fbpx

Anna Wintour : souveraine de la mode

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur tumblr
Anna Wintour MET Gala

Depuis près de trente ans, la mode est gouvernée par une femme. Son nom vous dit quelque chose ? Vous l’avez sûrement aperçu au premier rang de tous les défilés des Fashion Weeks, bien identifiable avec son iconique carré et sa paire de lunettes Wayfarer. Mais qui est Anna Wintour ? Revenons sur le parcours d’une femme emblématique. 

La mode, une destinée inévitable

Avant d’acquérir ses lettres de noblesse, Anna Wintour a vécu une jeunesse bercée par la mode. Elle naît à Londres en 1949, au sein d’une fratrie de quatre frères et sœurs. Pendant le Swinging London des années 60, Anna s’intéresse beaucoup à la mode comme un moyen de rébellion. Elle raccourcie la jupe de son uniforme scolaire et se coupe les cheveux au carré, une coupe de cheveux immuable qui est devenue sa marque de fabrique. 

Grâce à son père, qui était rédacteur d’un tabloïd Londonien, elle décroche un premier travail dans la boutique de mode Biba, puis un second dans le grand magasin de luxe Harrods. Avec son caractère bien trempé, elle déclare que « la mode ne s’apprend pas » et elle abandonne travail et formation. 

Anna Wintour : souveraine de la mode
Carlyne Cerf de Dudzeele, Anna Wintour & Suzy Menkes

Une carrière journalistique mouvementée

Après avoir tout quitté, Anna entre dans l’édition britannique du magazine de mode Harper’s Bazaar en 1970. La jeune britannique fait ses premiers pas en tant que journaliste, elle tire profit de ses relations pour réussir et elle certifie à ses collègues qu’un jour elle sera rédactrice chez Vogue. Cinq ans plus tard, la jeune femme quitte la version britannique du magazine pour rejoindre l’édition américaine. Après une dispute avec le rédacteur en chef, elle se verra remerciée. 

Bien décidée à réussir, Anna Wintour devient rédactrice en chef du magazine Viva pendant deux ans. Elle se tourne ensuite vers le magazine Savvy puis elle acquiert le poste de rédactrice en chef mode de l’hebdomadaire New York. C’est un réel tournant dans sa carrière car les hautes sphères de la mode commencent à parler d’elle.

Vogue, le saint Graal 

En 1983, grâce à son travail et ses anciennes relations, la charismatique Anna obtient le poste de directrice de création chez Vogue, un poste créé spécialement pour elle. Après un passage dans l’édition britannique, qu’elle a su faire évoluer grandement, elle acquiert le rôle tant convoité de rédactrice en chef du Vogue américain en 1988. 

L’édition de Vogue est dirigée d’une main de fer. Avec son million d’exemplaires, la version américaine est première face à toutes les éditions mondiales. La papesse de la mode est pressentie pour devenir LA femme la plus puissante de la mode. En 2013, Anna Wintour est parallèlement à la tête de la direction artistique du groupe de publication Conde Nast. En 2011, elle est décorée de la Légion d’honneur. 

Anna Wintour & Karl Lagerfeld
Anna Wintour et Karl Lagerfeld

Une vie à cent à l’heure

Avec la vie professionnelle qu’elle mène, son emploi du temps est réglé comme du papier à musique. Tous les matins, elle se lève à six heures, se prépare, fait du sport et rejoint Vogue à huit heures. Elle arrive toujours à l’heure aux évènements auxquels elle est conviée. De plus, elle n’y reste pas plus de vingt minutes à chaque fois. Chez Vogue, elle aurait trois assistants à plein temps. Elle les dirigerait de manière dictatoriale, ce qui a notamment inspiré le roman « Le Diable s’habille en Prada » rédigé par une de ses anciennes assistantes. 

« Un tas de gens travaillent avec moi depuis quinze ou vingt ans. Si je suis vraiment une telle garce, ils doivent être masochistes ! »

Anna Wintour pour le magazine américain 60 minutes

En plus de la direction du magazine, Anna Wintour est célèbre pour sa philanthropie. Elle œuvre énormément pour la mode, notamment grâce au CFDA/Vogue Fonds, une association qui encourage les stylistes inconnus, réunissant plus de trois cents professionnels de la mode. La Marie-Antoinette de la mode apporte aussi son soutien à des jeunes créateurs tels que Proenza & Schouler ou encore Alexander Wang. Anna Wintour est aussi, chaque année, co-présidente du MET Gala. Il s’agit d’un gala de collecte de fonds au profit du département mode du Metropolitan Museum of Art de New York. 

Anna Wintour est une véritable Girl Boss de la mode. C’est un réel exemple de réussite et une femme très inspirante. Et vous, dites-nous dans les commentaires quelles sont les femmes symboles de réussite et d’influence.

L'anxiété 2.0 : le syndrome FOMO
Actu santé

L’anxiété 2.0 : le syndrome FOMO

Notre quotidien est souvent rythmé par les flux d’informations que nous recevons chaque jour. Et plus particulièrement, les jeunes générations. Hyper connectées, elles sont celles

Lire la suite »

Laisser un commentaire