Jessy : une star française de l’ASMR, en toute simplicité

Jessy : une star française de l’ASMR, en toute simplicité

Avez-vous déjà connu une extase sensorielle chez le coiffeur, alors qu’il vous manipulait le cuir chevelu ? Ou bien pendant un massage, alors que vous vous laissiez complètement aller ? Vous avez ressenti une sensation agréable, accompagnée de picotements et de frissons sous la peau. Votre corps a ainsi donné une réponse autonome sensorielle culminante (ASMR, en anglais) à un stimulus visuel, auditif ou cognitif. Désormais, il est possible de profiter de sensations aussi agréables et apaisantes en regardant des vidéos ASMR sur YouTube. Avec ses 67.000 abonnés, Jessy est l’une de celles qui comptent dans l’ASMR français ! Rencontre avec cette youtubeuse à la personnalité forte et authentique…

Jessy est une star atypique de l’ASMR. À 27 ans, elle vit dans les Côtes d’Armor, entourée de sa famille et de ses nombreux animaux. Elle se décrit comme une personne simple, très introvertie, passant la majorité de son temps seule, en pleine nature. Passionnée de nature, d’animaux, de photographie, elle est aussi fan de loisirs créatifs. Côté pro, elle a commencé en 2021 une formation de soudeuse-chaudronnière. C’est en 2012 qu’elle découvre l’ASMR par hasard sur YouTube. Elle prenait alors des somnifères pour s’endormir. Tout en cherchant des vidéos d’hypnose, elle était tombée sur les vidéos ASMR d’Amandine Leloup. Depuis, l’ASMR est devenu son rituel du soir. Elle a ainsi commencé à faire des vidéos chuchotées pour savoir si, à son tour, elle serait capable de relaxer les gens ! Mission accomplie à la vue du succès qu’elle rencontre. Elle nous en dit un peu plus ci-après…

La vogue de l’ASMR

« L’ASMR n’a pas toujours eu le succès qu’il connaît aujourd’hui. Au milieu des années 2010, certaines vidéos ont commencé à faire le buzz sur les réseaux sociaux. Certaines influenceuses venues d’ailleurs ont même lancé leur propre chaîne ASMR. Elles ont rassemblé dès le départ une large communauté qu’elles ont donc familiarisée d’emblée avec l’ASMR, devenu ‘tendance’ du même coup ».

Mon identité ASMR

« Je ne cherche pas à me distinguer à tout prix. Je ne fais rien de plus que les autres. En fait, j’en fais même plutôt moins. Par exemple, je ne pratique le Roleplay que rarement. Je préfère m’installer et raconter des histoires, comme si j’étais avec des amis. C’est d’ailleurs cette technique qui m’a fait ‘percer’.

« Mon petit plus réside peut-être dans ma simplicité. Je ne cherche pas le sensationnel et reste fidèle à ce qui m’a fait aimer l’ASMR, dix ans en arrière. Mes vidéos sont très basiques, sans accessoire sophistiqué. Je mes sers d’objets du quotidien et j’utilise les moyens du bord ».

Sources d’inspiration

« J’aime les vidéos de Dodo ASMR, Alinéa ASMR, Sophie (Serena ASMR), Sandra, Amandine Leloup, Morti ASMR, Nefertiti ASMR, etc. Les petites chaînes toutes simples ont ma préférence. Même si elles n’ont que mille abonnés, leur contenu me relaxe tout autant que les grosses chaînes (Asmr with Margot / Cam ASMR / Haneul ASMR / Sunsmile ASMR etc.).

« L’inspiration me vient des objets du quotidien, de ma vie de tous les jours, de mes animaux, de mes passions et aussi des suggestions de mes abonnés ! »

Ma communauté et moi

« J’aime discuter avec les membres de ma communauté : je poste des stories instagram qui les font réagir, s’ils le veulent. Également, il m’arrive de discuter pendant plusieurs heures avec certains. Je ne me force pas à poster : je me laisse guider par l’inspiration du moment.

« Les commentaires ne me font pas peur car ma chaîne n’est pas énorme. Donc leur volume est parfaitement gérable. 90% des commentaires sont bienveillants. Les 10% restants proviennent de personnes sexuellement dérangées. Cela peut aller jusqu’à des menaces de viols, d’agressions sur ma personne, ma famille ou mes animaux. J’ai fait un travail à ce sujet et je ne fais plus attention aux commentaires négatifs désormais ».

Mes vidéos, côté technique

« C’est très basique, je n’ai pas vraiment de setup. Mon éclairage, c’est une grosse lampe de chantier, mon micro est le zoom H4N (un basique avec le blue yeti). Je n’ai pas de micro RODE. La caméra, c’est mon appareil photo Nikon. En effet, je pratique la photographie depuis 15 ans. Mon appareil me sert donc de caméra. En guise de toiles de fond, je pends des tissus à l’aide de pinces à linge. Enfin, j’empile plusieurs boîtes l’une sur l’autre pour en faire mon trépied !

