fbpx

Interview de Janie pour la sortie de son EP (2/2)

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur tumblr
Interview de Janie pour la sortie de son EP (2/2)

Dans cette deuxième partie de l’interview, nous avons parlé de la Covid et de l’impact que cela a eu sur l’EP, et plus globalement sur sa carrière. Nous avons abordé la question de ses influences, ainsi que de son univers. Sensible et délicate, mais aussi forte et combattante, Janie à un bel avenir musical devant elle, c’est certain !

Ô Magazine. Est-ce qu’avec la Covid, la sortie de l’EP a été décalée? Si oui, quel impact cela a eu sur ta carrière ?

Janie. Oui, parce que l’EP devait sortir normalement en mars dernier, on n’a pas pu le sortir, ce n’était pas le bon moment. Ca a tout décalé, mais au final ça a amené à pleins d’autres choses parce que si j’avais sorti l’EP, je n’aurais sûrement pas sorti les pianos-voix cet été et ça se serait passé différemment. C’est ainsi ! Et maintenant, ce qui est vraiment handicapant, c’est au niveau des concerts. Pour l’instant, c’est compliqué et tous les artistes en ont besoin.

Ô Magazine. Justement j’allais te parler des concerts, vous attendez les feux verts ?

Janie. Oui c’est ça on attend le feu vert, on attend de voir ce qui est possible de faire. Et voilà, dès que c’est possible on lance le truc, ça c’est sûr !

Photo de presse Janie plein pied

Retrouvez toute notre actu musique juste ici.

Ô Magazine. Est-ce que tu as d’autres projets, que ce soit musicaux ou autres, pour la suite ?

Janie. Dans la musique, ça va être l’album maintenant ! Enfin ça va être d’abord sortir l’EP, le défendre, le faire vivre avec toutes ses chansons. Ça c’est la grande priorité et après, ça va être commencer à écrire l’album. Je suis déjà en train de commencer à écrire des chansons. Et l’objectif, c’est évidemment de faire des concerts, de faire vivre les chansons.

Ô Magazine. On t’associe souvent à Véronique Sanson, Françoise Hardy et Sylvie Vartan. Est-ce que c’était un choix de ta part d’évoluer dans le même style ou c’est en faisant ce qui te plaisait que ça t’a mené à ces comparaisons ?

Janie. Ben c’est totalement pas voulu ! J’ai été dans pleins de projets, j’ai fait beaucoup de musique qui ne me ressemblait pas. A un moment, je me suit dit ” Ok. Je compose comme j’aime bien et comme je suis.” Et c’est vrai qu’on m’a vite associée à ces artistes là. Mais ce n’est peut-être pas par hasard, parce que c’était des artistes que j’écoutais beaucoup. La variété française est très présente dans ma vie, depuis que je suis petite, donc je pense que c’était assez naturel. Franchement, tant mieux, ça me fait plaisir, mais je n’ai pas essayé de faire comme quelqu’un ou quoi que soit, c’est vraiment qui je suis.

Ô Magazine. C’est des artistes que tu écoutais et qui donc t’ont involontairement influencé ?

Janie. Oui, je pense que c’est un peu comme une empreinte qui a été laissée en moi, toute cette variété française. Je sais que quand j’écoute cette musique, je me retrouve totalement et donc je pense que ce n’est pas comme un truc d’inné, ça sort comme ça.

Photo de presse Janie

Ô Magazine. Tu me disais que tu faisais de la musique qui ne te correspondais pas vraiment, tu peux nous en dire plus ?

Janie. Quand je suis arrivée à Paris, j’avais 19 ans, j’ai été dans des projets, j’ai testé différentes choses. Je ne savais pas trop moi-même qui j’étais et où j’en étais, je testais des choses et je sentais que ce n’était pas forcement juste et que je n’étais pas prête. Je pense qu’on teste tous un peu des trucs pour se trouver, qu’on a envie de choses, mais qu’en fait on n’est pas du tout là dedans, que ça ne nous ressemble pas. Et moi ça m’a pris quelques années à me dire : ”Ok, je suis comme ça, je compose comme ça, ce que j’aime c’est ça, et peut importe en fait !”

Ô Magazine. Pour finalement trouver ton style, ton univers !

Janie. Oui ! Il y en a qui le trouve quand ils sont plus jeunes, moi je l’ai trouvé au bout de 3/4 ans. Mais je pense que, quand tu arrêtes de chercher, que tu laisses juste ce qui est, ça vient.

Ô Magazine. Peu importe le temps, tant que l’on trouve son style.

Janie. Voilà ! Je trouve que c’est important de toujours, en tous cas, se rester fidèle et de se respecter dans ce que l’on fait. Ça c’est hyper important !

Merci Janie pour cette interview, on te souhaite plein de belles choses.

A bientôt !

L'anxiété 2.0 : le syndrome FOMO
Actu santé

L’anxiété 2.0 : le syndrome FOMO

Notre quotidien est souvent rythmé par les flux d’informations que nous recevons chaque jour. Et plus particulièrement, les jeunes générations. Hyper connectées, elles sont celles

Lire la suite »

Laisser un commentaire