Avec la crise sanitaire du Coronavirus, beaucoup de Français ont préféré avoir recours aux circuits courts concernant leur alimentation. Les produits locaux et traçables, de meilleure qualité et à proximité ont donc fait leur grand retour sur nos tables. Ils sont parfois plus chers, mais cette manière de consommer plaît de plus en plus. Consommer local c’est bien, mais attention aux arnaques ! 

De plus en plus de produits alimentaires dits « locaux » ou encore « du terroir » sont en réalité importés ou fabriqués industriellement. Une tapenade 100% provençale ? Du miel du terroir ? De l’huile d’olive de Provence ? Beaucoup de produits sont concernés et beaucoup de gens se font arnaquer chaque année, surtout à l’approche des vacances d’été. 

Quels produits locaux sont concernés ? 

Malheureusement, beaucoup de produits sont concernés par ces arnaques. Entre autres les olives (et ses dérivés comme l’huile d’olive et la tapenade), le miel et la charcuterie. Mais aussi le fromage, le nougat ou encore les herbes de Provence ainsi que les fruits et légumes. Les signes apparents de « tradition locale » ou de « produits artisanaux » cachent bien souvent des spécialités qui proviennent de l’Union Européenne ou d’ailleurs dans le monde. 

Pour éviter ce genre d’arnaques, la Répression des Fraudes (DGCCRF) ainsi que l’association Consommation, Logement et Cadre de Vie (CLCV) mettent en place et effectuent chaque année des contrôles de terrain. Ces contrôles cherchent à vérifier qu’aucune infraction ne soit commise. Cependant, un taux d’anomalies qui varie entre 15% et 20% est souvent enregistré. Ces infractions donnent donc lieu à des procès-verbaux et des actions en justice. 

L'huile d'olive de Nyons, appellation d'origine protégée.
Les olives et ses dérivés 

L’huile d’olive de Provence est une appellation protégée. De ce fait, certaines règles s’appliquent pour vérifier l’authenticité d’un produit. L’indication de l’origine du produit est obligatoire, mais attention, l’adresse qui figure sur la bouteille est souvent celle du vendeur ou du conditionneur et ne garantit donc pas l’origine Provence. Pour l’huile d’olive de Provence, il existe 7 AOP (Appellation d’Origine Protégée) : Haute-Provence, Corse, Nice, Nîmes, Aix-en-Provence, Beaux-de-Provence et Nyons. Il existe aussi une AOC (Appellation d’Origine Contrôlée) Provence. 

Ces labels garantissent alors une production locale, ainsi que les labels « Origine France » ou « Produit en France », qui garantissent une production française. Faites donc attention aux indications de provenance comme l’Espagne, l’Italie, l’UE (ou CE – Communauté Européenne) ou encore l’Afrique du Nord. Ces pratiques sont très courantes, surtout sur les marchés touristiques. Faites aussi attention à la composition.

Il existe beaucoup de « contrefaçons » avec des « huiles d’olive 100% vierge » qui sont coupées avec d’autres huiles (de colza ou de tournesol) qui valent beaucoup moins chères. Donc, lorsque vous voulez consommer de l’huile d’olive locale, faites attention aux arnaques.

La tapenade est une recette spéciale, seuls les produits contenant tous les ingrédients d’une tapenade peuvent porter ce nom. Une vraie tapenade contient des anchois et des câpres, si ce n’est pas le cas, c’est une olivade. Enfin, les préparations d’olive, souvent vendues sur les marchés, sont parfois affichées comme des préparations faites maison ou artisanales. Cependant, sachez que si le vendeur a seulement ajouté quelques épices, il est interdit d’appeler cette préparation artisanale ou fait maison

Le miel 
Le miel est lui aussi très controlé avec des labels.
Extraction du miel © Yves Tennevin

Le miel est lui aussi très contrôlé, avec des lois en faveur du consommateur. En effet, tous les pots de miel doivent indiquer l’origine du produit ainsi que le nom et l’adresse du fabricant, du vendeur ou du conditionneur. De plus, les indications comme « miel de pays », « miel naturel », « 100% miel », « miel de terroir » ou « pur miel » sont interdites. 

Faites donc attention à l’origine du miel que vous voulez acheter et choisissez un miel de France ou un miel avec un label. Il en existe plusieurs comme le label rouge, les IGP (Indication Géographique Protégée) Alsace, Provence ou Cévennes, ou encore les AOP Sapin des Vosges ou Corse. 

Bien souvent le miel de « contrefaçon » est en provenance de la Communauté Européenne ou de Chine et contient d’autres ingrédients comme du sirop de glucose. Faites donc bien attention aux étiquettes pour éviter les arnaques ! 

Fini de se faire arnaquer !

En règle générale, évitez les ventes dites « sauvages », c’est-à-dire au bord des routes. Elles ne sont bien sûr pas toutes là pour vous arnaquer, mais c’est souvent monnaie courante pour ce genre d’étal. Préférez plutôt vous rendre sur le domaine du producteur pour y faire vos achats directement. 

Faites attention aux indications « fait maison » ou « producteur » qui sont bien trop souvent synonymes de produits industriels ou importés. Attention aussi aux mises en scène trompeuses. Les drapeaux et les décorations régionales telles que les nappes à carreaux ou les chapeaux de paille ne sont en aucun cas gage d’authenticité des produits.

Enfin, la règle d’or, c’est de bien lire les étiquettes, de faire attention aux appellations protégées et aux appellations qui vous paraîtraient frauduleuses. Pour les fruits et légumes, par exemple, vous pouvez demander à voir la cagette en carton, où l’origine y figure. Attention tout de même aux commerçants qui essaieraient de vous tromper avec une fausse cagette, dans le doute n’achetez pas chez eux. Comparer les prix peut aussi être une bonne solution. Faites attention si le prix vous paraît trop bas ou bien trop élevé. 

En suivant ces petits conseils, on ne vous y prendra plus ! Fini les pièges à touristes ou encore les arnaques sur les marchés. On peut consommer local et soutenir les producteurs, mais il faut faire attention car les arnaques sont partout, et surtout là où on les attend le moins. 

Léa Levy

Rédactrice web

En fin d'études de Master en Journalisme, je suis passionnée par la mode, la beauté et le lifestyle, mais aussi par la culture et l'environnement. Avec moi, on peut parler de la dernière collection Printemps-Été comme de Greta Thunberg !

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.