fbpx

Expo Dora Maar au Centre Pompidou jusqu’au 29 juillet. Une full immersion dans le souffle de cette artiste, muse de Picasso et en même temps, son esclave. Une promenade dans la douleur et l’intensité d’une personnalité éclectique aux plusieurs nuances. Il y a encore quelques jours pour profiter de cette collection d’images au parfum intimiste, celui de Dora. Alors, allons-y ! 

Dora Maar : la puissance du regard

expodoramaar_derosa_omagazine_1bis
Dora Maar © ExpoItalyArt

Née à Paris par un architecte croate, très connu en Amérique du Sud, et une femme française, Dora Maar vit son adolescence entre Paris et l’Argentine. Cependant, il sera à Paris qu’elle poursuivra ses études d’art, en développant le thème principal de sa production: le regard. De plus, Dora sera si obsédée par ce sujet pour en dire à son égard :

« Fermer les yeux au monde autour de nous, il nous permet de les ouvrir à l’inconscient ».

Intimisme, sensualité, cécité à l’égard de la vie ou, au contraire, prise de conscience: voici les traits incontournables des photos de Dora Maar, dont l’Expo Dora Maar au Centre Pompidou on en fait don. Néanmoins, ça sera pas seulement la photographie à enchanter cette artiste. D’autres inspirations, en fait, nourriront son génie: poésie, peinture, art surréaliste. Au bout de quelques années, Dora était déjà connue dans le panorama artistique des années 1930.

Dora à Paris dans les années 1930

xpodoramaar_derosa_omagazine_1
Dora Maar et Pablo Picasso © Irving Penn

En 1930 Dora Maar est à Paris où elle travaille auprès de Brassaï. De toute façon, elle ne rencontrera pas seulement le célèbre photographe hongrois: la Ville Lumière des Années Folles, grouillait d’artistes et d’intellectuels. Même notre Dora, aura l’honneur de connaître plein d’artistes du calibre de Henri Cartier-Bresson, Pierre Kéfer, Man Ray, George Bataille et André Breton. Ces deux derniers artistes mèneront une heureuse collaboration au niveau artistique ainsi qu’au niveau politique: l’exemple le plus significatif sera le group nommé Contre-attaque, dont il fera partie même Dora Maar, et qui luttait contre l’orthodoxie du Communisme. Bien que sa vie était comme sur du velours, Dora ignorait encore sa rencontre la plus importante et catastrophique. On verra avec qui…

Dora Maar et l’amour pour Picasso : entre Eros et Thanatos

expodoramaar_derosa_omagazine_2
Dora Maar et son Expo au Centre Pompidou © Centre Pompidou

Neuf ans en couple. Pour certains sera déjà pas mal. En tout cas, on n’est pas en train de parler de bonheur là. Dora Maar était, en synthèse, l’exemple de femme indépendante, de succès, aux plusieurs talents au niveau artistique (et moral, j’ajouterais). Voici la nouvelle muse de Picasso, un des visages de Guernica. Picasso devait la posséder, mais pas seulement physiquement : il devait harponner l’esprit de cette femme, vider son âme de ses ambitions en la traitant telle qu’une esclave. On ne dit rien de nouveau : c’est acquis que le peintre cubiste menait au suicide ses amantes. Les raisons? Tout d’abord, la compétition : malgré son succès confirmé, ses femmes ne devaient pas être plus douées que lui. Ensuite, l’amour c’est souvent question d’ambivalence: on est en équilibre précaire entre Eros et Thanatos, entre attraction et haine. La même Dora, elle dira: « Je n’ai jamais été l’amante de Picasso. Il n’était que mon patron ».

Expo Dora Maar au Centre Pompidou: un enchantement jusqu’au 29 juillet

Le Centre Pompidou, le phare de l’art contemporain, a ouvert ses portes à l’Expo Dora Maar. Plus de cinq cent œuvres et documents seront exposé jusqu’au 29 juillet. On lit dans la présentation du musée : « Bien loin du modèle auquel sa relation intime avec Pablo Picasso la limite trop souvent, l’exposition retrace le parcours d’une artiste accomplie, d’une intellectuelle libre et indépendante ».

On vous invite à découvrir Expo Dora Maar et les ouvrages de cette femme à la forte sensibilité. Une artiste polyédrique dont la beauté et sensualité ont été remarquables. Enfin, encore une fois, femme fait rime avec poésie.

Infos pratiques :

Où : Centre Pompidou, Place George Pompidou, 75004, Paris

Quand : jusqu’au 29 juillet 2019

Site officiel de l’expo : voici

Sarah Jay De Rosa

Italienne née en 1987. J'ai une licence universitaire en Lettres Modernes et je travaille comme rédactrice depuis 2012. J'adore l'art, la culture, la musique et surtout l'écriture. J'ai étudié la langue française et le web-marketing à Paris où je travaille comme rédactrice/traductrice bilingue française.

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.