogaert et Carole Cesareo

« Faire de nos émotions des alliées » : cette maxime, Valérie Bogaert et Carole Cesareo l’ont reprise à leur compte dans leur livre Libérer sa créativité paru aux éditions Vuibert le 26 octobre dernier. À travers cet ouvrage d’autocoaching, elles nous proposent outils, exercices et autres défis pour surmonter nos problèmes, que ce soit sur notre lieu de travail ou à la maison… de façon créative. Dans l’entretien qu’elles nous ont accordé, elles nous ont livré leurs enseignements clés en matière de créativité.

Valérie et Carole ont toutes deux travaillé une quinzaine d’années en entreprise, à des fonctions marketing. Alors qu’elles étaient aux États-Unis où elles se sont connues, il leur a fallu créer leur propre activité. Déjà peintre, Valérie s’est aussi formée à la photographie, réalisant des portraits de femmes indigènes mexicaines. Elle a également documenté la renaissance de la ville de Detroit à travers une série de clichés. Carole, quant à elle, est devenue coach certifiée. Les deux femmes se sont appuyées sur leur expérience du monde de l’entreprise et aussi sur leurs projets artistiques pour se réinventer. En 2016, elles ont monté leur propre structure, Art for Me.

Comme nous l’a expliqué Carole, Art for Me propose « une approche créative par le coaching pour aider à révéler les potentiels ignorés de chaque salarié. Le but consiste à travailler de façon collaborative pour stimuler l’intelligence collective dans un groupe. Cela passe par le biais de team buildings artistiques ».

Libérer sa créativité, avec Valérie Bogaert et Carole Cesareo
Valérie Bogaert et Carole Cesareo (c) Art for Me

La créativité selon Valérie Bogaert et Carole Cesareo

Selon Carole et Valérie, « la créativité, c’est la capacité d’apporter des solutions nouvelles à tout type de problème ». Elles se sont souvenues d’une cliente qui avait cherché à se sortir de l’état d’apathie et d’ennui dans lequel le Covid l’avait plongée. Gérante d’un espace de coworking, son activité était tombée à zéro pendant les restrictions.

Pour s’en sortir, elle s’est formée à la carte mentale. En partant d’une idée centrale, elle en a déduit d’autres idées. « Elle s’est rendu compte que, ce dont elle avait envie, c’était de créer du lien entre les gens. Sur le temps du midi, avant l’épidémie, elle avait eu recours aux services d’une masseuse sophrologue. Son projet tournait par conséquent autour de cette idée de bien-être. En faisant sa carte mentale, elle a réalisé que c’était cela qui l’animait. Aujourd’hui, nous sommes vraiment contentes car elle a réussi à concrétiser son projet, en ouvrant un nouvel espace bien-être ».

Tous créatifs !

Les deux femmes ont soutenu que nous avions tous en nous une capacité créative. Simplement, en adoptant un mode de vie bien réglé et rythmé par nos habitudes, nous la mettons de côté. Or, la créativité est indispensable jusque dans les situations les plus quotidiennes. Que ce soit pour aider ses enfants dans leur apprentissage ; pour aborder une relation personnelle ou professionnelle en évitant le conflit.

Selon Valérie, « on peut ainsi exprimer sa créativité dans la relation à l’autre. Ou alors quand il s’agit de trouver un nouveau nom pour un projet. La contrainte budgétaire peut  également stimuler la créativité, quand on doit par exemple préparer ses vacances avec peu de moyens. Nous parlerons dans ce cas d’innovations frugales ». Dans le monde de l’entreprise, la créativité peut servir à rendre certaines tâches répétitives moins fastidieuses. En s’organisant mieux, le salarié pourrait peut-être se montrer plus efficace et aller plus vite. Mais comment faire pour y parvenir ?

La créativité passe par la confiance en soi, l’intuition, la curiosité, la communication et l’engagement

Selon Valérie, « se faire confiance, c’est vraiment le béaba de la bonne posture pour accéder à sa créativité ». Une fois mis en confiance, « cette petite voix intérieure qu’on appelle l’intuition se fera plus insistante. Cette dernière sera alimentée par votre curiosité ». Cela pourra être un morceau de musique que vous aurez écouté, une conversation à laquelle vous aurez participé, etc. Valérie a continué : « en associant ces différentes observations, vous ferez surgir de nouvelles idées ».

