fbpx

Huile végétale de bonne qualité : comment en reconnaître ?

Huile végétale de bonnes qualité : comment les reconnaitre ?

Utiliser des huiles végétales pour ses soins beauté, c’est génial ! C’est encore mieux quand on les choisit correctement. Et oui, pour pouvoir profiter au maximum des bénéfices d’une huile végétale de qualité, il faut qu’elle respecte certaines conditions. 

Vérifier la composition et le prix du produit 

Quand vous saisissez la bouteille d’huile, le premier réflexe à avoir c’est de la tourner pour regarder la liste des ingrédients. La composition est la première chose qu’il faut vérifier quand on achète une huile végétale. En effet, certains industriels inscrivent sur les contenants des huiles végétales plus onéreuses et les coupent avec une huile moins chère. Ainsi, l’huile d’argan ou de jojoba sont souvent coupées avec de l’huile d’amande douce. Ce qui vous fait consommer surtout de l’huile d’amande douce au lieu de l’huile de jojoba ou d’argan, alors que c’est écrit en gros sur le contenant ! (Oui c’est une arnaque !)

Vérifiez donc que votre huile contient intégralement et uniquement le produit que vous désirez utiliser. Vérifier que sur la liste des ingrédients il n’y ait qu’un seul produit et qu’il figure des mentions comme “100%” du nom de produit. Faites attention avec le terme « naturel », cela ne veut pas dire que l’huile n’est pas coupée !

Aussi, le prix peut également un indicateur de la qualité des huiles végétales. En effet, les prix trop bas pour une huile végétale de 250 mL, ça parait vraiment suspect ! A fuir !

Huile végétale de bonnes qualité : comment les reconnaitre ?
Crédit photo : Compte Instagram sunnyislejbco
Huile végétale de bonnes qualité : comment les reconnaitre ?
Crédit photo : Nath from Amazon

Vérifier la méthode d’extraction pour garantir une huile végétale de bonne qualité

Pour reconnaître une huile végétale de bonne qualité, il faut s’intéresser à son mode d’extraction. Dans l’industrie, on distingue plusieurs méthodes d’extraction : pression à froid, distillation à la vapeur, par solvant etc. La meilleure méthode d’extraction pour une huile végétale est celle de la pression à froid. En effet, les graines ou les fruits oléagineux sont pressées sans chauffage pour en extraire l’huile. Ainsi, le produit final conserve toutes leurs propriétés d’origine

Cependant, les commerçants ne sont pas dans l’obligation d’être transparents sur leur méthode d’extraction. Donc si ne voyez pas cette mention sur le produit, alors le fabricant utilise une autre méthode. Les commerçants qui utilisent cette méthode n’hésitent généralement pas à en informer leurs clients car c’est devenu un argument commercial voire même une preuve de qualité. 

A lire également : Les huiles végétales : nos amies au naturel

Vérifier le mode de conservation 

Les huiles végétales peuvent être très sensibles à la lumière et s’oxyder très rapidement. Donc, au stade de l’oxydation, elles ont non seulement perdu leurs bénéfices mais peuvent être dangereuses pour l’organisme. Pour éviter cela au maximum, privilégier un contenant de couleur brun ou ambrée. Ainsi, l’huile végétale sera protégée de la lumière et conservera sa bonne qualité. Vérifiez régulièrement la couleur de l’huile. On privilégie également les contenants en verre pour préserver l’environnement !

Privilégier les huiles végétales non-comédogènes 

Tout d’abord, qu’est-ce que signifie le terme comédogène ? Selon Typology, le terme “comédogène” provient de “comédons”. C’est une propriété d’un ingrédient à l’origine de la fabrication du sébum mais aussi à l’obstruction des pores. Ainsi, les produits comédogènes peuvent entraîner de l’acné, des pores dilatés et autres problèmes de peau. Il existe en cosmétiques, une méthode pour vérifier le risque qu’une huile soit comédogène qu’on appelle l’indice de comédogénicité. Ainsi, les huiles sont classées de 0, ce qui signifie non-comédogène, à 5 qui signifie très comédogène.  

Alors, si vous n’avez pas envie de vous prendre la tête avec ça (et c’est compréhensible !), on privilégie seulement les huiles non-comédogènes. L’huile d’argan, l’huile de jojoba, l’huile de chanvre ou encore le beurre de karité font partie de cette catégorie. On évite les huiles très comédogènes comme l’huile de coco (indice 4), l’huile de germe de blé (indice 5), l’huile de lin ou encore l’huile de noyaux de pêche (indice 4). 

Privilégier une huile bio, vierge et vegan

Ce sont des règles classiques ! Privilégiez le plus possible les huiles végétales bio. Tout d’abord, parce qu’on s’assure que les matières premières sont de bonne qualité. Car pour avoir un bon produit, il faut de bonnes matières premières. Bye Bye les pesticides et autres produits chimiques ! On s’assure également qu’elles sont issues d’une exploitation qui respecte l’environnement et d’une agriculture biologique. 

Ensuite, on privilégie les huiles vierges car elles sont de meilleure qualité. Les huiles vierges s’opposent aux huiles raffinées. En effet, le label “vierge” doit répondre à un cahier des charges précis. L’huile est issue d’une extraction à froid. C’est un produit brut sans aucune substances chimiques. Donc, elle conserve toutes ses propriétés comme les odeurs par exemple, contrairement aux huiles raffinées. Par le processus du raffinage, les produits sont désodorisés et décolorés pour être plus neutres. 

Les huiles végétales sont essentiellement vegan puisqu’elles proviennent de matières premières non animales. Néanmoins, savoir qu’on ne participe pas à l’achat de produits testés sur des animaux, c’est très gratifiant ! De plus, pour qu’un produit soit considéré comme vegan, il doit être bio. Donc, une pierre deux coups !

A lire également : Huiles végétales : 5 elixirs beauté incontournables !

Les fabricants qui veulent vous vendre des huiles végétales de qualité médiocre à 400 euros n’auront qu’à bien se tenir devant vous ! 

Laisser un commentaire