Certains restaurants nécessitent de faire un détour ou de passer du temps à chercher une place. L’Annexe est, lui, en bas de la rue. Vous proposant un bon plateau au pied de votre travail.

La France c’est manger, bien manger. Faire un break, se détendre, passer à autre chose, notre récréation, c’est le déjeuner. C’est tellement sacré, qu’on n’est pas payé pendant ce temps-là.

Travailler, c’est être efficace, produire, rentabiliser, rester à 100 %, ne pas faire d’erreur, surveiller ses gestes et contrôler leur productivité. Le symbole du travail c’est la finance. La finance c’est l’incarnation dans le monde humain du dieu quantité au commencement duquel est le chiffre, et à l’oméga est le reporting. Je suis ta serviteuse, gloire à toi Ô Excel, démon de l’univers infiniment précis, maître incontesté des indicateurs consolidés, vertu comparatoire qui régie sur les lois du décisionnel.

Dans le quartier des banques et de la finance vous trouverez quelques îlots permettant de reprendre pied avec son ventre, dans un temps mesuré (certes !) mais pour un plaisir non quantifiable, celui de la bouche. Pour le déjeuner vous irez à L’Annexe. C’est l’annexe de l’Un des Sens, juste à côté, aux cuisines communes et aux plats dédiés. Endroit calme, à la cuisine simple et équilibrée. Bon, c’est bon donc. On s’y pose seule ou accompagnée, on parle de ses soirées, de ses désirs, de ses découvertes ; on pense à soi, ou on regarde autour de soi, on s’arrête. Oasis de goût avant de repartir ; parenthèse de la journée : L’Annexe.

Par Bénédicte

L’Annexe

133 bd Haussmann, Paris 8e

Recommended Posts

Leave a Comment