fbpx

Sauvez des vies, les gestes essentiels

mannequin et défibrillateur

Depuis les attentats de Paris et Nice, nombreuses ont été les personnes démunies face au manque de connaissances pour venir en aide aux victimes. De ces situations exceptionnelles aux malaises du quotidien, les bonnes pratiques doivent être acquises pour limiter le nombre de décès. Si depuis quelques années, des formations de secourisme sont obligatoires de la primaire au lycée, seriez-vous capable d’intervenir sur un citoyen en danger ? Des réflexes simples aux manipulations plus techniques, découvrez en détails les principaux gestes qui sauvent les vies des adultes et jeunes enfants.

Les bons gestes face aux accidents domestiques

Vous voici en plein repas de famille et tout le monde se régale de votre menu dominical. Soudain, votre tante se retrouve à faire un malaise cardiaque ou s’étouffe. Vous l’observez racler sa gorge et chercher sa respiration… En vain. Elle semble bloquée et suffoque. Tout le monde panique. Et vous, que faites-vous ? Connaissez-vous les bonnes pratiques et le comportement à adopter en attendant les secours ?

Intervenir face à un étouffement

La panique prend généralement le dessus dans ce genre de situation. Mais, connaître les étapes à suivre pour aider une victime d’étouffement apaise les peurs. En savoir plus sur vos peurs

Manipulation face à étouffement
Manipulation face à l’étouffement
  1. Levez la victime et placez-vous derrière elle. De côté, tenez-la en penchant légèrement son corps vers l’avant. Donnez-lui des claques entre les omoplates jusqu’à ce que l’aliment soit expulsé. (Ne répétez pas plus de 5 fois.) 
  2. Si cela ne suffit pas, entourez vos bras autour de son abdomen et faites une compression abdominale : positionnez votre poing fermé entre le nombril et le sternum et appuyez en remontant .
  3. Si rien n’y fait, appelez les secours.

Reconnaître et agir face à un malaise cardiaque

Homme pris d'une douleur thoracique
Ne sous-estimez jamais une douleur thoracique

Le malaise cardiaque ne prévient pas. En une fraction de seconde, un individu peut se sentir mal. S’il se plaint d’une douleur thoracique qui lui serre la poitrine, n’attendez pas pour appeler le SAMU. Cette douleur peut également s’étendre dans le bras, le cou, mâchoire ou encore estomac avec des nausées, suées et douleurs abdominales.  

  1. En attendant que les secours arrivent, prenez soin d’allonger la personne dans la position qu’il juge la plus confortable.
  2. Vérifiez sa respiration et son état de conscience en lui posant quelques questions : A-t-elle déjà eut ce genre de douleur ? Suit-elle un traitement pour ça ? A-t-elle subi une hospitalisation récemment ? 

Même si la victime vous assure que cet état est passager, rappelez-vous que seuls les secouristes sont habilités à juger de l’état d’urgence.

Réanimer une victime de crise cardiaque 

femme inconsciente
Crise cardiaque, tout se joue dans les premières secondes.

Vous rentrez des courses et retrouvez votre conjoint allongé au sol. Il ne respire plus ou mal. Que lui est-il arrivé ? Depuis combien de temps gît-il ainsi ? Ne perdez pas de temps et appelez le SAMU. En attendant :

  1. Sortez le DAE et suivez les instructions en prenant soin à ce que personne ne touche la victime.
  2. Si indiqué par le défibrillateur, pratiquez la réanimation cardio-pulmonaire ( 30 compressions thoraciques puis 2 insufflations et répétez jusqu’à l’arrivée du SAMU ou d’un retour de respiration)

Avec plus de 46000 personnes concernées en France*, l’arrêt cardiaque est une situation fréquente. Par la maîtrise de ces gestes, nous pouvons augmenter les 7% de taux de survie recensé*…

Secourir, même dans les situations extrêmes 

1 personne décède d’un accident de la route toutes les 3 heures en France. Venir aux secours des automobilistes, piétons ou motards est un devoir voire une nécessité. Selon la gravité du drame, plusieurs techniques sont à pratiquer.

Arrêtez une hémorragie

Il n’est pas rare de faire face à un saignement excessif dans un incident violent. Comme dans les films, pratiquez un point de compression.

