Pourquoi un #MeTooPolitique est-il nécessaire ?

Il y a près d’un mois, un collectif de 285 femmes travaillant dans le monde politique a publié une tribune dans le journal Le Monde pour dénoncer les violences sexistes et sexuelles qu’elles subissent. Cet appel doit permettre découter la parole des victimes mais également de modifier le système à l’intérieur des institutions politiques. Ce texte a entrainé une libération de la parole et une visibilisation des violences subies par les femmes au sein du monde politique. Le #MeTooPolitique apparait dès lors comme une initiative importante, nécessaire à ne pas négliger.

Si dans cette tribune le monde médiatique n’a retenu que la demande d’écarter des agresseurs, ce mouvement pose des questions plus larges. Notamment celle sur la question de la place des femmes dans un milieu considéré (encore) comme masculin. Le monde politique est particulier, par son aspect symbolique. Néanmoins, en termes de violences sexistes il ne semble pas si différent que d’autres corps de métiers. 

Qu’est-ce que le #MeTooPolitique ? 

Et si en faisant son mea-culpa, le monde politique donnait l’exemple ? Le 16 novembre dernier, près de 300 femmes ont appelé à prendre réellement en compte la question des violences sexistes et sexuelles en politique. Les signataires demandent aux partis politiques, de mettre en place des dispositifs pour non seulement recueillir la parole des victimes mais en amont empêcher des comportements sexistes. 

Comme tous les autres corps de métiers, le #MeTooPolitique est inéluctable et l’institution doit prendre cette question au sérieux. Et même plus que les autres puisqu’il se doit d’être exemplaire. C’est d’ailleurs l’un des arguments des rédactrices de cette tribune. Il est important de commencer par les instances qui régissent les lois de ce pays d’où la nécessité du #MeToo en politique.

Le traitement des femmes dans l’arène politique : des violences sexistes ordinaires

Comme pour les autres #MeToo, il est demandé à l’institution et aux hommes mêmes de se questionner leurs rapports à leurs collaboratrices. Et surtout d’agir contre les problématiques sexistes qu’elles peuvent rencontrer. Les instances politiques sanctionnent-elles suffisamment tôt les comportements et violences sexistes ? Comment les préviennent-elles ? Comment la parole des élues ou collaboratrices est-elle accueillie ? Si l’on se réfère au florilège de propos sexistes tenus dans l’hémicycle, le sexisme apparait comme ordinaire. D’où le #MeTooPolitique nécessaire car il libère la parole.

Aussi, ces nombreux témoignages mettent en lumière des systèmes de pouvoir. Les assistants parlementaires, par exemple, sont des emplois précaires. Ces collaborateurs sont soumis à une clause de loyauté envers l’élu. Tout manquement à cela peut constituer un motif de licenciement. Cela peut compliquer les prises de parole. De même, que la sacralisation des institutions peut également troubler la prise de parole. De plus, la politique est un milieu majoritairement et historiquement composé d’hommes. Il peut être compliqué pour les femmes de s’y faire une place. Négliger ce type de mouvement retarde l’inclusion pleine des femmes en politique et l’égalité entre les femmes et les hommes dans ce corps professionnel. Et donc, cela entraine une remise en question de leur place au sein du monde politique. 

Ainsi, la prise de parole des victimes, un #MeTooPolitique apparait comme fondamental et nécessaire pour garantir l’égalité des chances et des conditions de travail pour tous. Mais aussi une meilleure représentativité. Si la moitié des êtres humains de ce pays sont des femmes, il convient qu’elles soient représentées à part égales dans les institutions politiques.

La parité oui mais des boysclub aux postes stratégiques 

Ce mouvement pose également la question de l’organisation structurelle des partis politiques et des postes attribués. Les différentes lois sur la parité votées dans les années 2000, ont permis aux femmes d’entrer plus largement en politique. Cependant, on peine à atteindre la parité pleine. L’année 2017 avec l’arrivée d’Emmanuel Macron au pouvoir a considérablement féminisé l’Assemblée nationale. En 2019, 39% des parlementaires sont des femmes. Cependant, cela n’a pas empêché le #MeTooPolitique ni l’arrêt des violences sexistes et sexuelles.

Ensuite, peu d’entre elles arrivent à briser le plafond de verre et occuper des postes à responsabilités. Les partis politiques par exemple, restent majoritairement dominés par des hommes. Comme en attestent les partis de la majorité présidentielle “Ensemble citoyens ! ”. En effet, selon Le Parisien, les femmes du mouvement semblent être agacées par le manque de parité au sein de la direction de cette instance politique. En conséquences, elles ont créé un collectif “Les Simones” pour se faire entendre de la maison-mère. Le nom du groupe fait évidemment en référence à la célèbre écrivaine féministe Simone De Beauvoir. Ou à l’ancienne ministre de la Santé Simone Veil.

Il y a encore quelques années, certains partis politiques préféraient payer des amendes que de faire respecter la parité dans ses listes électorales. En 2019, le parti Les Républicains s’est fait épingler pour le manque de femmes parmi les candidats présentés. On sait également que 80% des maires en France sont des hommes.

Le #MeTooPolitique est non seulement nécessaire pour libérer la parole et écouter cette parole. Les partis politiques se doivent de lutter contre les violences faites aux femmes au sein même de leurs structures. En filigrane, elle pose également la question des représentations des femmes dans le milieu politique. 

Laisser un commentaire

Ô Magazine
Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site web. Si vous continuez à utiliser ce site, nous supposerons que vous en êtes satisfait.
Autoriser tous les cookies
Enregistrer la sélection
Paramètres individuels
Paramètres individuels
Il s'agit d'un aperçu de tous les cookies utilisés sur le site Web. Vous avez la possibilité de définir des paramètres de cookies individuels. Donnez votre consentement à des cookies individuels ou à des groupes entiers. Les cookies essentiels ne peuvent pas être désactivés.
Sauvegarder
Annuler
Essential (1)
Essential cookies are needed for the basic functionality of the website.
Afficher les cookies