C’est le moment le plus attendu des passionnés de mode. Enfin, c’était. Imaginons que la Fashion Week ne soit supprimée : finies les dizaines de défilés par jour et le rassemblement de grandes personnalités du milieu, tout cela c’est du passé. Alors, que se passerait-il sans la semaine de la mode ?

La mode fait encore parler d’elle. Alors que la marque Saint Laurent vient d’annoncer son retrait du calendrier de la Fashion Week, une décision a été prise par la Fédération de la Haute Couture et de la mode. La semaine de la mode : c’est terminé ! En accord avec les organisations mondiales du secteur, les marques devront se débrouiller pour présenter leur collection aux acheteurs, journalistes et célébrités. La Fashion Week ? Besoin d’une piqûre de rappel ? Vous savez, c’est cette semaine (qui ne dure pas sept jours d’ailleurs) se déroulant principalement à New York, Londres, Milan et Paris. Elle permet aux marques de luxe de dévoiler leur collection lors de défilés. C’est la base avant la commercialisation, la communication, bref, le chiffre d’affaires des marques. La supprimer induit beaucoup de changements.

Un nouveau système

« Après mûres réflexions, nous avons pris la décision d’arrêter toutes les Fashion Week dans toutes les villes du monde. Désormais, chaque marque sera libre de présenter ses collections à la date et dans le lieu souhaité », indique le communiqué de la Fédération de la Haute Couture et de la mode. Dès lors, les services de communication et de vente, ainsi que la direction artistique, se mettent à réfléchir à une nouvelle organisation. Certaines marques décident de continuer la présentation des vêtements dans les grandes villes. En effet, c’est plus simple : beaucoup d’invités seront sur place et il est simple de s’y rendre. On ne veut pas risquer d’avoir des bancs vides ! Pourtant, d’autres s’axent sur une autre stratégie.

Le défilé été 2020 de Jacquemus en Provence, en marge de la Fashion Week @Twitter

Choisir des lieux d’exception, dans des villes ou des pays exotiques. Ce choix permet à la direction artistique de proposer des lieux en phase avec l’univers de la collection et à la communication de créer un buzz autour de l’évènement. On voit alors des défilés à Venice Beach à Los Angeles, sur les bords de la mer Morte en Israël, dans l’aquarium le plus grand d’Europe en Espagne ou encore sur les falaises d’Étretat en Normandie. À chaque annonce d’un futur défilé, c’est la surprise !

L’apogée de la créativité

Les créateurs et les ateliers sont heureux : il n’y a plus de pression pour finir les collections à temps. Comme les stylistes ne travaillent plus sous la contrainte du calendrier de la Fashion Week, on voit plus de diversité dans les styles et une qualité irréprochable. Maintenant, ils vont pouvoir prendre leur temps, sortir les collections en boutiques dès la fin du défilé sans attendre plusieurs mois que les usines fabriquent les vêtements. Et ce dernier élément, c’est la révolution contre les marques de fast fashion copiant le luxe. Désormais, ces dernières n’ont plus le temps de copier les vêtements de grands créateurs pour les proposer en boutique quelques semaines après. Les tendances n’existent plus. Il est difficile d’analyser l’esprit vestimentaire saisonnier puisque les collections sont éparpillées dans l’année. Dans notre monde sans Fashion Week, les gens se réfèrent plutôt à une marque ou à un style. Et l’on voit tout de suite ceux qui ont du goût et ceux qui s’habillent en fonction des tendances.

Visibilité et invités : le gros problème

Notre esprit écolo se dit alors : plus d’invités qui viennent par avions pour quelques shows, prenant taxis sur taxis, plus de décor massif pour 15 minutes de show dont on ne sait pas trop ce qu’il en est fait par la suite… Le bonheur pour la planète ! Mais cela, c’est sans compter la nouvelle organisation. Le budget dans les défilés augmente. On voit des décors incroyables dans des lieux magiques, quitte à investir et modifier des endroits naturels pour faire le show. C’est un véritable casse-tête pour les invités. Ils reçoivent des cartons d’invitation presque toutes les semaines. « Je dois aller à Milan fin mai, puis deux jours après partir aux États-Unis, pour retourner en Italie début juin avant d’aller au Japon pour un autre show : l’enfer !!! » peut-on lire sur les réseaux sociaux des influenceuses et journalistes.

Le défilé de taxi devant un défilé ©Hypebeast

Les invités préfèrent se déplacer pour les grandes marques ou celles qui sont tendances en ce moment, plutôt que de passer leur vie dans les avions et taxis. Maintenant, les invités ne se déplaceront plus pour une semaine de Fashion Week, mais pour un show ! Écologique ? Pas sûr… Et oui, avec des dates éparpillées dans l’année, il faut faire des choix. Et cela, c’est terrible pour les petites marques. Sans la visibilité que leur procurait la Fashion Week, elles doivent redoubler d’efforts pour attirer l’attention. Ce qui est sûr, c’est que l’empreinte environnementale du milieu de la mode ne s’est pas forcément améliorée et que des petites marques perdent des ventes…

Le défilé numérique s’est démocratisé

« Tu vas ou pour ton prochain défilé ? Sur mon téléphone ». Cette phrase, on l’entend partout. C’est la solution parfaite afin que tout le monde puisse voir la collection. On se rappelle de l’épidémie de Covid-19 en 2020 et de Giorgio Armani qui a diffusé son défilé en live sur les réseaux. Quelques années plus tard, c’est la norme ! Finalement, plus besoin d’être une star ou un professionnel du milieu, les défilés sont accessibles à tous depuis son smartphone. Les influenceuses perdent le prestige d’assister aux défilés tandis que les marques doivent absolument convaincre les personnalités en vogue de venir pour faire du clic. Quant à eux, les amateurs de mode peuvent donner leur avis de suite. Aduler ou détruire une collection en direct : en fait, le stress lié au calendrier de la Fashion Week n’est pas retombé.

Diffuser les défilés en live sur les réseaux ? Une normalité ©20minutes

L’absence de Fashion Week a des côtés positifs, comme négatifs. Au fur et à mesure, on voit des collectifs de marques se rassembler afin de créer des dates afin de présenter leurs collections. Le groupe Kering et LVMH organisent leur propre semaine de la mode. Mais ce sont aussi des jeunes marques qui s’unissent en créant « La semaine des jeunes créateurs ».

Et vous, pour ou contre la suppression de la Fashion Week ? Dites-nous en commentaire !

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.