Cinq collections de mode

Des dizaines de collections sont présentées chaque année par les plus grandes maisons de luxe du monde. Revenons sur cinq collections emblématiques qui ont su marquer leur époque. 

Hommage à Mondrian 

Automne-Hiver 1965, Yves Saint Laurent dévoile sa collection Haute Couture. Sur plusieurs mannequins, des modèles inspirés des œuvres de Piet Mondrian. Dix au total. Elles détonneront. Elles susciteront un enthousiasme immense. Le modèle unique qui restera le seul souvenir de cette collection c’est cette robe emblématique. Inspiré de la robe Sac des années 50, elle est composée de lainage. Elle prend le genou comme longueur. Avant-gardiste et moderne, le style de la décennie est né. Elle fera la une de tous les grands magazines tels que Vogue ou encore Harper’s Bazaar. Comme un point d’orgue au défilé, la robe de mariée surprend. La robe Babouchka fait de laine et de rubans de satin. Elle apparaît comme un cocon. 

New Look

Le 12 février 1947, dans l’aube du matin parisien. Il est 10h30. Christian Dior présente sa toute première collection. Toute la presse est là, y compris Carmen Snow, rédactrice de chef du Harper’s Bazaar américain. Elle va inspirer le nom du style « New Look ». Des silhouettes de femmes déambulent. Impressionnantes dans leurs robes cintrées mais détonantes dans cette période d’après-guerre. Il donne aux femmes une toute nouvelle silhouette. À travers les 90 modèles qui défilent, on y découvre les lignes 8 et Corolle. Le tailleur Bar est né. La taille est fine et marquée, la poitrine est ronde, les épaules sont étroites. En contraste avec la guerre, il utilise des milliers de mètres de tissus. Ce succès immense est resté gravé dans l’héritage de la marque. 

Horn of Plenty 

Automne/Hiver 2009, un défilé très sombre prend vie. Comme d’habitude, Alexander McQueen réalise un show impressionnant. Le nom Horn of Plenty s’inspire du nom du bar où a été vu une victime de Jack L’Éventreur. Il veut choquer. Il veut dénoncer. Une corne d’abondance de déchets au centre pour critiquer la société de consommation. Elle est remplie d’objets ayant appartenus à ses anciens défilés.  Un rythme effréné et des jeux de formes démesurés. Les pièces dégagent un esprit d’élégance à la française démesuré. Les visages sont déformés et les bouches exagérées. Il dénonce une caricature de la mode devenue outrancière. Il est conçu comme une rétrospective de sa carrière en reprenant tant des motifs que des tissus issus de collections précédentes.

Plato’s Atlantis

Printemps/été 2010, ce défilé suit de près le défilé Horn of Plenty. C’est l’un des derniers défilés du créateur Alexander McQueen qui s’est donné la mort quelques mois après. Son nom évoque le mythe de l’Atlantide conté par Platon. Dans l’idée d’une île engloutie, les mannequins représentent des femmes mi-homme mi-poisson. De multiples écailles apparaissent. Un défilé novateur comme pour symboliser l’évolution du genre humain. Les bottes Armadillo dégagent une certaine animalité. Les femmes se confondent avec les habits comme s’il voulait qu’ils fusionnent.  Une collection qui se veut aussi de dénoncer le réchauffement climatique

Toy Boy 

Collection emblématique de la maison Jean-Paul Gaultier. En 1983, il crée la collection Toy Boy ou l’Homme Objet. Cette collection va le propulser au sommet. On y voit pour la première fois la fameuse marinière. Cette marinière restera gravée dans l’image de la marque. Idéale pour un style unisexe, elle restera gravée aussi dans le personnage de Jean-Paul Gaultier avec son pull marin. Déclinée dans le format d’un parfum, la marinière demeure encore aujourd’hui comme un emblème. Lors de son dernier défilé en hommage, c’est Gigi Hadid qui a eu l’honneur de la porter. 

Tant de collections et de défilés qui ont marqué la mode. Et vous, dites-nous quelle collection de mode vous a marqué ?

1 Comment

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.