DeserveMi

Pour m’évader des propositions fumeuses que mon statut de journaliste coquine m’attire, je me suis retrouvée sur DeserveMi. Nouvelle App et curieuse expérience qui fixe définitivement la rencontre numérique dans le jeu à réalité augmenté. 3 rounds pour gagner 1 coup, ou plus, c’est à voir… c’est à jouer.

 

Mon profil est entré dans l’app. Tout doucement les joueurs se pressent attirés par ma photo comme le renard de la fable par le Babibel du volatile. Je retiens les profils les moins pathétiques, les moins fumistes, les moins sportifs de console, pour sélectionner le plus mignon (un seul), le plus bobochic (un seul aussi, dommage), le plus grunge et propre (un seul, et encore ses cheveux étaient gras). Je me fais ma liste de course sur 3 bonshommes. Ça commence comme toutes les apps, avec ce microplaisir nerveux du rêve éclair de positions torrides entre deux conversations passionnantes, en un jet d’adrénaline quand on balaye la photo. Sélectionner sur photo produit scientifiquement la même satisfaction que celle d’un joueur de loto faisant sa grille en flash. Premier round.

Le jeu se poursuit dans le silence de l’attente. Il y eut une nuit (seule), il y eut un jour (au boulot) lorsque le lendemain, je ne sais si c’est moi ou lui, ou eux, ou d’autres, ou une IA venue d’une autre galaxie… certains profils se retrouvent éliminés, à moins que j’aie moi été éliminée de leur partie. Il m’en reste 2. Je peux leur laisser des messages vocaux. J’essaie. Je ne sais pas quoi dire. Je laisse un message digne d’une assistante de direction stagiaire, mêlant la lecture de mon profil, des phrases de politesse, une exposition absurde de mes goûts, et une conclusion du genre « je n’sais pas quoi dire d’autre… À toi ». Deuxième round.

Et puis j’écoute leur voix. Le contenu de leur message frise les QI des meilleurs primates étudiés par le CNRS. D’ailleurs, mes messages ne sont sans doute pas des prix Goncourt non plus. À force on discute et je choisis celui qui me rassure par sa voix. Nous avons passé plusieurs jours à échanger comme ça. J’en avais oublié leur visage. J’en avais oublié le désir physique. Mais j’en avais marre de parler, alors nous nous sommes programmés une date dans un bar à vin. Troisième round.

Pour de vrai, le rendez-vous était pour ce soir. Je l’ai repoussé.

Je ne voulais pas vivre la suite et après seulement écrire cet article. L’article d’abord, voilà il est là. Et maintenant je passe à la partie réelle de notre rencontre.

Par Bénédicte.

Benedicte

Philosophe excentrique, Bénédicte vous cause de lifestyle, de tendances, de gastronomie, d'art et un peu sexo aussi. Et si vous cherchez un peu, vous trouverez un peu de philo, un peu partout.

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.