fbpx

Quand les rêveurs lucides nous parlent de leur expérience

Maintenant que vous savez ce qu’est un rêve lucide, vous vous posez sans doute plein de questions sur comment y arriver, ce que ça fait… Nous rencontrons donc deux rêveurs lucides réguliers, qui témoignent de leur expérience. Et comme les rêves sont très personnels, nos témoins ont décidé de rester anonymes.

Faites-vous des rêves lucides volontairement ?

A- Oui, ça m’est venu naturellement assez jeune.

E- Ce n’est franchement pas volontaire. Cependant, en fonction de l’heure de la journée j’ai remarqué qu’il y avait des moments où les rêves lucides sont plus fréquents. Notamment, dans l’après-midi, tout juste après la pause déjeuner. Si je suis en pleine activité et que je prends un moment pour me reposer et que je m’endors, c’est à peu-près sûr que je ferai un rêve lucide.

Qu’est-ce qui vous a donné envie de faire des rêves lucides ?

A- Je me suis rendue compte assez vite, par hasard, vers mes 9-10 ans, que je pouvais orienter mes rêves. À partir de ce moment, je me rappelle avoir expérimenté parce que je trouvais ça marrant !

E- Ce n’est pas tellement une question d’envie, plutôt une nécessité. Disons que je fais beaucoup de cauchemars depuis très petit. Souvent je me réveillais lorsque je finissais par mourir dans le rêve. Et puis, à force, je suis parvenu à pouvoir changer un peu le cours du rêve pour m’en sortir, à la condition de « rester » dans le rêve une fois la prise de conscience acquise. Au lieu de vivre ça comme un cauchemar, je trouve maintenant un moyen de m’en échapper et de le changer en quelque chose de plus heureux. C’est comme un moyen de vaincre certaines peurs ou certaines frustrations. C’est presque comme un monologue intérieur finalement.  

Comment y êtes-vous arrivé ? En combien de temps ? Avez-vous changé vos habitudes pour y arriver ?

A- Difficile d’expliquer, mais je n’y réfléchis pas vraiment, je sais que je ne me suis jamais dit, « cette nuit, je vais faire en sorte de savoir que je rêve pendant que je rêve ». Souvent, les dernières pensées qui m’occupent l’esprit vont servir de fil conducteur pour lancer le rêve. Et plus loin dans le rêve, je sais parfaitement que je suis en train de rêver. Ça a toujours été facile car on peut dire que j’ai une vie onirique assez particulière. Je me souviens de tous mes rêves, petite je remplissais des carnets entiers. Aussi, je pleure et je ris dans mon sommeil.

E- J’ai commencé à faire des rêves lucides vers 18-19 ans (j’en ai aujourd’hui 27), mais je n’ai jamais vraiment cherché à en contrôler la fréquence. Je me dis que si ça m’arrive, c’est bien, sinon tant pis. 

Racontez-nous votre premier rêve lucide ? Quel sentiment cela vous a-t-il procuré de réussir à faire un rêve lucide ?

A- Je préfère garder cette première expérience de rêve lucide pour moi.

E- Le premier rêve lucide, avait commencé comme un cauchemar. Je me trouvais alors dans mon village natal, dans une pharmacie. Il y avait là une personne malade allongée sur le dos et elle réclamait de l’eau. Seulement, la seule manière de l’hydrater se faisait uniquement goutte par goutte à l’aide d’une aiguille. C’était bien trop insuffisant pour la maintenir en vie. J’étais tétanisé et c’est là que j’ai compris que j’étais dans un rêve. Je suis alors sorti de la pharmacie et j’ai fait un tour dans les boutiques alentours. J’ai fini par trouver une boulangerie dans laquelle j’ai pu me procurer un récipient que j’ai rempli d’eau. Une fois que j’ai pu apporter l’eau à la pharmacie et que la personne avait bu, je me suis dit, « eh bien si j’allais voir autour ». Alors j’ai fait le tour de la place et j’ai même fini par rentrer chez moi.

Racontez-nous un de rêve lucide les plus fous ?

A- Euh, disons que lorsque je n’ai pas vu mon copain pendant un moment, mes rêves lucides sont l’occasion de prendre du plaisir autrement haha…

Sinon, en voici un qui m’avait particulièrement marqué. J’étais ado et j’avais à cette époque une passion pour la vie marine et je passais mon temps à lire et à regarder des choses sur les océans. J’avais décidé d’essayer de rêver que je nageais à côté d’un orque sur une très longue distance, c’était paisible, sans aucun bruit.

E- Il y a quelques temps, j’ai fait un rêve qui a commencé assez étrangement. Je me trouvais dans un immense paysage montagneux et hostile. Des animaux géants étaient attachés avec des cordes à des rochers. Je me trouvais à leur pied, si petit qu’ils ne me distinguaient pas. Au début j’étais effrayé. Puis lorsque je me suis rendu compte que j’étais dans un rêve (pas compliqué une fois qu’on se dit que de pareilles bestioles sont peu communes), je me suis dit que je pouvais trouver un moyen de les détacher et de les suivre. C’est comme ça que j’ai cherché à fendre les roches auxquelles l’un d’entre eux était attaché pour le libérer. Puis ensuite je me suis accroché à ses pattes pour le suivre. Je me suis retrouvé de l’autre côté de la montagne dans un paysage beaucoup plus féérique.

Vous êtes-vous perfectionné pour faire des rêves lucides avec le temps ?

A- Je ne crois pas, vu que ça m’est venu naturellement assez tôt. 

E- On peut dire ça. Disons qu’au début lorsque je me rendais compte que j’étais dans un rêve, j’avais tendance à me réveiller tout de suite. Et puis petit à petit, en fonction des rêves aussi, je résiste un peu mieux à ce réflexe et je peux imposer ma volonté dessus. 

Des conseils pour nos lectrices qui souhaitent se lancer dans les rêves lucides ?

A- Je ne pense pas être la mieux placée pour donner des conseils vu que ça m’est venu naturellement. Mais je dirais qu’y penser avant de dormir ou noter ses rêves peut être un bon début.

E- Je pense que le fait de faire des rêves est quelque-chose de profondément lié à la manière avec laquelle on ressent le monde et son environnement. Je veux dire par là, qu’être sensible à ce qui nous entoure nous donne suffisamment d’ingrédients qui pourront être réutilisés dans les rêves. Il faut se laisser guider par ce qu’on ressent sans jamais vraiment chercher à s’en débarrasser sous prétexte que ce sont des pensées ou des sensations « encombrantes ». Et puis aussi, dormez lorsque vous en avez envie, rêver est un besoin naturel.

Ces témoignages vous auront sans doute donné davantage envie de faire des rêves lucides. Vous avez sans doute remarqué que nos deux rêveurs lucides ont la chance d’avoir des facilités et que c’est pour eux plutôt naturel. Si vous ne contrôlez pas vos rêves aussi facilement qu’eux, voici quelques conseils. Et n’hésitez pas à commenter ou à partager votre expérience sur Twitter avec nous !

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.