fbpx

Spectacle : Soy de Cuba, le bon moyen pour aller loin

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur tumblr

Le spectacle Soy de Cuba, vous fait voyager sur la seule île communiste où il fait beau et les filles sont belles. C’est au Casino de Paris et jusqu’au 30 juin 2021. En cette période où l’on peut sortir avec encore des restrictions à l’égard du rouge à lèvre, vous pourrez prendre un bain de bonne humeur en flânant dans le 9e arr.

Un remake cubain qui finit bien

Nous sommes à Cuba, les cheveux sont longs et foncés, les teins sont hâlés et souriants, les jambes longues et rasées. Et les blouses des rouleuses de cigares s’ouvrent régulièrement pour partir dans la danse mariant sans complexe la salsa et le pop estival. Ça bouge, ça donne envie, ça fait rêver. Ce sont les tableaux de Cuba qui se succèdent à travers les stéréotypes et la réalité d’un pays toujours plus moderne que sur les cartes postales.

C’est ici que les boxeurs ont remplacé les toréadors. Et les chanteurs ont été substitués aux danseurs. Enfin Carmen renaît dans une nouvelle intrigue toujours aussi festive. Et à la fin, tout ira mieux que dans l’original de Bizet, car on n’est plus là pour souffrir. Mais bien au contraire les rencontres, les rêves de Paris, les promesses sont là pour être exhaussées.

Aujourd’hui, pour aimer, il suffit de s’imaginer ailleurs.

La première sortie à Paris vers Cuba

Ce fut mon premier spectacle de l’année. Alors j’ai fait un vœu. Je m’en souviendrai pour la danse, pour le concert en direct joliment impliqué, pour le lieu toujours agréable. Je m’en souviendrai aussi comme on se souvient de toutes les premières fois.

En sortant, j’étais encore contrainte à commander vite vite avant 21h, et à poireauter en sirotant mon verre en regardant les passants masqués dans le brouhaha parisien revenu au goût du jour.

Mais ce fut des vacances à Cuba. Un espace-temps isolé, accueillant, une comédie musicale, un spectacle dansant, un album photo de vacances que j’ai partagé. La vie sans écran. Reprendre plaisir des plateaux. Revivre, Viva la Vida, comme ils le chantent…

Le mot de teasing

« Après une année éprouvante pour le monde de la culture et l’univers du spectacle, nous nous réjouissons de pouvoir enfin monter sur scène pour présenter cette version inédite de Soy de Cuba à Paris et que le spectacle vivant renaisse ! »

Nicolas Ferru, producteur de Soy de Cuba.

Par Bénédicte, première sortie, première contente.

Laisser un commentaire