Sous le pseudonyme de Solange, Ina Mihalache a sorti le 1er février dernier « Très intime » aux éditons Payot. Pour vous, ô magazine l’a lu et vous confie pourquoi il faut le lire.

En fait, je n’ai pas lu « Très Intime » de Solange. Je pensais le faire, mais ça n’a pas été le cas. Au lieu de ça, j’ai plutôt lu l’histoire de Bintou, d’Annelise, Zoé, Patricia, Léa, etc.

Des histoires peu communes de femmes ordinaires, initialement diffusées à travers la radio « Mouv ». Des histoires retranscrites avec une authenticité frappante au niveau de la forme et du fond. Les expressions de ces femmes sont écrites telles quelles, sans changement de la part de Solange, elles sont elles-mêmes, elles sont face à nous et nous racontent leur histoire. Des histoires sans tabou, aucun. On y parle cru, sans jolis mots qui enrobent les idées, ici elles parlent à nu, d’elles, nues.

Entre 2012 et 2014, l’auteure est allée à leur rencontre. Des rencontres au début, très très intimes puisqu’elle dormait chez les sujets, puis un peu plus conventionnelles. Cependant peu importe la forme de la rencontre, il y a en permanence dans « Très intime » une sincérité qui défie la pudeur entre l’intervieweuse et la l’interviewée. Chaque entretien semble avoir été scellé d’un pacte de vérité.

Solange sert d’intermédiaire entre chacune de ces femmes et les lecteurs, elles posent des questions sur la sexualité, l’amour, les relations dont on parle peu, finalement. Ces femmes, quant à elles, répondent, se confient, rigolent. Elles livrent le récit d’agression, de jouissance, d’amour, des récits tabou qu’on ne raconte qu’à ses copines ou que l’on ne raconte pas du tout. Elles ont entre 18 et 46 ans, elles sont au nombre de vingt, issues de toutes classes et origines sociales, elles représentent un panel de la féminité. Celle que l’on ne veut pas souvent voir, cette féminité qui gêne tant, elle ne correspond en rien à l’idée que l’on s’en fait. Ces femmes n’entrent dans aucune case parce qu’elles n’attendent pas de prince charmant, parce qu’elles ne croient pas en l’orgasme, parce qu’elles ne croient plus en l’homme, qu’elles en savent trop sur leur corps et ceux des autres.

Ce recueil nous transporte en nous-même, finalement. On se sent complice de la folie de Patricia, on admire secrètement la témérité de Mathilde et on est absolument réceptive aux amères confidences de Judith En fait, ces récits sont les pièces du puzzle de notre propre histoire, au fil des pages, je me surprends à répondre à certaines questions, à compléter les dires de Nelly qui me font pleinement écho. Au fil du bouquin, je me retrouve moi-même à découvrir ma propre féminité et les obstacles qui m’ont empêché de l’épouser. Je recrée ma propre histoire à travers les confidences de ces femmes qui semblent avoir compris la leur. Elles sont fortes, et ont, même jeunes, une maitrise des mots, authentique, qui crève les pages de « Très Intime ».

Solange qui avait l’habitude de nous parler (ndlr : sa chaine YouTube se nomme Solange Te Parle) à travers sa chaine YouTube qui compte 300 000 abonnés. Elle y parle de sujets féminins, mais surtout féministes comme « la vulve » ou « pas féminine » et ce livre s’inscrit dans une forme de continuité de son travail. Elle laisse la place à d’autres, leur accorde une forme « d’empowerment » pour qu’elles nous racontent enfin l’acide vérité de la sexualité féminine.

« Très Intime » est avant tout, très réel. Une réalité foudroyante dont on est rassuré qu’elle existe.

Envie d’entrer dans cette intimité féminine ? N’hésitez pas à vous procurer le livre de Solange pour 15€ en librairie ou en ligne

Recommended Posts