fbpx

Little Mix : le cyberharcèlement et la santé mentale

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur tumblr
Little Mix Jesy Nelson

En 2011, les Little Mix, quatuor composé de Jade Thirlwall, Perrie Edwards, Leigh-Anne Pinnock et Jesy Nelson remportent le télé crochet X Factor UK. Elles deviennent alors l’un des plus grands girls bands du monde, comme cela n’était plus arrivé depuis les Spice Girls. Toutefois, le 14 décembre dernier, Jesy Nelson a annoncé qu’elle quittait le groupe pour préserver sa santé mentale. À cause du cyberharcèlement, son rêve de petite fille s’est transformé en expérience la pire de sa vie, confie Jesy Nelson dans son documentaire « Odd One Out« .

Little Mix, un girls band au succès mondial

Ce girls band a connu le succès dès 2011 et son album le plus récent “Confetti” a encore fait un carton dans les charts. Ces quatre chanteuses ont reçu de nombreuses distinctions, aux Brit Awards ou encore aux MTV Europe Music Awards. En outre, elles ont vendu 50 millions de disques et comptent quatre albums certifiés platine au Royaume-Uni à leur palmarès. 

Véritable exemple de talent et de sororité, les Little Mix ont fait danser le monde entier. Parmi leurs succès, on compte des hymnes à l’amour de soi (Strip) ou encore des chansons qui parlent d’espoir, notamment pour les générations futures (Little Me). Elles ont à leur actif des duos avec de grandes stars telles que Nicki Minaj, Jason Derulo ou encore Sean Paul. 

En 2019, les Little Mix ont dévoilé au monde un nouveau projet artistique d’ampleur. En effet, elles sont devenues juges dans l’émission The Search. À cause de la pandémie mondiale, ce projet a été repoussé à la fin 2020. Les chanteuses pourront ainsi passer le flambeau et aider à former un nouveau groupe.

Ce souhait d’aider les autres est aussi mis en avant par Jesy Nelson dans son documentaire « Odd One Out« .

Jesy Nelson documentaire cyberharcèlement
Crédits photos : Compte Instagram de Jesy Nelson (@jesynelson)

Jesy Nelson : victime de la haine en ligne

Dès le début de X Factor, Jesy Nelson a été victime de cyberharcèlement sur les réseaux sociaux, notamment sur Twitter. Elle s’est ainsi faite trollée dès ses débuts sur son absence de talent en tant que chanteuse, mais aussi (et surtout) sur son apparence et son poids. Alors qu’elle n’avait jamais eu de problème avec son physique avant l’émission. 

Harcelée en permanence sur les réseaux sociaux, ces commentaires ont peu à peu eu raison de sa santé mentale.

Son documentaire « Odd One Out »

En 2019, elle a réalisé un documentaire avec la BBC intitulé « Odd One Out« . On peut y voir la chanteuse se confier sur l’enfer du cyberharcèlement. Ce documentaire a connu un franc succès et il a reçu un prix lors de la cérémonie des National Television Awards. Face à la caméra, Jesy s’ouvre sur ce qu’elle a vécu et la façon dont toutes les critiques sur son apparence l’ont complètement détruite

Elle confie avoir développé une obsession pour tout ce qui se disait sur elle. Tous les matins, elle avait pris l’habitude de taper son nom dans la barre de recherches sur les réseaux sociaux. Elle avoue avoir eu des pensées suicidaires, tout en s’affamant des jours entiers dans l’espoir de perdre du poids. Elle se faisait subir cela pour enfin entrer dans les standards de beauté imposés par la société.

Par la suite, les critiques ont eu un impact sur sa vie quotidienne. Elle ne mangeait plus et elle faisait du sport à l’excès. Sur les tournages de clips, elle avait perdu son assurance. Elle a commencé à donner raison aux critiques. Chaque photo qu’elle postait sur Instagram devait être absolument parfaite. Plus rien n’était spontané. Elle se dénigrait au point de se comparer à un « sale rat« .

Jesy Nelson instagram
Crédits photos : Compte Instagram de Jesy Nelson (@jesynelson)

Victime de grossophobie

Le 14 décembre dernier, Jesy Nelson publie un post sur son compte Instagram annonçant son départ du groupe, car elle a besoin de se consacrer à sa santé mentale qui s’est détériorée en raison du cyberharcèlement. Détail important : elle explique également qu’elle ne supporte plus la pression quotidienne du fait de son appartenance au groupe. En effet, les quatre jeunes femmes sont entraînées malgré elles dans une féroce compétition induite par les comparaisons que les fans font entre elles. Pour ces derniers, Jesy est ainsi devenue “la grosse” ou encore “la moche” du groupe. 

Avec son documentaire “Odd One Out”, Jesy Nelson veut sensibiliser le public à l’impact que peuvent présenter le cyberharcèlement et la grossophobie. Et elle est loin d’être la seule femme artiste victime de ces fléaux ! En effet, Adele, Billie Eilish ou encore Lizzo comptent parmi les femmes artistes qui en ont fait les frais. 

Dans des interviews plus récentes, à la suite de la sortie de son documentaire, Jesy Nelson se montrait rassurante. Elle expliquait qu’elle était enfin heureuse et bien dans sa peau. Elle incitait les jeunes femmes à s’accepter telles qu’elles sont sans se préoccuper du regard des autres. Mais, comme elle l’a expliqué dans son post Instagram du 14 décembre dernier, le cyberharcèlement laisse des séquelles sur la santé mentale.

Les trois autres membres de Little Mix (Jade Thirlwall, Perrie Edwards et Leigh-Anne Pinnock) ont annoncé quant à elles vouloir continuer leur chemin à trois, tout en soutenant la démarche de Jesy.

Par ailleurs, Leigh-Anne Pinnock a annoncé qu’elle travaillait elle aussi sur un documentaire sur le colorisme. Dans ce documentaire, elle parlera de l’impact que cela a eu sur sa carrière. 

Et vous, comprenez-vous la décision de Jesy Nelson de faire passer sa santé mentale avant sa carrière ?

Laisser un commentaire