fbpx

La marque de joaillerie Laujoa : de Vendôme à Toulouse

La Joaillerie Laujoa : de Vendôme à Toulouse

La haute joaillerie de la Place Vendôme est une inspiration pour beaucoup de créateurs comme Laure. En juillet dernier, la première collection de Laujoa prendre vie. 

Originaire de Paris, Laujoa est une marque de joaillerie française qui ambitionne de donner vie à des bijoux fins et féminins. Avec sa marque, Laure peut enfin exprimer toute sa créativité et instaurer une proximité avec toute sa clientèle.
La collection Vertu est composée de 14 pièces qui peuvent être personnalisées et fabriquées selon les goûts du client. La feuille est le fil rouge de cette première collection. 

Ô Magazine a eu la chance de passer un moment (en visioconférence, bien évidemment) avec Laure et Thomas Jonquères d’Oriola. On partage avec vous notre échange afin que vous puissiez découvrir Laujoa à travers les mots de ses fondateurs.

Depuis combien de temps préparez-vous le lancement de Laujoa? 

Laure : Depuis un an. Je dessine et créé les pièces, donc ça prend un peu de temps. Mais il est vrai que tout a commencé par une simple idée lancée sponatément… Au final, nous l’avons concrétisée et Laujoa est née.
Le lancement a été fait en juillet. Malheureusement, sans aucun événement à cause du COVID-19. Maintenant, nous mison sur la communication digitale, surtout Instagram. 

Parlez-moi de vous deux.

Laure et Thomas : On s’est rencontrés à Paris et maintenant on fête nos trois ans de mariage. Depuis un an et demi à peu près, nous avons déménagé à Toulouse et on s’y plait. Ça change de Paris!

L : La fabrication de bijoux est une passion que j’ai depuis petite, j’ai fréquenté une école de joaillerie et j’ai évolué dans le domaine pendant dix ans en travaillant Place Vendôme. 

Pourquoi associer « joie » avec « bijou » ? 

Thomas : En vrai, c’est un peu un jeu de mot entre notre nom de famille, le prénom de Laure, le mot joaillerie et le sentiment de joie.
Pour nous, le bijou transmet de la joie et rend heureux une personne.

Pourquoi choisir la personnalisation sur toute la collection Laujoa?

L : Pour satisfaire le plus grand nombre. Un bijou est très personnel. 

Quel métal et quelle pierre mettez-vous à disposition pour la personnalisation ? 

L : La personnalisation est limitée. Pour le métal, nous proposons l’or jaune, l’or rose et l’or blanc. En termes de pierre, le choix se fait entre diamants, saphirs bleu, rose ou jaune.
Mais nous sommes flexibles, on peut discuter ensemble si le client souhaite impérativement une pierre spécifique.

Est-ce qu’on parle d’une feuille / fleur en particulier pour la collection Vertu?

L : C’est une feuille, pas une fleur. Je l’ai dessinée en la voulant unique.

Est-ce que la feuille signifie quelque chose pour vous? 

L : Je me suis juste inspirée de la nature. Je voulais une feuille avec du volume. Je voulais aussi de la finesse et de l’asymétrie. Cette feuille a cinq pétales différentes, on a une impression de mouvement et c’est vraiment le fil conducteur de toute la collection.
Elle est assez classique, féminine et adaptable pour que chacun la rend propre à ses goûts.

Vous aimez voyager. Quels voyages vous ont inspiré le plus pour votre joaillerie ?

L : Il y a six ans, j’ai découvert Madagascar pendant trois semaines avec un gemmologue à mes côtés et j’ai eu la chance d’aller dans un atelier sur place. Ensuite, mon voyage de noces en Birmanie et pour finir le Sri Lanka.

Vous parlez beaucoup d’éthique, dites-nous en plus à propos de ce sujet.

T : Oui, noius avons une démarche éthique pour la fabrication. Nous utilisons de l’or recyclé, des diamants d’origine naturelle, non traités et de source légale. Notre fournisseur de pierres est membre de la ICA. 
En plus, pour éviter la surproduction, nous démarrons avec la fabrication seulement après commande. 

Est-ce que vous envisagez la transparence 100% ? 

T : On veut être le plus transparent possible avec nos clients.

Comment vous approcher et gérer les clients?

T :  Avec Laure, on souhaite être le plus proche possible de nos clients. À Paris, on les accueille dans notre showroom, sinon en visioconférence.
La communication entre nous et le client est fondamentale, c’est notre approche et notre valeur ajoutée. 
À Toulouse, si le client le souhaite, il peut venir visiter l’atelier également. 

Votre retour sur cette première collection en période de crise? 

T et L : On est contents, ce n’est pas facile, mais nous avons reçu que de retours positifs. Pour le moment, la plupart de la clientèle est française, mais on vise l’international également surtout dans une période où on va toujours plus vers la digitalisation.

Le “Made in France” et l’artisanat sont aujourd’hui un luxe dans l’industrie de la mode.
C’est pour cette raison que les prix augmentent, mais la qualité des produits et du service n’est pas comparable aux marques de Prêt-à-porter. Et le plus important, c’est que les personnes sont prêtes à y investir.

Anna Guerreiro

Passionnée de la vie, des voyages, de la mode et de la cosmétique, de l'art et le design, de la photographie et de la gastronomie. Étudiante en Master 2 en International Management et en possession d'un Bachelor en Fashion Management.

2 Comments

Leave a Reply

Your email address will not be published.