fbpx

Balenciaga : du style espagnol des années 50 aux Dad Shoes

Balenciaga, ce nom raisonne comme une des grandes marques de haute couture mondiale. C’est en effet devenu une valeur sûre, désormais plus une marque : c’est une institution de la mode.

Un succès jamais démenti

Cristobal Balenciaga, c’est l’histoire d’un génie autodidacte qui a changé le monde de la mode. Il ouvre sa première maison de couture en Espagne, à San Sebastian et connaît un succès quasi immédiat. Les femmes de la famille royale deviennent des habituées et entrainent avec elles toutes les dames de la bonne société espagnole. En 1937, Cristobal ouvre la Maison Balenciaga à Paris au 10 avenue Georges V, et présente son premier défilé en août : c’est un triomphe qui durera trente ans. Surnommé à l’époque « le jeune Espagnol qui révolutionne la mode », le créateur n’était pas un personnage mondain et médiatique mais avait plutôt tendance à s’effacer derrière son oeuvre, en mettant de ce fait uniquement ses vêtements en avant. Il se retire en 1968 et disparaît quatre ans après le 23 mars 1972, le Women’s Wear Daily cite « Le Roi est mort », c’est la fin d’une époque.

La marque Balenciaga se relance finalement en 1995 grâce à Nicolas Ghesquière, qui s’inscrit dans les pas du Maître tout en y ajoutant sa touche, une note de modernité qui placera Balenciaga dans les marques qui influencent la mode. Le directeur artistique cède sa place en 2012 et en 2015 Demna Gvasalia prend la relève, un créateur qui bousculera l’univers Balenciaga en mélangeant les classiques de la marque et sa vision de l’esthétisme. Pour ne citer qu’un exemple lors de la Fashion Week en octobre 2018, il frappe fort en propose une collection futuriste alliée aux nouvelles technologies fabriquée grâce aux outils de moulage 3D, le tout présenté dans un cadre quasi inquiétant avec écrans à LED où sont projetées des images colorées, elles aussi, futuristes.

Les pièces mythiques d’hier et d’aujourd’hui

Balenciaga, c’est l’idée que la femme s’adapte au tissu, il n’est plus esclave, il est maître. De cette philosophie apparaîtra l’iconique robe Baby Doll, ou encore la fameuse robe boule. C’est aussi le noir profond, qui ne se cache pas, mais qui au contraire, est apposé sur de grandes robes, de grandes fourrures. Le noir Balenciaga, c’est l’élégance et le classicisme qui caractérisaient l’œuvre du couturier.

Aujourd’hui, la mode ne se fait plus sur les podiums mais dans la rue, et Instagram en est son miroir. Les influenceurs, qui piochent dans le vestiaire des 90’s avec un plaisir non dissimulé redonnent une nouvelle image aux vieilles baskets dites Dad Shoes. C’est ainsi que Balenciaga répond à leurs attentes, avec son interprétation : la Triple S. Outre la Dad Shoes, la griffe Espagnole s’approprie aussi la chaussure de treck en faisant d’elle l’une des nouvelles tendances des dernières saisons. Pour terminer dans la série chaussure revisitée, impossible de ne pas évoquer la Trainer speed Balenciaga. À la frontière entre la chaussure et la chaussette, cette basket ultra-légère est le nec plus ultra du vestiaire branché. Sont même créées des listes d’attente dans les boutiques Balenciaga lors de la sortie de ces pièces qui n’avaient pourtant fait l’objet étonnamment d’aucune publicité. Si vous cherchez l’une de ces paires devenues mythiques, nous vous conseillons de jeter un œil aux chaussures Balenciaga sur YOOX où il est possible de trouver ces modèles ou similaires, parmi le large choix que le site offre pour cette marque.

Balenciaga et la cause animale

 

Balenciaga est aussi une marque engagée et pour cause, bannir les fourrures et les produits fabriqués à partir d’animaux dans le domaine du luxe sont devenus le combat mené par la marque espagnole. En effet, la griffe a décidé de bannir les fourrures de ses défilés et s’associe au site Farfetch dans une collection capsule qui a pour objectif de sensibiliser les consciences sur la disparition d’espèces animales, immortalisées sur les vêtements. Balenciaga considère que cette lutte est importante pour la nouvelle génération, qu’il souhaite conquérir toujours plus.

Balenciaga a réussi une transformation nécessaire pour passer le cap du XXIème siècle. L’image classique s’est assouplie, la griffe est devenue une marque moderne et en phase avec son temps tout en conservant l’âme du couturier. C’est la grande réussite de Balenciaga, avoir su marier modernisme et classicisme, élégance et irrévérence.

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.