Pourquoi le gynéco a choisi ce métier ? C’est une question que nous nous sommes toutes posées avant d’oublier qu’aucune réponse ne nous avait satisfaites. Recommençons l’exposition de nos craintes.

Ce qui fait de nous une femme ce n’est pas notre premier SMIC mais bien notre premier gynéco. Le gynéco est ce monsieur qui questionne sans passion sur notre origine du monde et qui a le droit de le toucher avant même que qui que ce soit n’ait le droit de regarder.

Beaucoup de gynéco sont des mâles, beaucoup trop. Pourquoi ces hommes ont-ils plus de droits que la moitié de mes amoureux ? Pourquoi leur a-t-on donné tant de pouvoir social ?

Et puis, qu’est-ce qui a pris à un mecton en 4e année de médecine de se spécialiser en trifouillage du Saint-des-saints ? Je ne peux croire que c’est parce qu’il avait gardé un bon souvenir de son accouchement. Et la réussite dans cette étrange spécialité, ne l’a-t-elle pas consacrée dans une perversion professionnelle et facturée à la CQ ?

On me dira qu’après tant de visites répétées et de contre-visites obligées dans une zone pouvant avoir les variations des paysages russes, il ne voit plus rien. Mais alors :

Soit c’est faux et peut-être que je l’attire et il fera tout pour me tripatouiller, il est dangereux !

Soit c’est faux et peut-être que je le révulse et il négligera ses obligations, il est dangereux !

Soit c’est vrai, alors il est déshumanisé, et il est encore plus dangereux !

Quel que soit le « soit », il est dangereux. Je le sais depuis toujours. Et j’y retourne. Si je n’y allais pas, je deviendrai une marginale de l’hygiène, une malpropre anarchiste, une souillon bolchevique. À cette heure, la femme qui refuse le gynécologue, se voit bannie de l’environnement social, rayée de la liste des républicaines, retirée sa carte du RSE. C’est la condition pour être considérée à l’égal de l’homme.

Les lois de la nature rendent la société injuste. Alors que les mâles sont libres d’uriner sur la B.A.U. de l’autoroute, nous, nous passons des frottis plus réguliers que les contrôles techniques des voitures d’occasion. Et quand la ménopause aura eu raison de nos printemps mensuels, nous serons écrasées de la poitrine en prévenance du tourteau mammaire.

Mesdames et moi-même, nous devons composer un féminisme engagé, une volonté d’égalité légale, avec la surveillance gynécologique sociale.

À suivre…

Par Bénédicte

Recommended Posts
Showing 3 comments
pingbacks / trackbacks