fbpx

Exclu de son lycée pour avoir mis du vernis à ongle

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur tumblr

Aux USA, Trevor Wilkinson, un adolescent texan s’est vu refuser l’accès à son lycée pendant plusieurs jours de suite. La raison : la couche de vernis bleu qu’il portait sur les ongles. Focus sur cette affaire qui pose la question du genre et des stéréotypes qui l’accompagnent.

Mettre du vernis, un geste innocent

Le 30 novembre dernier, le jeune Trevor Wilkinson arrive dans son établissement scolaire, la Clyde High School, avec du vernis sur les ongles. Informé de l’interdiction de cette pratique chez les garçons, il refuse catégoriquement de l’enlever. Ce scénario se reproduira plusieurs jours de suite, jusqu’au moment où la direction prend la décision de le suspendre.

Le jeune homme dira au quotidien USA Today : « J’ai fait ça pour exprimer qui je suis. J’adore mes ongles, je pense qu’ils sont tellement cools. »

Trevor homme garcon vernis ongle
Trevor Wilkinson

Une contestation légitime

La réponse ferme du jeune homme a connu un énorme retentissement. Dénonçant la discrimination et la répression de la liberté d’expression, Trevor a mis en ligne une pétition qui a recueilli pas moins de 220.000 signatures en quelques jours seulement. Intitulée « Permettre aux hommes de porter du vernis à ongle« , elle dénonce les règles imposées par l’école aux garçons dans le but d’empêcher de les « féminiser ». Trevor a pu se prévaloir de nombreux soutiens, notamment de la part d’associations LGBTQ+ locales.

Le représentant du lycée concerné n’a pas voulu réagir au sujet de Trevor mais il a laissé entendre un assouplissement du code vestimentaire de l’établissement.

Une bataille est gagnée, mais les discriminations, elles, sont toujours aussi prégnantes. En effet, cette affaire, qui illustre les stéréotypes liés au genre aux USA, est loin d’être un cas isolé. Nous pouvons bien sûr faire le lien avec cette histoire remontant à 2019 d’un lycéen albigeois venu en cours maquillé. Rappelez-vous : il s’était fait très mal recevoir par sa direction. Sexisme et discrimination, en quoi la tenue ou les accessoires d’un élève influent-ils sur son travail ? Les mœurs, parfois rudes, révèlent le puritanisme de certains établissements et leur difficulté à se mettre à la page.

Laisser un commentaire