Revoyons la scène au ralenti :…

Damart n’est pas ton premier magasin pour faire du shopping. Certes !

Mais les gens de Damart investissent, et bien, et nous les avons déjà croisés au Fashion Tech (si si, rappelle-toi, la Gaieté Lyrique).

L’année dernière déjà, Chantal Thomass avait dessiné des modèles pour Damart (tu as le droit d’être passée à côté, moi-même j’avoue).

Donc là, il y a Chantal Thomass, une créatrice de lignes féminines et burlesques, dont on nous offrira peut-être un ensemble pour Noël (et encore que le bas, car le haut « ce sera pour Noël prochain », que dit celui qui confond cadeau et investissement locatif). Elle travaille avec un industriel français pour que la collection de ce dernier soit agréable à porter et à regarder. Laissez-les filer dans une pièce bien fermée, et nous obtenons des ensembles très très bien pensés, pratiques (même si on accepte le froid quand on est sexy) et beaux (même si on accepte un anorak quand on a trop froid).

Le piller de la collection est le Perfecto. Quand tu le verras tu comprendras la notion de « must to have » (c’est comme le coup de foudre mais en raisonnable). Le reste de la collection est affriolant et facile à porter, le tout pour une carte bleue en pleine forme. Évidemment si j’écris tout ça, c’est parce que c’est « quantité limitée », donc : attendre les soldes = inconscience.

Ainsi, le lundi 13 novembre, peut-être pour la première fois de ta life, tu iras chez Damart ; et si tu n’as pas trop d’emails qui t’attendent au taf, tu pourras aussi aller cyber-shopper.

C’était le tuyau de Bénédicte (taille 38, j’avoue).

Recommended Posts

Leave a Comment