En 25 ans de thérapie conjugale, le principal reproche que j’ai le plus souvent entendu de la part des femmes envers les hommes, c’est que ceux-ci ne communiquent pas assez et ne sont pas ouverts au dialogue : « Il faut toujours leur tirer les vers du nez et on ne sait jamais à quoi pensent vraiment les hommes. » En dehors du sexe, évidemment ! 

Ce reproche est confirmé par nos observations : plus le temps passe, moins l’homme a tendance à se montrer communicatif dans l’intimité du couple. L’homme agit souvent comme si sa partenaire était acquise, comme s’il lui avait tout dit et qu’il n’était plus nécessaire de la tenir au courant de ses pensées et sentiments. Quand sa partenaire lui en fait la remarque, il lui répond qu’il ne veut pas la « déranger » avec ses préoccupations ou qu’il ne pense à rien et que tout va bien.

Il n’y aurait pas de problème si la femme ne possédait pas un besoin constant de communication. Pour se sentir vivante, attirante, aimée, pour se sentir en relation, la femme a besoin de s’exprimer verbalement. La femme retire beaucoup de plaisir à parler et à partager ses pensées et ses émotions, non pas pour résoudre un problème, mais tout simplement pour être en relation.

Pour l’homme, communiquer veut dire échanger de l’information. Pour la femme, cela signifie partage, intimité et plaisir. La femme s’attend à retirer de ses conversations un important soutien émotionnel, dans la mesure où elle tente de se comprendre et de comprendre les autres. L’homme s’attend, quant à lui, à des conversations rapides, de préférence amusantes, qui lui permettent d’échanger des informations pratiques et utiles. L’homme aime rarement « parler pour parler ».

En général les hommes mettent l’accent sur l’action, la réussite professionnelle (et ses retombées sur le confort matériel du couple), l’indépendance et la paix émotive du foyer. Les femmes mettent l’accent sur la relation, la réussite romantique, l’interdépendance et l’expression verbale des émotions à l’intérieur du couple et du foyer. Le jour et la nuit, quoi !

Comparée à l’homme, la femme est experte dans la communication verbale, surtout s’il s’agit d’exprimer des émotions. Le besoin de communication verbale à couleur émotive est un besoin typiquement féminin, comme nous le confirme une étude faite par l’Ordre Professionnel des Psychologues du Québec en 1992, D’après cette étude, 73 % des femmes interrogées croient que « la communication dans le couple peut régler tous les problèmes » contre seulement 27% des hommes. Les femmes parlent plus que les hommes dans l’intimité, mais communiquent-elles vraiment ? D’après les psychologues Yvan Lussier et Stéphane Sabourin « quand les hommes commencent à parler, si elles n’entendent pas ce qu’elles veulent, bien souvent elles refusent la communication ».

Ce besoin de communication verbale et émotive est donc légitime et sain pour la femme, pas nécessairement pour l’homme qui, en général, manifeste plus de pudeur émotive. Il est toutefois possible pour la femme d’utiliser des stratégies qui lui permettront de mieux satisfaire son besoin : poser des questions précises, respecter les moments de silence de son conjoint, accepter sa difficulté à parler d’émotions, cesser de l’interrompre, ne pas parler à sa place, pratiquer l’écoute active, attirer son attention en le touchant, faire appel à ses compétences et, surtout, prendre la responsabilité de son besoin de communication et de ses émotions.

Quant à l’homme, s’il veut être heureux en couple, il n’a pas vraiment le choix : il doit se mettre à l’écoute de sa partenaire et aider celle-ci à satisfaire son besoin de communication au lieu de se mettre sur la défensive et lui donner des solutions pour faire disparaître ses émotions. Si l’homme connaissait réellement la valeur érotique de l’écoute, il ne refuserait jamais d’acquiescer à la demande de sa partenaire lorsque celle-ci lui dit :  » Chéri, parle-moi ! « .

De Yvon Dallaire

Recommended Posts

Leave a Comment