« Par ailleurs, j’utilise un PC vraiment très vieux ! Il supporte difficilement les images et encore moins les vidéos. Je « monte » mes vidéos avec Filmora, en coupant les moments les plus bruyants. Mais je n’ai pas de fond vert, etc. Il est vrai que j’aimerais investir dans du matériel plus récent, mais je n’ai pas d’argent et donc je me contente de ce que j’ai.

« De plus, en ayant recours au système D, je prouve que TOUT LE MONDE peut faire de l’ASMR. Car il n’y a pas vraiment besoin de grand-chose. Je n’écris pas mes textes à l’avance. Simplement, pour les lectures chuchotées, j’imprime les histoires sur des rectos de feuilles de brouillon. Et voilà ! »

Jessy : une star française de l’ASMR, en toute simplicité
ASMR Français ~ Respire et Détends toi ♥ (Chuchotement, caresses et ongles magiques)
(c) Jessy Relaxation ASMR – YouTube

Le rythme de sortie de mes vidéos

« J’ai eu un gros moment de découragement, j’avoue. YouTube fait la guerre aux chaînes ASMR, en ne mettant pas nos vidéos en avant. Sauf les très grosses chaînes à l’origine de vidéo gaming, story time, mukbang ou de vidéos à connotation sexuelle. Il y a une tendance à sexualiser l’ASMR, ou bien alors à le sensationnaliser (Drama, putaclick). Cela ne m’intéresse pas !

« Au fur et à mesure que l’ASMR s’est démocratisé, ma chaîne est tombée aux oubliettes. Elle a été noyée sous les nouvelles chaînes au contenu ‘tendance’. Les abonnés ne recevaient plus les notifications, les commentaires étaient désactivés sans raison apparente, etc. Tout cela m’a démotivée.

« Et puis, sur le plan personnel, je suis passée par une période difficile. De plus, je suis actuellement en formation, donc j’ai moins de temps pour filmer. Je souhaite cependant reprendre un rythme plus soutenu à l’avenir. Pour le moment je ne me force pas, je fais des petites vidéos de temps en temps. Je le fais surtout pour mon public resté fidèle, malgré tout ! »

Mon ASMR n’est pas un business !

« Je reçois des demandes de collaborations mais je suis très sélective. J’ai des valeurs qui me guident et aucun chèque ne pourra jamais m’en faire dévier. Mes valeurs tournent autour du respect de l’environnement, des animaux et bien évidemment des Hommes et de la vie en société.

« De nombreuses propositions consistent à me rémunérer pour « arnaquer » mes abonnés (drop shipping, etc.). Je les refuse, évidemment ! En revanche, j’accepte les partenariats qui sont en accord avec ma personne, mes goûts, mes valeurs, etc. Je veux que le lien avec moi et ce que je représente soit évident, par respect pour mes abonnés.

Fidèle à mes valeurs

« De nombreuses personnes ont fait de l’ASMR leur métier. Ils ont quitté leur emploi et se sont mis à 100% sur les réseaux sociaux : YouTube, tiktok, twitch, etc. À côté de leur chaîne, ils ont créé un énorme business : live, streaming, boutique de bijoux, vêtements. Ils sont devenus influenceurs : chaque post, story, vidéo est désormais sponsorisé. Certaines figures de l’ASMR ce sont littéralement perdues en route.

« Il y a quelques années, je consultais encore leurs vidéos, car elles étaient simples. Nous partagions des valeurs communes. Mais au fur et à mesure de leur évolution, j’ai arrêté de suivre et d’échanger avec eux car je ne validais pas ce qu’ils étaient devenus. Certains sont désormais dans la surenchère. Ils acceptent toutes les propositions, à partir du moment où elles sont bien rémunérées. Ils laissent donc leurs valeurs de côté, courent après l’argent et profitent sans vergogne de leur communauté. Je suis à mille lieux de tout cela ! »

A lire également : 5 influençeuses plus size à suivre

Quelques idées reçues à mon propos

« Je ne suis pas une personne calme dans la vie de tous les jours. Je ne suis pas du genre à chuchoter, par exemple ! Au contraire, je suis une hyperactive qui dit énormément de gros mots ! Comme quoi, il ne faut pas se fier aux apparences (rires) ».

Laisser un commentaire

Ô Magazine
Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site web. Si vous continuez à utiliser ce site, nous supposerons que vous en êtes satisfait.
Autoriser tous les cookies
Enregistrer la sélection
Paramètres individuels
Paramètres individuels
Il s'agit d'un aperçu de tous les cookies utilisés sur le site Web. Vous avez la possibilité de définir des paramètres de cookies individuels. Donnez votre consentement à des cookies individuels ou à des groupes entiers. Les cookies essentiels ne peuvent pas être désactivés.
Sauvegarder
Annuler
Essential (1)
Essential cookies are needed for the basic functionality of the website.
Afficher les cookies