La Saint Valentin arrive bientôt et ton mec n’a pas réservé de resto (disons qu’il est maladroit), ou tu n’as pas de mec et tes copines ont bien leur rendez-vous au resto avec leur mec (il n’y a pas de socialisme en amour), ou tu as des copines qui comme toi ne prévoient pas de sortir en amoureuse le vendredi soir de la Saint-Valentin. Alors cet article est pour toi.

 

Situation

La Saint-Valentin a sa face commerciale que l’on ne saurait voir, mais qui contraint nos cavaliers à réserver plutôt très à l’avance le restaurant et les autres merveilleuses sorties qu’ils envisagent de nous faire apprécier. En cette glorieuse année, alors que le siècle est déjà entamé de son cinquième, la Saint-Valentin tombe (mal) un vendredi. Ainsi la nuit sera longue et les pieds gonflés pour celles qui auront le bonheur de sortir avec un chef de projet qui aura consciencieusement suivi le manuel du planificateur. Pour les autres, aucune sortie ne sera possible ; l’ensemble des lieux payant étant ce soir-là aussi plein qu’un œuf d’autruche.

Elles seront nombreuses, alors, les semi-malheureuses qui fêteront la Saint-Valentin à l’appartement, entendant le bruit des voitures en embouteillage au bas de leur fenêtre, pendant qu’elles recevront leurs fleurs en train de prendre chaud et qu’elles tendront leur cadeau : une cravate ou une ceinture joliment enroulée sur elle-même et enfermée dans une boîte carrée qui tient dans la main. Avec leur chemisier qui a ramené les odeurs du travail, elles se diront qu’elles sont heureuses, que leur mec est un vrai et qu’il aurait une divine allure de dandy viril s’il portait plutôt des bretelles (mais il reste trop coincé pour faire autrement que ses collègues).

Celles qui seront seules face à leur plateau-repas de nourriture transformée, comme celles qui se seront réunies dans la plus grande collocation en attendant les livraisons de sushis et des hamburgers vegans, se trouveront encerclées dans un monde qui ne pense que Saint-Valentin : du moindre twitt, à la moindre émission TV, en passant par toutes les conversations Whatsapp.

Celle d’entre vous qui aura lu le présent article pensera que les suicides en période de fête ne sont pas le fruit du désespoir, mais du foutu bonheur libéralement affiché par les autres. Car la joie n’est pas un virus venu de Chine, mais bien plutôt une hypocrisie qu’il arrive à chacun de jouer pour se convaincre que ça vaut le coup d’attendre la prochaine étape de vie, puis la suivante, en attendant celle d’après, et enfin mourir.

La soirée du 14 février 2020 sera donc, pour beaucoup de femmes, une soirée gâchée, volontairement ou par maladresse masculine. Il vous faudra faire quelque chose de déconnecté, ne pas rester passive, ne pas développer de ressentiment. Vous devez viscéralement refuser de laisser défiler tous les épisodes des dernières séries de Netflix. Il faut voir au-delà ! Que faire en intérieur et pas cher ? Réponse : un atelier d’écrit polissons.

Règle du jeu

Racontez à l’écrit une histoire cochonne, en détaillant surtout la partie du ou des rapports sexuels.

Si vous êtes seule, décrivez une histoire de cul avec une intrigue tirée du dernier James Bond dont vous vous souvenez, avec assez de détails pour que la relecture vous émoustille passionnellement. Si vous êtes en couple, chacun doit imposer un titre à l’autre. L’intrigue doit bien sûr être explicite dans le titre. Si vous êtes plusieurs femmes, placez chacune un titre dans un sac, et tirez au sort.

Rédigez un premier jet et lisez-le à voix haute. Selon les remarques de l’assemblée et vos propres impressions, replongée dans une réécriture, encore plus détaillée. Éventuellement, pour corser l’exercice, imposez-vous de devoir placer 5 à 10 mots compte triple, trouvés dans un dictionnaire jeté en l’air.

Il est important que vous n’écriviez jamais vos vrais fantasmes, que vous ne vous mettiez pas en scène, ni quelqu’un qui vous ressemble, non plus quelqu’un de votre entourage proche ou identifiable. Évidemment n’écrivez pas de choses chastes, pas plus de choses tristes ou méditatives. Écrivez de sales cochonneries hard avec les détails saugrenus, et soyez bien attentive à la ponctuation, à la syntaxe, à l’orthographe, à la structure des phrases, et aux détails de couleur, de texture, de motifs, de son, d’intensité. Prenez votre temps.

Si vous souhaitez, je serai heureuse de vous relire. Envoyez-moi par email.

Par Bénédicte, l’écrivaine décomplexée

Benedicte

Philosophe excentrique, Bénédicte vous cause de lifestyle, de tendances, de gastronomie, d'art et un peu sexo aussi. Et si vous cherchez un peu, vous trouverez un peu de philo, un peu partout.

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.