fbpx

Le monde coloré de Wes Anderson

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur tumblr
Le monde coloré de Wes Anderson

Wes Anderson est un réalisateur à l’univers bien défini. De son traitement de l’image à sa bande-son, on reconnait immédiatement ses films. Dix longs-métrages et quatre courts, il s’est fait une place de choix dans le paysage cinématographique. Intéressons-nous alors à ses costumes et plongeons dans le monde coloré de Wes Anderson.

Le maître de la couleur

Comme dit précédemment, l’univers graphique du réalisateur est impactant et donc reconnaissable entre mille. Pop, acidulé, il mêle aisément l’onirisme et le drôle, le revendicateur et l’art.

Le monde coloré de Wes Anderson
Pop, acidulé, il mêle aisément l’onirisme et le drôle. ©American Empirical Pictures

Le costume est un élément essentiel de mise en scène. Un indispensable garant de la cohérence et du caractère de ses personnages. Ces derniers sont d’ailleurs traités à la manière, souvent, des dessins animés : le character design. Les personnages sont pensés dans leur intégralité, dans une même charte graphique.

La couleur rythme la pellicule du monde coloré de Wes Anderson. Et on la retrouve évidemment dans les costumes. Les tons sont pétillants et puissants, pastels et clairs pour les gentils tandis que les méchants se retrouvent affublés de noir et de tonalités sombres.

Le monde coloré de Wes Anderson
Les méchants se retrouvent affublés de noir et de tonalités sombres. ©American Empirical Pictures

Le monde coloré de Wes Anderson se répond

Néanmoins, tous se répondent et se complètent. Les formes et les volumes interagissent avec l’univers du film. Ils renforcent, donnent du poids et dessinent une véritable personnalité. Par exemple, la plupart des couples ont des costumes « matching outfit » pour être visuellement repérables. Dans une fratrie, les vêtements se coordonnent comme dans La Famille Tenenbaum.

Les enfants portent ainsi quelque chose de leurs parents : un accessoire, une couleur, un détail… Ils sont liés les uns aux autres au-delà du sang. Dans À bord du Darjeeling Limited, les trois héros transportent les malles de leur père dans toute l’Inde. En bref, chez Wes Anderson, le costume accompagne un personnage et il se pense de la même manière qu’il s’agisse d’un enfant ou d’un adulte.

Le monde coloré de Wes Anderson
Dans À bord du Darjeeling Limited, les trois héros transportent les malles de leur père dans toute l’Inde. ©American Empirical Pictures

On retrouve dans le monde coloré de Wes Anderson, un catalogue d’uniformes impressionnant. On citera Le grand Budapest Hotel pour l’évidence mais il y en a des tas. Des scouts en passant par la police, l’uniforme est toujours revisité pour coller à la chartre graphique du film. Un groom en violet était peu commun. Il est, chez le réalisateur, parfaitement normal. Ils sont donc inattendus et surprenants.

Le monde coloré de Wes Anderson
Un groom en violet était peu commun. Il est, chez le réalisateur, parfaitement normal.
©American Empirical Pictures

L’habit fait le moine ici. Effectivement, il définit clairement le personnage, sans faux semblants. Mais dans cette extrême cohérence d’un ensemble, cette harmonie paraît étrange. Elle s’intègre en réalité dans le film et ajoute cette note si particulière. Car la répétition et le jeu de couleur est une touche d’Anderson. Ainsi, le symbolisme et la signification des couleurs est primordiale puisque pensée par rapport à la personnalité du personnage.

Entre pop-culture et vintage

Même si l’époque du film n’est, ou rarement, pas citée, les inspirations des costumes font référence au XXème siècle. La chronologie est un peu différente car après tout, dans le monde coloré de Wes Anderson, la réalité est différente. Un peu 1960-70 ou début du siècle, les influences restent constantes et assurent une unité visuelle à l’ensemble de l’œuvre du réalisateur.

Le monde coloré de Wes Anderson
Un peu 1960-70 ou début du siècle, les influences restent constantes. ©American Empirical Pictures

Le costume représente cet aspect d’une autre réalité : celle du cinéma. Ils sont un médium qui permet aux spectateurs d’adhérer à l’univers de Wes Anderson. Tout est possible. Les vêtements permettent ainsi d’identifier la pâte Anderson et renforcent alors son identité visuelle. Comme elles, ils évoluent, se diversifient et se développent.

Mais ces costumes sont avant tout intemporels. Leur minutie marque justement cette notion. On sait d’ailleurs que certains des tissus sont anciens, comme pour mieux coller avec le scénario et donner de l’épaisseur à des personnages. Il existe une part d’irréel fantastique dans le monde coloré de Wes Anderson. Cette dernière intrigue et attire. De ce fait, le costume se doit de se fondre dans l’environnement cinématographique d’Anderson et plus encore, d’évoluer avec son personnage.

Notons que de nombreux costumes sont entrés dans la pop-culture. L’esthétique, même des films, du réalisateur inspire de nombreux créateurs et il n’est pas rare de trouver, çà et là sur les podiums, quelques clins d’œil à son travail dans les collections.

Le monde coloré de Wes Anderson
L’esthétique même des films du réalisateur inspirent de nombreux créateurs. ©Grailed

Ainsi, les costumes de Wes Anderson sont un véritable personne, au service de l’histoire qu’il raconte. Partenaires de jeu, ils sont un garant de la cohésion visuelle et de l’impact sur le spectateur. Sans nul doute que nous serons tout aussi surpris et émerveillés par ceux de son prochain film !

Lisez également notre article sur les costumes de Peau d’Âne

L'anxiété 2.0 : le syndrome FOMO
Actu santé

L’anxiété 2.0 : le syndrome FOMO

Notre quotidien est souvent rythmé par les flux d’informations que nous recevons chaque jour. Et plus particulièrement, les jeunes générations. Hyper connectées, elles sont celles

Lire la suite »

Laisser un commentaire