fbpx

Emmanuel Macron “furieux” contre Jean-Michel Blanquer

Ibiza Gate : Emmanuel Macron "furieux" contre Jean-Michel Blanquer

Alors que le ministre est toujours empêtré dans le scandale de ses vacances à Ibiza, le chef de l’Etat fait savoir qu’il est « furieux ».

Il s’est mis à dos tous les oppositions et le chef de l’Etat. Le ministre de l’Éducation nationale n’arrive pas à se défaire de cette polémique. Jean-Michel Blanquer est toujours empêtré dans le scandale de ses vacances à Ibiza. Pour enfoncer le clou,  un ministre annonce sur la radio RTL que le président Macron est lui aussi “furieux” contre son ministre. Les équipes du président voulaient impulser la pré-campagne de Macron cette semaine, notamment avec le discours au Parlement européen. “Blanquer a gâché toute la séquence”, s’agace un cadre de l’exécutif. 

A lire également : Grève des enseignants : la préfecture a-t-elle interdit la manifestation à Paris ?

Jean-Michel Blanquer s’explique sur TF1 

Invité à s’expliquer sur le plateau de Gilles Bouleau, le ministre a défendu sa position. Il affirmé avoir respecté les directives du gouvernement : celle de voyager en Europe et être joignable à tout moment. “J’ai pris 4 jours de vacances, j’ai travaillé pendant ses 4 jours de vacances”, a-t-il affirmé. Au cours de l’interview, il admet timidement une erreur. “C’est peut-être un peu une erreur” reconnaît le ministre. Par ailleurs, la radio RTL révèle également que Matignon a précipité le ministre à faire son mea culpa à l’Assemblée nationale puis au JT de Gilles Bouleau.  Le ministre dénonce être un “bouc émissaire” pour l’opposition qui cherche à instrumentaliser l’affaire pour critiquer sa politique de “l’école ouverte”. Pourtant, de nombreux manquements ont conduit à cette situation. 

Des manquements dans la communication gouvernementale

Depuis quelques jours, le ministre de l’Éducation nationale est dans la tourmente face au protocole sanitaire et la situation du virus dans les écoles. On lui a reproché plusieurs manquements dans la communication gouvernementale. En effet, le ministre avait annoncé le protocole sanitaire pour les écoles la veille de la rentrée dans un article payant. De plus, ses interventions sur le sujet ont été jugées approximatives et peu préparées. A tel point que ses collègues le surnomment “Jean-Michel Apeuprès”. S’ensuit la lourdeur du protocole sanitaire et le manque de moyens dans les écoles qui provoquent la colère des enseignants.  

Laisser un commentaire