Les thèmes de la communication et de l’engagement interviennent par la suite. « Si vous êtes plus créatif, vous pourrez par conséquent mieux communiquer avec les autres. Vous serez à même d’éliminer toute tension conflictuelle. D’autant qu’il est possible de communiquer autrement, en ayant recours à la pensée visuelle, par exemple. Cette dernière est une manière créative de résoudre les problèmes, fondée sur la modélisation figurative. Dans la mesure où 70% des personnes sont des apprenants visuels, pourquoi n’utiliseriez-vous pas justement des dessins pour faire passer vos messages ? » La communication est donc la conséquence d’une meilleure créativité.

Enfin, pour entraîner vos proches ou votre équipe sur la voie de votre idée créative, il faudra trouver le moyen de susciter leur engagement. Tout comme celui de vos enfants, par exemple, si vous souhaitez qu’ils vous aident à bêcher ou à remettre en état la cabane du jardin.

Se donner une routine créative

Dans leur livre Libérer sa créativité, Carole et Valérie conseillent à leurs lecteurs de se créer une routine créative. Elles suggèrent ainsi de se lancer un défi sur 21 jours. Cela représente une période suffisamment longue pour permettre au cerveau de changer, même de façon imperceptible. Pour élaborer cette stratégie, elles se sont appuyées sur les neurosciences, qui mettent en évidence la plasticité cérébrale. C’est-à-dire la capacité de notre cerveau à changer.

Selon Valérie, « le défi des 21 jours, cela revient à faire une chose nouvelle chaque jour. Vous pouvez commencer par de petites choses. Vous n’êtes pas obligés de viser trop haut, ni trop compliqué. Ni même de vous lancer dans une nouvelle activité qui vous prendra trop de temps ». De plus, il est préférable de conserver une dimension ludique à ce challenge. Vous devez être en mesure de vous dire : « c’est marrant, tiens, ce défi, je vais bien m’amuser ». Par exemple, « si, le weekend, vous avez l’habitude d’acheter un croissant ou un pain au chocolat, essayez peut-être les chouquettes ». Carole et Valérie ont reconnu que cet exemple avait beaucoup fait rire leurs clients.

Sortir de sa zone de confort

Bousculer ses habitudes, cela peut aussi passer par le fait de laisser votre voiture au garage. À la place, il est toujours possible d’effectuer vos petits déplacements à vélo ou à pied. De même, pourquoi ne pas prendre les escaliers au lieu de s’engouffrer, comme à votre habitude, dans l’ascenseur ? « Faites bouger les lignes ! », nous ont encouragé(e)s Carole et Valérie.

Il est également possible de pratiquer ce type de défis dans le milieu professionnel. Par exemple, pourquoi ne pas déjeuner avec de nouvelles personnes ? « Pour une fois, vous pourriez dire à vos collègues et amis que vous ne vous joindrez pas à eux. Que vous souhaitez tester la compagnie de personnes que vous connaissez moins bien, dans le but de les découvrir ». Par leurs conseils, Carole et Valérie veulent entretenir votre curiosité, en vous aidant à ouvrir le champ des possibles. Ainsi, au bout des 21 jours qu’aura duré ce mini-challenge, un changement se sera opéré, même s’il est infinitésimal. Le fait d’avoir quitté votre zone de confort aura permis de libérer votre créativité !

La créativité peut se trouver partout

Avant de conclure notre entretien, les deux autrices ont tenu à montrer que la créativité pouvait se trouver partout, même dans les endroits les plus inattendus ! Valérie nous a ainsi confié que les deux femmes s’étaient retrouvées dans le sud de la France, chez les parents de Carole, pour une semaine d’écriture intensive. « Ils habitent dans un petit village. J’y ai eu la surprise d’entendre des haut-parleurs diffuser les messages de la mairie. ‘Rappelez-vous que ce soir, le camion à pizzas sera stationné sur la place de l’église à partir de 18 heures’. Ce genre d’informations. J’ai alors dit à Carole : ‘c’est génial, comme idée !’ Elle m’a répondu : ‘oui, ils ont toujours fait ça, parce que le village est petit. Il est donc possible d’informer tous les habitants par haut-parleurs’ ».

Au lieu d’avoir une gazette papier coûteuse, ou bien d’avoir recours à Facebook, ce qui exclurait les personnes non connectées, la mairie a choisi de diffuser les informations municipales par haut-parleurs. « J’ai trouvé que c’était vraiment l’exemple-type d’une démarche créative », en a conclu Valérie.

Libérer sa créativité, avec Valérie Bogaert et Carole Cesareo

Laisser un commentaire