Pratiqué depuis des millénaires pour des raisons religieuses, médicales ou spirituelles, le jeûne a démontré une efficacité dans la prévention et le traitement de certaines maladies. Hypertension, diabète ou encore asthme par exemple. Pourtant, cette pratique n’est pas sans risque. Alors comment jeûner sans mettre sa santé en péril ?

Le jeûne en quelques mots

Jeûner c’est se priver entièrement de nourriture durant une période donnée. Sur un temps court et sans problème de santé, il ne présente pas de risque particulier. Dans les religions monothéistes, il est d’usage de jeûner à certains moments de l’année lors du Carême ou du Ramadan par exemple. Le jeûne existe aussi chez les animaux qui, instinctivement, vont se priver de nourriture face à certaines situations (durant l’hibernation, la maladie ou la reproduction). Le jeûne à visée médicale était déjà utilisé dans l’Antiquité pour favoriser le processus d’autoguérison mais il a été popularisé au début du vingtième siècle par un médecin allemand, Otto Buchinger. D’ailleurs, en Allemagne, un grand hôpital propose un service réservé au jeûne à visée médicale.

Comment ça marche ?

L’abdomen est considéré comme le deuxième cerveau du corps humain. Les scientifiques se sont aperçus que notre abdomen contenait également un grand nombres de neurones. L’abdomen participe à la gestion de nos émotions en produisant une grande partie de la sérotonine. Dans beaucoup d’approches traditionnelles, le ventre est d’ailleurs au centre de la prise en charge. Le jeûne thérapeutique a pour but de mettre nos intestins au repos et ainsi déstocker et détoxifier l’organisme. Ainsi, le système immunitaire se régénère. De plus, digérer demande beaucoup d’énergie. Le repos digestif permet donc un regain de vitalité.

Les bienfaits du jeûne thérapeutique

Le jeûne a prouvé son efficacité lors d’études scientifiques. En effet, réduisant le niveau d’apport calorique, il aura des effets sur le surpoids mais également sur le diabète en mettant le pancréas au repos. Les bénéfices s’observent notamment pour les patients atteints d’hypertension et même de cancer (sur la réduction des effets secondaires des chimiothérapies entre autres). En France, il n’existe pas à proprement parler de jeûne à visée médicale. Il existe seulement des cures de mieux-être ou de prévention.

Risques et contre-indications

Certains états de santé ne sont pas compatibles avec le jeûne thérapeutique. Cette pratique est contre-indiqué en cas de troubles alimentaires, de grossesse, de défaillance du système immunitaire ou encore si vous êtes atteint d’une maladie affectant les reins ou le foie. Il est donc primordial de se tourner vers un médecin pour savoir si notre état de santé permet de pratiquer le jeûne en toute sécurité. De plus, il est nécessaire de préparer son corps afin d’éviter les désagréments liés à une privation de nourriture soudaine tels que les maux de tête, la fatigue ou les étourdissements.

Programmer son jeûne

D’abord, commencez à prendre contact avec un professionnel de santé qui pourra répondre à toutes vos questions et vous guider lors de votre jeûne. Préparez votre corps en supprimant par étapes les catégories d’aliments en commençant par les excitants tels que le café et le thé afin d’éviter les maux de tête. Puis, diminuez progressivement vos apports par catégories d’aliments. Cette phase est appelé la descente alimentaire. Commencez toujours par des périodes de jeûne de courte durée (trois jours maximum pour débuter). Enfin, si vous êtes intéressé.e., des centres spécialisés existent pour vous accompagner dans votre jeûne.

Pour en savoir plus

Écoutez cette émission de radio portant sur le jeûne thérapeutique.

S. Silva

Rédactrice web, j'écris afin de partager mes centres d'intérêt divers et variés tels que les voyages, le sport, la mode et le cinéma.

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.