fbpx

Soria Jordi, artiste et sculptrice hypersensible

Sculpture de Soria Jordi "Passionnément sentimentale"

Bienvenue à la Galerie Teodora à Paris, dirigée par Hanna Ouaziz. Nous retrouvons l’exposition d’art urbain et contemporain « Femme, je vous aime » et l’artiste internationale Soria Jordi et ses œuvres « Passionnément sentimentale ».

Chères lectrices, Paris et son art se réfugie ce soir, ce 20 juin 2019 à 18h30 à la galerie Teodora pour le vernissage de Soria Jordi. Artiste, sculptrice, sensible et femme, elle peint son histoire d’amour avec l’art : « Depuis toute petite, j’aimais ça. J’avais la chance d’avoir un atelier de création dans la classe. Puis mon père m’a beaucoup sensibilisée à l’art. Il a pas mal créé. Ma mère aussi d’ailleurs. J’adore l’art. Et pour moi la sculpture c’est un bon moyen de se défouler. C’est mon exutoire. »

Pour elle, la création n’est pas une pensée de plusieurs jours. C’est une idée qui la prend, qui s’arrache à elle et qui ne lui donne plus le choix. Elle doit créer : « Je n’ai pas de schéma, d’idée préconçue. J’ai besoin d’y aller. C’est un élan vital, une succession d’associations d’idées. C’est une multitude de réflexions qui me traverse l’esprit sans que je le contrôle. »

La sculptrice parle de cette exposition comme d’un fruit et c’est bel et bien celui du hasard : « C’est une belle rencontre avec Hanna (directrice de la galerie Teodora). Je suis tombée sur son chemin au bon moment. » Sonia Jordi incarne à travers ses œuvres une partie de son identité et une partie d’elle à la volonté de transmettre, de sculpter des valeurs et des idéaux pour la femme. Dans ses créations, la joie et le bonheur sont des états dominants. Mais c’est dans la création que sa souffrance se dessine : « Je suis en interaction avec le monde, avec ce que j’écoute, ce que je vois, ce que je vis. Je suis une éponge émotionnelle, ce qui m’inspire c’est les relations entre les être-humains. »

Ensuite, je me suis interrogée sur l’exposition, son origine, son idée. Pour Hanna Ouaziz, cette exposition est née d’un ressenti, d’un questionnement sur les femmes et leurs positions vis à vis des autres. Notamment de l’homme et de la société. Aujourd’hui, la question de la femme inonde notre quotidien.

Hanna Ouaziz exprime alors le regard qu’elle porte sur la femme : «  Mon travail, c’est de faire réfléchir les artistes. À travers eux, finalement poser des questions dans la tête des gens. Se demander comment eux-même s’approprie le sujet. Il y a plusieurs messages, évidemment, c’est un hommage à la femme que je rends. C’est une valorisation qui a la particularité de donner la parole aussi aux hommes, comprendre comment ces monsieur voient la femme, les laisser aussi nous parler de notre féminité qu’il les inspirent tant. Les femmes sont très peu représentées dans l’art et cette exposition est une forme d’illustration. Pourquoi on aime la femme et y voir tous les point de vus, tous les états. On a d’ailleurs faitune série d’interview où plusieurs femmes, toutes différentes de tous horizons, prennent la parole. Et s’expriment sur les œuvres d’art présentent. ».

Comme le nom de l’exposition l’indique, « Femme, je vous aime” est un cri d’amour de toutes origines et de tout âge pour les femmes.

Je t’invite à te rendre ce soir au coeur du “Carré Rive Droite” au 25 rue de Penthièvre à Paris dans le 8 ème arrondissement. Et ainsi, assister au vernissage de Soria Jordi et découvrir son univers.

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.