fbpx

Déconstruire les mythes de Disney

Déconstruire les mythes Disney

Nous avons tous un film Disney préféré que nous regardons pour nous replonger dans la nostalgie de notre enfance ! Revoir nos princesses et héros de contes de fées est un bon moyen de réconfort pour les enfants tous comme pour les adultes. Cependant, en re-regardant vos films d’animation favoris, vous avez sûrement dû remarquer des choses qui vous ont échappé étant plus jeunes, comme des stéréotypes ou des mythes véhiculant des messages assez douteux. Avec Ô Magazine, nous vous proposons de regarder ses films d’un nouvel œil et de déconstruire les mythes de Disney.

Dans notre contexte moderne, où la prise de parole féministe s’impose de plus en plus, nous avons pu entendre plusieurs critiques sur les messages véhiculés par certains films Disney. Par exemple, la position du personnage de Belle de La Belle et la Bête, qui semble représenter une victime du syndrome de Stockholm dans sa relation avec la Bête. Ou encore, l’aspect fortement anti-féministe de Cendrillon, la jolie jeune femme qui dépend d’un prince charmant pour se sortir de son affreuse situation familiale. Mais, nous pouvons aller encore plus loin, et chercher les différentes compréhensions que l’on peut tirer de certains films Disney.

Les erreurs de Mulan dans sa représentation de la féminité

Quand on pense à un film Disney classique qui met en avant une héroïne prônant la force et l’émancipation de la femme, Mulan nous vient tout de suite en tête. La guerrière chinoise a en effet inspiré beaucoup de petites et jeunes filles avec sa détermination et son courage. Elle a aussi représenté la destruction des normes de la masculinité et de la féminité. Nous nous souvenons tous de la chanson “Comme un homme”, qui montre avec ironie que le masculin n’est pas le gardien de la bravoure et de l’intrépide, et que le féminin n’est pas l’antithèse de la force. Cependant, le film d’animation a fait une erreur non-négligeable est représentant son héroïne.

Déconstruire les mythes de Disney. Copyright Walt Disney.
Scène culte de Mulan, 1998.

Cette erreur vient d’une idée reçue sur la culture chinoise et sur ses standards de féminité. En effet, la scène mythique où Mulan se coupe les cheveux avec son épée a beaucoup marqué les audiences occidentales. Mais elle a perdu son symbolisme devant l’audience chinoise. De fait, il n’était pas commun pour les hommes de se couper les cheveux à l’ère du IIIe siècle. Ces derniers gardaient leur cheveux long, tandis qu’une coupe était considérée comme plus féminine. En gardant ses cheveux longs, Mulan aurait tout autant pu assumer son côté masculin. Cet anachronisme en révèle plus sur les standards de beauté féminins modernes qu’il ne représente la réalité de la Chine du IIIe siècle.

La réalisatrice de la version live action du film, Niki Caro, espère casser se mythe sur la féminité avec le nouveau Mulan, et donner une représentation plus honnête de la culture chinoise.


Lire également : la masculinité au cinéma.


Atlantide et le complexe du “sauveur blanc” : déconstruire un mythe colonialiste

Atlantide, l’empire perdu nous emmène dans une épopée mouvementée et nous fait découvrir un ancien paradis déchu. Le héros, Milo, est accompagné d’une équipe de choc pour découvrir Atlantide. De plus, le film offre un casting très diversifié. Cependant, Atlantide semble véhiculer un message assez étrange : celui de la passivité des Atlantes et leur dépendance à l’aide de Milo. Cette passivité est apparente à plusieurs reprises. Elle se voit d’abord quand Kida est capturée : à ce moment, les Atlantes ne font rien. Ils regardent simplement la situation se dérouler. En fait, les Atlantes sont utilisées comme des accessoires. Ils garnissent l’arrière-plan, mais ils n’agissent pas. De plus, il faut qu’un homme blanc, qui a étudié la culture et la langue depuis seulement quelques années, pour que les Atlantes retrouvent leur culture.

Déconstruire les mythes de Disney. Copyright Walt Disney.
Photo de Atlantide, l’empire perdu. Provenant de Disney.

En fait, Milo ne fait pas que sauver Atlantide : il porte sur ses épaules toute la survivance de la culture Atlante. L’alphabet, les technologies, et même le secret du royaume qui pourra sauver le sort des Atlantes… Tandis que Kida, une princesse de 8500 ans, et les siens, n’ont pas eu la capacité, ni même l’initiative de trouver de solutions. En plus de cela, Kida devient littéralement un objet dans la dernière partie du film. Elle se voit transformée en être totalement passif, alors qu’elle était la seule des Atlantes à vouloir vraiment protéger Atlantide. Milo répète le stéréotype du sauveur blanc. Ce mythe remonte au colonialisme : les colons justifiaient leurs actes destructeurs par le fait qu’ils auraient sauvé un peuple de leur barbarie. Que sans eux, la situation aurait été pire.

Le complexe de Cendrillon : deux analyses féministes divergentes

Beaucoup de féministes ne sont pas à l’aise avec le message que Cendrillon semble véhiculer. Elles voient Cendrillon comme une héroïne qui, au lieu d’agir, attend. Elle attend que son bonheur lui soit accordé. Elle attend que son prince charmant vienne et la révèle au monde telle qu’elle est vraiment. La réussite de Cendrillon est donc dépendante d’autrui (son prince charmant, sa marraine la bonne fée). Cendrillon ne demande rien, mais elle subit. Les féministes dénoncent donc la passivité, et la dépendance de Cendrillon aux circonstances extérieures. On retrouve cette même notion de passivité dans Blanche-Neige et La Belle au Bois Dormant. Les deux princesses sont réveillées de leur quasi-mort par le baiser d’un prince. Il existe donc de nombreuses critiques visant à déconstruire le mythe de la femme passive dans le couple.

Cependant, il existe une autre interprétation du personnage de Cendrillon. Certains considèrent que Cendrillon est un récit de résilience. La jeune princesse est une victime de maltraitance. Pourtant, elle parvient quand même a rester une personne bienveillante et gentille. Elle ne désespère jamais de voir ses rêves se réaliser. L’apparition de sa marraine la bonne fée pourrait représenter la force de son espérance. Le fait qu’elle révèle sa deuxième pantoufle de verre au prince, après que sa belle-mère a brisé la première, signifie qu’elle prend sa vie en main, qu’elle décide de sa destinée.

Déconstruire les mythes de Disney. Copyright Walt Disney. Gif de Photo Funky.
Scène de Cendrillon, 1958.

La présence d’archétypes et de clichés dans les films peut être analysée et interprétée de différentes manières. Que pensez-vous des ses films Disney ? Y a-t-il un concept ou mythe qui vous a marqué ? Réagissez dans les commentaires.

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.