  1. En prenant soin de protéger vos mains, appuyez-les, l’une contre l’autre, sur la plaie jusqu’à ce que les pompiers prennent le relai.
  2. Ou faites une compresse avec une large bande de tissu propre. Vérifiez qu’elle recouvre totalement la plaie et entourez le membre blessé de 2 tours en serrant fort.

Sécurisez une victime inconsciente

Si l’accidentée ne parle pas mais respire, elle est en état d’inconscience. Il faut alors dégager les voies aériennes et la positionner en PLS

Homme-inconscient
Position Latérale de Sécurité
  1. Afin d’éviter que la langue ne vienne bloquer les voies respiratoires par le relâchement des muscles, allongez la victime et dégagez tout bouton, cravate et ceinture. Retirer ses lunettes et basculez doucement sa tête en arrière et maintenez le menton vers le haut.
  2. Vérifier sa respiration en approchant votre oreille de sa bouche pendant 10 secondes, et regardez sa poitrine se gonfler et se dégonfler.
  3. La Position latérale de sécurité : toujours allongé, placez les jambes côte à côte dans l‘alignement du corps, positionnez sa main gauche à 90 degrés au-dessus de la tête et sa main droite contre son oreille gauche. Pliez le genou droit et le ramener au-dessus de sa jambe gauche. Faites rouler le corps sur le flan et ouvrez-lui la bouche. 

Plus de précision sur le site de la croix rouge.

Les gestes qui sauvent votre nourrisson

Expulser un corps étranger

Comme pour l’adulte, l’enfant peut réussir à expulser de lui-même le corps étranger qui bloque sa respiration. Si cela devient compliqué, maintenez le bébé le long de votre bras, face contre sol. Posez une main sur son ventre en prenant garde de stabiliser sa tête et procédez à la méthode Hemlich en donnant jusqu’à 5 claques entre les omoplates et compressez en virgule sous le sternum. Vérifier entre-temps, si vous pouvez extraire le corps étranger de sa bouche sans fouiller après, au risque d’enfoncer l’objet dans la gorge. 

étouffement du nourisson
Méthode d’Hemlich

Réanimation et bouche-à-bouche

En cas d’inconscience ou de difficulté respiratoire

  1. Dégagez en premier lieu les voies aériennes : une main sur le front et une sur la nuque, basculez sa tête en arrière et surveillez le retour de sa respiration. Contrôlez son pou ou le mouvement de sa poitrine. 
  2. S’il ne respire toujours pas, commencez le bouche-à-bouche : toujours en dégageant les voies respiratoires, positionnez-vous perpendiculairement au bébé et insufflez-lui votre air dans le nez et la bouche. Ses poumons se gonflent. Attendez qu’ils se dégonflent pour recommencer. Répétez jusqu’à 5 fois.
  3. Enchaînez avec le massage cardiaque : sur une table ou sur vos genoux, positionnez bébé sur le dos, les jambes contre votre ventre. Positionnez deux doigts, juste en dessous de sa poitrine. Et appuyez fermement au rythme de 2 compressions/ seconde. Répétez 15 fois avant de reprendre le bouche-à-bouche.

Enchaînez ces cycles jusqu’au retour de la respiration. Une fois le souffle retrouvé, positionnez l’enfant à la verticale en maintenant sa tête et sa nuque.

Toute intervention de votre part ou d’un secouriste devra être suivie par des examens complémentaires à l’hôpital ou une consultation du bébé chez votre médecin de famille.
Peaufinez les détails des gestes dédiés au nourrisson

Les premières minutes sont cruciales pour augmenter de 20 % les chances de survie d’une victime. C’est pourquoi le premier intervenant est souvent son seul espoir. Sauver des vies demande de bons réflexes et une rapidité d’exécution. Face à cette pression, le moment venu d’agir, soyez serein, prêt et correctement formé. Quelques heures de formation suffisent pour maîtriser les gestes de bases. Ainsi, dès 10 ans, des formations gratuites sur internet et aux centres de la croix rouge apprennent à vous servir d’un défibrillateur, à faire une réanimation cardio-respiratoire et analyser la gravité de la situation. Alors qu’attendez-vous pour choisir une date de formation aux premiers secours ?

Cindy Cauchy

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.