fbpx

Vingt tics de langage à bannir de votre vocabulaire !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur tumblr
Vingt tics de langage à bannir de votre vocabulaire !

Découvrez les vingt tics de langage à bannir d’urgence de votre vocabulaire. Ces mots et expressions sont à proscrire tellement ils empoisonnent notre magnifique langue française. Voici la liste noire à éviter sous peine de vous fâcher durablement avec la langue de Molière !

« J’aime passionnément la langue française, je crois tout ce que la grammaire me dit, et je savoure les exceptions, les irrégularités de notre langue. »

Citation de l’écrivain français Jules Renard.

Les tics de langage : les maux des mots

Le français est reconnu comme l’une des plus belles langues au monde. Avec ses qualités mais aussi ses défauts. Parmi ses imperfections, nous pensons aux tics de langage. Mais que désignent-ils ?

Intériorisées ou inconscientes, ces habitudes du langage dévaluent notre belle langue française. En somme, ces procédés linguistiques décrédibilisent le discours de l’émetteur. Face à ces hérésies qui font chagriner nos tympans, comment remédier à ce problème ? Nous avons une solution : une sélection de tics avec des suggestions d’alternatives pour sublimer votre vocabulaire.

Grâce à nos conseils, vous épargnerez ainsi les oreilles de vos interlocuteurs. Ces derniers vous remercieront pour ce geste hautement salutaire. Par avance, nous tenons à présenter nos plus plates excuses à tous les amoureux de la langue de Molière !

À lire également : Rédactrices web et mères de famille : l’entrepreneuriat à la maison.

Un jubilé de tics de langage : faites entrer les accusés !             

1 – Au jour d’aujourd’hui

Dites tout simplement « aujourd’hui » car l’expression précédente est un pléonasme qui alourdit votre discours.

2 – En fait

Dans notre panthéon des pires tics de langage, cette expression occupe une place d’honneur dans sa catégorie ! Pour détrôner cette dernière, privilégiez les termes « en l’occurrence », « de surcroît » ou « de fait ».

3 – Je suis sur Paris, Marseille ou Londres

La préposition « sur » est réservée aux grands crus. Si vous ne souhaitez pas déguster une vilaine contrariété à votre endroit, « à » sera l’emploi correct dans la phrase.

4 – Voilà

Optez plutôt pour « j’en ai terminé », « c’est tout pour moi » ou « je vous remercie de votre attention ».

5 – J’avoue

« Je l’admets », « j’en conviens » ou « je le reconnais » sont des choix plus judicieux pour montrer sa position sur un sujet.

6 – On ne va pas se mentir

« Les faits sont là » ou « prenons le recul nécessaire » : ces expressions soignent votre phrasé. Ainsi, votre récipiendaire ne se braquera pas quand bien même vous aurez une mauvaise nouvelle à lui annoncer ! 

7 – Du coup

« Donc », « de ce fait », « partant de là », « en/par conséquent » ou « en conséquence ». Ces expressions nettoieront indubitablement tous les « du coup » ponctuant chacune de vos phrases !

8 – Suite à

Il s’agit d’une erreur courante : « à la suite de » est en réalité la bonne formule.

9 – Dans les années 1965 et 1967

« En 1965 et 1967 ». Il n’y a pas plusieurs années 1965 ou 1967. En revanche, plusieurs années existent durant les années 1960.

10 – Pour être tout à fait franc ou honnête

Choisissez « à mon avis » ou « selon moi » qui sont des options moins « brutales ». Surtout si votre message annonce une nouvelle déprimante !

11 – Donner son go

Un autre anglicisme à éviter. Pour alterner, dites « donner son feu vert » pour ne pas vous froisser avec la langue de Molière !

12 – Je dis ça, je dis rien

Privilégiez l’expression « ce n’est que mon avis ». Effectivement, la phrase précédente n’apporte que redondance et lourdeur à votre discours.

13 – En termes de

C’est une expression calquée sur l’anglais à éviter d’après l’Académie française. Pour y remédier, vous pouvez dire « en matière de », « quant à/au… » ou « sur le point de vue de… ».

14 – Un espèce de

« Une espèce de » est la formule consacrée si vous voulez éviter un regard noir de votre interlocuteur !

15 – C’est de ce sujet dont je parle

Le « dont » est une erreur de construction dans la phrase. Pour rectifier le tir, « que » est la solution de remplacement.

16 – Moi, personnellement

« Selon moi » ou « à titre personnel » sont des choix plus judicieux pour donner une opinion.

17 – Ça fait sens

Il faut éviter cet anglicisme (to make sense en version originale). « C’est logique » sera plus adapté.

18 – Au final

« En définitive », « pour finir » ou « finalement ». C’est une erreur de dire « au final » qui dénote une pauvreté de langage.

19 – C’est clair

« Absolument », « assurément », « évidemment » ou « exactement » sont beaucoup plus riches en matière d’expression.

20 – Bon courage

Un simple « bonne journée » conviendra très bien ! L’expression sous-entend que vous allez passer une mauvaise journée. Ne portez pas la poisse à votre interlocuteur !

En outre, les tics de langage sont les maux et les mots qui empoisonnent notre magnifique langue. Et vous ? Quelles sont vos marottes au quotidien ? Nous serions ravis de connaître votre avis sur la question !  

Laisser un commentaire