Siècles de peur de la magie noire et pourtant, il y a une vérité : derrière la médecine des sorcières, des fois, il se cache un remède de grand-mère contre quelques maladies. Et oui ! On ira à la découverte des plantes médicales, à partir de l’époque de la sorcellerie jusqu’au présent, pour comprendre l’histoire de la médecine primitive et son emploi moderne. En somme, les poisons aussi, peuvent avoir des bénéfices.

La mandragore et la médecine des sorcières: la plante de la fertilité

La mandragore
La mandragore. © meteoweb.it

Plante de la famille des Solanacées, la mandragore présente des racines bizarres à la forme qui rappelle le corps humain, avec sa tête, ses bras et ses jambes. A cause de cette particularité, on pensait que cette plante naissait du sperme des pendus lors de leur décès. A l’époque des sorcières, la mandragore était connue pour son pouvoir de transformer les hommes en loups garous. Heureusement, en 1700, quelqu’un avait compris les propriétés bénéfiques de ce produit de la terre : le médecin Linné l’appelait Atrope, à cause de sa nature vénéneuse, mais en même temps, il avait découvert que la mandragore présentait les caractéristiques d’un analgésique. Son emploi, donc, devient pendant les siècles, une aide contre la douleur. De même, Hippocrate avait parlé de cette plante qui, selon lui et ses études, montrait des vertus aphrodisiaques. La mandragore était devenue la plante de la fertilité.

La belladone : le poison des sorcières qui guérit (mais attention aux doses !)

La belladone
La belladone . © Pibmak

Dans la médecine des sorcières, la belladone occupe une place très importante : elle était le premier poison, facile à trouver dans les bois, avec de plus, des effets létaux pour la vie. En fait, elle était véritablement connue comme la plante des sorcières. Cependant, on reconnait à présent, beaucoup d’avantages de l’emploi de la belladone. Il faut, comme toujours, qu’elle soit prise avec attention. Cette plante peut être utilisée en toute sécurité comme aide homéopathique: grâce à ses granules, vous pouvez soulager vos douleurs et quelques maladies, comme des inflammations de la peau et les brûlures,  la fièvre avec délire, les bouffées de chaleur et des troubles gastro-intestinaux. Petite remarque: si vous prenez de médicaments comme antidépressifs, antihistaminiques, (même chose pour les médicaments contre le Parkinson) c’est interdit de prendre la belladone.

La médecine des sorcières, chapitre 3 : la ciguë

La ciguë
La ciguë . © casa e giardino.it

La plante qui notamment avait tué Socrate. Le grand philosophe grec, maitre de la philosophie morale, condamné à mort pour avoir, selon ses accusateurs, corrompu la jeunesse et introduit des nouvelle divinités. Son fléau fut la ciguë. Platon, son disciple, nous raconte sa mort mais il nous a pas dit les détails : Socrate était mort entre vomissement, nausée et contractions musculaires. Ce sont ceux-ci les terribles effets de la ciguë, connus par les sorcières. Par ailleurs, cette plante montre des bénéfices aussi: actuellement elle est employée en tant que analgésique contre la douleur.

La datura : la fleur du diable

La datura
La datura. © Vittoria Salati

On arrive au comble de notre histoire: la datura. Elle appartient à la famille des Solanacées, comme la mandragore, et elle était employée par les sorcières pendant leurs sabbats. Elle a, en fait, des propriétés hallucinogènes, sédatives et narcotiques, essentielles, selon l’avis des sorcières, pour communiquer avec le diable dans une atmosphère de fureur. La personne qui prenait la datura, avait l’impression de voler, et ça commence par ici la tradition qui voit les sorcières voler dans le ciel. La médecine moderne et la phytothérapie ont revalorisé cette plante qui, à travers les doses indiquées, peut guérir l’asthme bronchique et certains troubles du comportement. Les médecins ont remarqué que la datura peut rétablir les équilibres dans des sujets (adultes et enfants) qui montrent anxiété et agressivité.

Je vous conseille, de plus, deux publications très intéressantes où vous pouvez vous informer sur l’histoire de la sorcellerie et sur ses remèdes naturels.

Et vous, est-ce que vous connaissez d’autres remèdes de grand-mère aux racines anciennes ? On a hâte de connaitre vos histoires ! Vos réponses, dans les commentaires !

Tableau de John William Waterhouse
Tableau de John William Waterhouse. © Additivism.com
Sara Jay De Rosa

Italienne née en 1987. J'ai une licence universitaire en Lettres Modernes et je travaille comme rédactrice depuis 2012. J'adore l'art, la culture, la musique et surtout l'écriture. J'ai étudié la langue française et le web-marketing à Paris où je travaille comme rédactrice/traductrice bilingue française.