fbpx

La Famille au grand cœur ouvre ses bras aux jeunes réfugiés LGBT

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur tumblr
La Famille au grand cœur ouvre ses bras aux jeunes réfugiés LGBT

Ce 17 mai est la journée internationale contre l’homophobie. Découvrons la Famille au grand cœur, la première association en France créée par et pour les jeunes réfugiés LGBT à Montpellier.

En cette journée contre l’homophobie, permettez-nous de vous présenter un nouveau type de famille : la Famille au grand cœur. Créée le 4 mars dernier à Montpellier, cette association revendique le titre de la première association en France constituée par et pour des jeunes réfugiés LGBT. Son but ? Accueillir et soutenir les jeunes demandeurs d’asile qui sont membres de la communauté LGBT. Découvrons ensemble cette association qui vient nous montrer que la meilleure façon de lutter contre l’intolérance, c’est de lutter pour sa communauté.

Aujourd’hui encore, l’homosexualité est interdite par la loi dans près de 70 pays du monde. Dans ces pays, les personnes LGBT risquent l’emprisonnement ou encore la peine de mort. Sans compter les agressions physiques et verbales dont leur communauté font preuve à leurs égards. C’est pourquoi certaines décident de quitter leur pays à la recherche d’une meilleure vie. Et là, elles sont confrontées aux difficultés qu’implique la migration. Demande d’asile, démarches administratives, hébergement, recherche d’emploi… Souvent sans même parler la langue. Alors quoi de plus rassurant que d’avoir à ses côtés une personne pour les aider ? Quelqu’un qui comprend la peur et l’insécurité qu’elles ressentent mais aussi leurs envies et espoirs. Parce qu’elle les aurait ressentis, elle aussi. C’est ce qu’offre l’association la Famille au grand cœur aux personnes lesbiennes, gays, bisexuelles et transsexuelles qui viennent des quatre coins du monde.

Les origines de la Famille au grand cœur

Pour la Famille au grand cœur, tout a commencé au sein du Refuge, association dont le but est d’accompagner les jeunes personnes LBGT qui ont été chassées par leurs familles à cause de leur orientation sexuelle. C’est là où se ressemblait le groupe de douze personnes qui deviendront ensuite les membres fondateurs. Les membres du groupe venaient des pays différents, des langues et de cultures différentes. Mali, Maroc, Libéria, Arménie, Guinée, Sénégal, Nigéria… Ce qu’elles avaient en commun ? Avoir été persécutées dans leurs pays à cause de leur orientation sexuelle. C’est pourquoi, lorsqu’un d’entre eux, Youba Toure, a proposé l’idée de créer leur propre association, les autres n’ont pas eu de mal à suivre sa logique.

Ainsi, le 4 mars dernier, l’association a été officiellement fondée dans l’objectif d’aider et d’accompagner les jeunes demandeurs d’asile LGBT. Concepteur original, Youba Toure a été nommé président de l’association. Dans un premier temps, la communication passait par les réseaux sociaux, et notamment par le groupe Facebook que l’association avait créé.

Dès ses premiers pas, la Famille au grand cœur avait reçu le soutien de Nicolas Noguier, fondateur et, à l’époque, président de l’association le Refuge. Présent depuis longtemps dans le milieu associatif, il a apporté aux jeunes gérants son expertise, surtout en matière de l’administration. D’ailleurs, il reste toujours auprès du groupe en fournissant des précieux conseils.

À lire également : Le dur combat de l’homosexualité dans le sport.

Le soutien de la Famille

Nous avons eu l’opportunité de discuter avec Thomas Addison, membre fondateur et un des gérants du groupe Facebook de l’association. Thomas, jeune originaire du Libéria, nous a parlé de l’homophobie qu’il a vécu dans son pays. Des violences, des insultes, la volonté de blesser. Pour lui, la France représente un endroit plus sûr pour les personnes LBGT. « Depuis mon arrivée ici, je n’ai subi aucune discrimination », a t-il affirmé.

Thomas a aussi expliqué que l’association cherche à aider principalement les jeunes personnes LGBT de 18 à 25 ans qui ont dû fuir leur pays. « Ce sont des gens qui ont vécu beaucoup d’expériences traumatisantes », a t-il dit, lui-même demandeur d’asile qui connaît bien le sentiment. Lors de leur arrivée, les membres de l’association s’occupent d’abord de leur santé, physique et mentale. « On leur fournit des soins médicaux et on les emmène chez un professionnel de santé mentale. Ensuite, on les confie à une famille d’accueil, qui les héberge et prend soin d’eux ». Si le temps d’accueil prévu n’est qu’une période de six mois, il s’agit toutefois d’un contrat renouvelable.

Pendant cette période de transition compliquée, la Famille au Grand Cœur est toujours là, prête à offrir assistance. L’association aide les personnes avec les démarches administratives qu’implique leur demande d’asile. Son rôle est aussi d’assurer que les jeunes arrivants ne s’isolent pas. « Nous restons en contact avec eux pour les accompagner et les aider à s’intégrer. C’est pour cela que nous sommes là », Thomas explique.

Un regard vers l’avenir

Dans les deux mois qui ont suivi sa fondation, l’association a connu une croissance rapide. De plus en plus de personnes viennent vers la Famille au grand cœur, soit pour recevoir de l’aide, soit pour participer dans ses efforts. Quant au groupe Facebook initial, créé le 5 avril dernier, il compte désormais plus de mille membres, un nombre qui ne cesse d’augmenter. Une fois installée dans ses nouveaux locaux, la Famille au grand cœur a l’intention d’aller plus loin au niveau de la communication. Thomas a partagé leur projet de se mettre en contact avec d’autres associations en France afin de découvrir d’autres personnes qu’ils pourraient aider. « La communication, la sensibilisation : ce sont les moyens de faire comprendre aux gens que nous sommes là ».

Ce qu’ils espèrent accomplir prochainement ? « Aider plus de personnes homosexuelles, assurer qu’elles ne revivent pas leurs expériences traumatisantes et qu’elles se sentent plus en sécurité », nous dit Thomas. « Parce qu’il y a beaucoup de gens comme moi qui n’ont pas ça. Depuis mon arrivée en France, j’ai connu plus de sécurité que je ne l’aurais jamais cru possible ». D’un point de vue financier, les circonstances, en tout cas, semblent favorables à cet objectif. L’association a reçu un fonds de dotation, ce qui lui permettra de poursuivre ses missions et de continuer à se développer.

Même si le monde est loin d’être parfait, l’existence de groupes comme la Famille au grand cœur permet d’avoir confiance en ce qu’il pourrait l’être. Des groupes qui soutiennent les jeunes personnes LGBT et les aident à être eux-mêmes, authentiques. « Je voudrais souligner qu’il existe des différences entre les individus. Il y a des gens qui n’aiment pas la façon dont vous faites les choses, mais cela ne signifie pas que vous devez leur accorder votre attention. Parce que vous êtes qui vous êtes. Et ils sont qui ils sont. Alors, je ne prête pas vraiment attention aux gens qui n’aiment pas qui je suis. » a conclu Thomas.

Laisser un commentaire