fbpx

Les règles et recommandations à connaître sur le CBD et la conduite

CBD – Consommer et conduire ne font jamais bon ménage

L’univers du CBD continue de s’étendre à l’infini. Disponible sous une pluralité de formes, même des plus inimaginables, les partisans et autres alliés du fameux cannabinoïde ont aujourd’hui trouvé des manières de l’utiliser pour toutes les situations possibles : comme remède à une longue journée de stress jusqu’à sa prise pour booster sa créativité en berne. 

Toutefois, parmi toutes les qualités que l’on lui prête, les agences de contrôle sanitaires européennes sonnent tout de même la sonnette d’alarme et rappelle à la prudence compte tenu des possibles effets de somnolence. Cet effet, disent-ils, sont à craindre surtout si un usager prenait le volant juste après la consommation du CBD. Pour comprendre, revenons sur les points qui ont été abordés par les autorités afin de mieux comprendre leurs inquiétudes.

CBD : pourquoi la conduite est à proscrire une fois la substance ingérée ?

Le cannabidiol est un composant actif du cannabis dont les nombreux bienfaits feront rougir tant d’autres substances végétales à visée thérapeutique. Néanmoins, rappelons nous cet adage : personne n’est parfait et le CBD, pas plus qu’un autre.

Effectivement, à certaines doses mais aussi suivant l’état de son consommateur, le CBD pourrait provoquer des états de somnolence. La question de savoir comment le CBD affecte la conduite reste cependant à débattre mais certaines agences sanitaires préfèrent rappeler que la conduite d’un véhicule à moteur après avoir ingéré des produits CBD peut s’avérer dangereux. Ce court avertissement est basé sur l’unique affirmation que le cannabidiol peut accélérer la somnolence, des états de sédation ou de la léthargie (due à ses effets relaxants).

Que dit la science et la recherche ? Les très rares résultats scientifiques

Malheureusement, il existe encore très peu de recherches portant sur l’impact du CBD sur la conduite. Les scientifiques continuent aujourd’hui à étudier ses effets et ses actions physiologiques sur les individus de tous types. Donc, sans certitude, la prudence est de mise et les comportements responsables doivent primer sur l’envie de consommer.

Les choses qui sont dites sur le cannabidiol et la conduite : un point rapide

D’après des études statistiques fournies en France et en Europe, nous savons que le manque de sommeil au volant est le responsable à lui seul de plusieurs milliers de morts sur la route ces dernières années. Selon les estimation de l’Observatoire national de la sécurité routière, en 2019, plus de 3000 personnes sont décédées sur les routes de la métropole française, dont 8 à 10% est immédiatement lié à la fatigue et la somnolence.

S’ils sont avérés, les effets du CBD sur la conduite restent très probablement minimes. Néanmoins, si un produit, quel qu’il soit, vous rend moins alerte lorsque vous êtes sur la route, alors il sera plus que fondamental de faire attention à sa consommation.

Les recherches à ce sujet se développent de plus en plus afin d’apporter très bientôt des réponses claires et précises sur les performances de conduite lorsqu’un usager est soumis aux effets du CBD.

Il faut aussi savoir que, selon l’arrêté du 13 décembre 2016 fixant les modalités du dépistage des substances témoignant de l’usage de stupéfiants, vous êtes préjudiciables si, lors d’un dépistage salivaire par la police, votre taux est supérieur à 1 ng / ml de salive (ou équivalent) pour le 9-tétrahydrocannabinol (THC). Tandis que, pour une analyse sanguine, vous êtes positif si le taux de THC dépasse 0, 5 ng / ml ; THC-C000H > 1,0 ng / ml.

Vigilance donc, à tous les niveaux.

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.