fbpx

Que faut-il retenir du défilé automne/hiver Dior ?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur tumblr
Que faut-il retenir du défilé automne/hiver Dior ?

La Fashion Week Haute Couture automne-hiver 2021-2022 a débuté ce lundi 5 juillet, et c’est le défilé de la maison Dior qui a ouvert le bal. Un événement unique en son genre pour une collection placée sous le signe de l’art que l’on vous résume ici.

Après avoir mis le cap sur Athènes pour la présentation de la collection Croisière 2022, Maria Grazia Chiuri a investi le musée Rodin à l’occasion du défilé Dior automne-hiver 2021-2022. Pour l’occasion, elle a proposé une collection révélant l’excellence du savoir-faire de la maison. Silhouettes fluides, motifs floraux et jeux de texture caractérisent cette collection riche en surprises. Une fois de plus, Maria Grazia Chiuri réinterprète les codes de la maison et adresse un élégant hommage à son fondateur. Voici ce qu’il faut en retenir.

Les pièces majeures du défilé

Le défilé Dior automne/hiver 2021-2022 révélait un ensemble de pièces uniques en leur genre. Parmi elles, un florilège de tailleurs gris chinés, des jupes amples taille haute et des drapés plissés aériens qui caractérisaient la collection Croisière 2022 de la maison. Des pièces aussi originales que raffinées qui témoignent de l’étendue du savoir-faire de la maison. Avec cette collection, Maria Grazia Chiuri associe élégance et liberté des mouvements. Loin d’être un carcan, le vêtement suit les courbes et les mouvements du corps et met en valeur la silhouette qui la porte. Le défilé Dior automne/hiver 2021-2022 c’était aussi des jeux de texture et de graphisme. Un évènement riche qui s’est clôturé sur une robe de mariée vert menthe mêlant tradition et contemporanéité.

Que faut-il retenir du défilé automne/hiver Dior ?
Maria Grazia Chiuri revisite la robe de mariée © Dior

Un défilé mêlant mode et art

Le défilé Dior automne/hiver 2021-2022 c’était aussi une fusion entre art et mode qui transparait dans le choix du lieu. Si Maria Grazia Chiuri investissait le stade panathénaïque d’Athènes pour son défilé Croisière, elle a cette fois-ci préféré la proximité et a porté son choix sur le musée Rodin. Pour l’occasion, la créatrice a fait appel à l’artiste plasticienne Eva Jospin qui s’est attelé à la confection de l’oeuvre Chambre de soie. Une réalisation entièrement brodée à la main faisant écho au savoir-faire de la maison Dior et à la collection présentée.

Que faut-il retenir du défilé automne/hiver Dior ?
Un écrin signé par la plasticienne Eva Jospin © Belga Images

Adressant un élégant hommage à Monsieur Dior, Maria Grazia Chiuri a également revisité l’iconique tailleur bar de la maison. Elle a aussi joué sur les motifs floraux comme le suggère la robe de mariée vert menthe. C’est une collection riche en clins d’œil et en réinterprétations que signe la directrice artistique de la maison. Bref, nous avons aimé ce défilé mêlant tradition et nouveauté et révélant l’excellence du savoir-faire à la française.

Que faut-il retenir du défilé automne/hiver Dior ?
Le défilé Dior automne/hiver 2021-2022 © Dior

Vous avez manqué le défilé ? Pas d’inquiétude, vous pouvez le visionner à votre guise en cliquant ici.

La femme française en quatre clichés
Actu société

La femme française en quatre clichés

Toujours élégante et stylée, libérée sexuellement, mince en mangeant tout ce qu’elle veut… les stéréotypes sur la femme française sont nombreux. A l’international, ce mythe fait vendre des centaines de milliers d’ouvrages et de magazines. Décryptage de ces clichés étrangers sur la femme française.

Lire la suite »

Laisser un commentaire