fbpx

Témoignage : Être une femme au crâne rasé

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur tumblr
cheveux rasé feminisme femme droit des femmes

Il y a maintenant deux ans, une de nos lectrices a décidé de se raser le crâne. Par conviction, elle témoigne aujourd’hui de ce que ce geste a changé dans sa vie. En positif comme en négatif.

« Je pense qu’il faut déjà replacer le contexte. J’ai toujours eu les cheveux longs, blonds, lisses et en bonne santé. Quand j’étais petite je les ai même eu jusqu’aux genoux! Ma famille y vouait un culte particulier. On me disait que je ressemblais à une poupée. Et j’ai commencé à en avoir beaucoup trop marre qu’on rapporte uniquement ma féminité ou mon charme à mes cheveux juste parce que je rentrais dans les « normes ».

Je n’arrêtais pas de regarder des vidéos de personnes qui se rasaient la tête, trouvant que ca leur allait magnifiquement bien. Et l’idée a peu à peu germé dans ma tête. J’ai appelé ma meilleure amie, et elle a accouru pour venir m’épauler. Je voyais ca comme une sorte de renaissance et d’empouvoirement. Dans ce que l’on nous montre dans la publicité, les magazines, les filles ont les cheveux longs; c’est comme ça qu’elles sont « belles ». Mais cette définition de la féminité ne me plaisait plus du tout, d’ailleurs pourquoi aurais-je à être « féminine » ? Qu’est ce que la féminité finalement si ce n’est que se sentir femme ?  »

« Je voyais ça comme une sorte de renaissance »

« Quand j’ai eu la tondeuse dans la main je n’ai pas hésité une seconde ! Cette sensation de prendre le pouvoir sur son apparence est magique. En tant que femme on nous rapporte beaucoup à notre physique et la pression qui y est mise est énorme. Moi qui m’étais toujours formatée à rentrer dans les normes, je reprends enfin le pouvoir, juste en coupant quelques touffes de cheveux. Dans le miroir je n’ai pas réussi à me reconnaitre. Les cheveux réussissent vraiment à nous faire changer de forme de visage, ici, je n’avais plus rien pour cacher mes joues rondes que je détestais tant. J’ai eu un vrai choc de me voir sans « artifices ». J’ai mis beaucoup de temps pour m’habituer, et des complexes improbables sont apparus comme par exemple la forme de mon crâne !

Sur le coup, je n’ai pas pensé une seconde à la drague, aux regards des hommes, aux regards des femmes, à la moquerie, aux remarques non désirées. Et c’est en les vivant que mon geste à pris tout son sens. Je me souviens que la première fois que je suis sortie dans la rue, les regards étaient sur moi. Ce n’était pas des regards de désir comme j’aurai pu en avoir avant, c’était pire ; c’était des regards d’incompréhension et de jugement.

Bien sur, je savais toutes les connotations que pouvait avoir une femme aux cheveux rasés : la maladie, la prison, etc… Mais je ne pensais pas que j’allais être aussi sujette aux remarques non sollicitées. « T’étais plus jolie avant » ou alors des insultes homophobes qui n’avaient pas lieu d’être. J’avais l’impression d’être un bien public et que les gens avaient donc un droit de regard sur mon style. Ces remarques m’ont rendues très fière d’avoir les cheveux rasés ; j’étais devenue malgré moi un porte étendard de la cause anti-sexiste. »

« Mon crâne chauve est devenu malgré moi un porte étendard de la cause anti-sexiste »

cheveux rasé crâne tête visage court buzzcut

« Pour ma vie amoureuse évidemment cela s’est compliqué. Quand on ne rentre plus dans le moule, des portes se ferment. Mais d’autres s’ouvrent ! J’ai pu rencontré des gens bienveillants pour qui ce n’était pas un problème. Me raser le crâne m’a apporté beaucoup de positif. D’abord, me révéler. Comprendre qui je suis vraiment et que ma féminité ne se ressentait pas forcément dans ma chevelure. J’ai pu me déconstruire réellement sur la notion de féminité d’ailleurs. Que je trouve maintenant totalement subjective.

Quand je prends le recul nécessaire, je crois que c’était une des meilleures décisions de ma vie. J’ai réussi à accepter mon visage rond, réussi à me déconstruire et remettre en cause les stéréotypes de genre. J’ai aussi compris qu’avoir les cheveux courts ou rasés ne me rendait pas moins belle au contraire ! Ma confiance en moi à été croissante, je me sentais puissante car assumée. Si ce n’est qu’en soutien aux femmes qui ne choisissent pas de perdre leurs cheveux, se raser le crâne est une chose à faire, définitivement. Et puis, ca repousse non ? Alors pourquoi pas essayer. »

Par praticité, pour le style ou par militantisme, le crâne rasé est un défenseur de la libération des stéréotypes de genre. Peu importe votre type de visage, le crâne rasé vous ira à merveille grâce à l’assurance qu’il vous apportera.

A voir aussi: Féminisme: la mode prend la parole

Laisser un commentaire