PRÉSIDENTIELLE : La droite et l’extrême droite « auditionnées » par le syndicat de police Alliance

Le syndicat de police Alliance organise un débat avec les candidats à l’élection présidentielle. Les candidats de droite et d’extrême droite répondent présents, ceux de gauche déclinent l’offre. 

L’un des principaux syndicats de police, Alliance, organise ce mercredi 2 février, un “grand oral” dénommé “Face à la réalité des policiers ». Le syndicat a donc convié tous les candidats à la présidentielle. Ainsi, Valérie Pécresse (LR), Eric Zemmour (Reconquête), Marine Le Pen (RN) s’y rendront. Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin viendra représenter Emmanuel Macron, pour l’instant non-candidat. 

45 minutes pour convaincre les policiers 

La rencontre aura lieu au cinéma “Le Club de l’étoile” à Paris en fin de matinée. Une centaine de policiers écouterons les candidats à la présidentielle. Par ailleurs, ils n’auront pas à débattre entre eux. Car chaque candidat exposera en 45 minutes son programme pour améliorer les conditions de travail des policiers. Cela concerne les équipements, la retraite, le maintien de l’ordre et le pouvoir d’achat. Mais ils viennent également parler de leur projet sécuritaire dans le pays. 

Les organisateurs prévoient également de diffuser le film Bac Nord, devenu une référence pour l’extrême droite et la droite pour défendre des politiques sécuritaires. Par ailleurs, le réalisateur du film Cédric Jimenez regrette que son œuvre fasse l’objet d’une “récupération politique”. 

A lire également : Violences conjugales : la demande d’un meilleur suivi des affaires

Un débat sur la sécurité et sur la police sans la gauche

Les syndicats affirment avoir invité tous les candidats de gauche, notamment Fabien Roussel (PCF), Yannick Jadot (EELV), Anne Hidalgo (PS) et Christiane Taubira. Cependant, chacun d’entre eux a préféré décliner l’offre. Une réponse que regrette le syndicat de police. « J’ai l’impression que les élus de gauche n’ont pas comme priorité la sécurité, les policiers, la sécurité des concitoyens, ce qui est dommage parce qu’ils pouvaient s’exprimer en toute neutralité, avec une vision objective. » a déclaré le secrétaire général du syndicat Fabien Vanhemelryck à France Info. Quant à Jean-Luc Mélenchon (LFI), le syndicat a refusé de l’inviter. Selon eux, le candidat de La France insoumise justifierait un discours de “haine anti-flic”.  

Laisser un commentaire

Ô Magazine
Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site web. Si vous continuez à utiliser ce site, nous supposerons que vous en êtes satisfait.
Autoriser tous les cookies
Enregistrer la sélection
Paramètres individuels
Paramètres individuels
Il s'agit d'un aperçu de tous les cookies utilisés sur le site Web. Vous avez la possibilité de définir des paramètres de cookies individuels. Donnez votre consentement à des cookies individuels ou à des groupes entiers. Les cookies essentiels ne peuvent pas être désactivés.
Sauvegarder
Annuler
Essential (1)
Essential cookies are needed for the basic functionality of the website.
Afficher les cookies