fbpx

Pourquoi le Danemark est-il l’un des pays les plus heureux du monde ?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur tumblr
Pourquoi le Danemark est-il l'un des pays les plus heureux du monde ?

Chaque année, le Danemark se classe sur le podium des pays les plus heureux du monde. Alors que ce pays a un taux annuel de précipitations élevé, pourquoi le Danemark a-t-il souvent été premier sur la liste du bonheur ? Observons d’un peu plus près les valeurs de ce pays scandinave.

Pour effectuer ce classement, l’ONU a créé un indice du bonheur selon différents critères : le PIB/habitant, la santé globale de la population, l’espérance de vie, le niveau des aides sociales, l’état des libertés individuelles et le taux de corruption du pays. Malene Rydahl, auteure du livre Heureux comme un Danois, donne les clés du bonheur en dix points à travers des anecdotes personnelles, des souvenirs et des statistiques.

Classement des pays les plus heureux du monde en 2020 selon le site Internet du World Happiness Report.
Classement des pays les plus heureux du monde en 2020 selon le site Internet du World Happiness Report.

La confiance règne !

Selon une étude menée par un professeur danois, le Danemark a le taux de confiance le plus élevé au monde. En effet, en comparant 86 pays, il s’aperçoit que 78 % des Danois font confiance à leur entourage. À titre d’exemple, plus de 7 Français sur 10 déclarent se méfier de leurs voisins. Au Danemark, des stands de nourriture bordent parfois les routes, sans surveillance. Les gens se servent et laissent leur monnaie dans une boîte prévue à cet effet. La confiance règne : les Danois n’ont pas l’habitude de tricher ou de mentir. De plus, les jeunes mères ont l’habitude de laisser leurs bébés dehors, dans la poussette, lorsqu’elles vont au restaurant ou entrent dans un magasin. Cette coutume, qui pourrait choquer les pays voisins, relève de la confiance et de la tranquillité d’esprit placée en l’autre. Une seconde étude de Transparence International place le Danemark en tête des pays les moins corrompus de la planète.

« Une grande majorité des Danois sont favorables aux impôts élevés, et sont profondément attachés à l’État-providence. Partager les rend heureux, à condition que tout le monde participe. »

Malene Rydahl.

Aussi, 84 % des Danois affirment se fier aux institutions administratives (gouvernement, police, justice, etc.) Au Danemark, la pression fiscale est la plus élevée au monde avec un taux de près de 50 %. Or, sept Danois sur dix trouvent satisfaisant l’équilibre entre les impôts et les services fournis par l’État. Les politiques d’aide aux demandeurs d’emploi accompagnent suffisamment les travailleurs dans la réinsertion. De ce fait, seulement 28 % de la totalité des chômeurs au Danemark est sans emploi depuis plus d’un an. Et ce, même s’ils perçoivent 73 % de leurs revenus d’activité durant les quatre premières années de leurs indemnisations.

Interview de Malene Rydahl.

Solidarité et respect comme valeurs

La solidarité est un autre aspect très présent chez la communauté danoise. Durant la Seconde Guerre Mondiale, plus de 95 % de la population juive fut sauvée. En 1943, les Allemands avait prévu une rafle de 8000 juifs danois durant la nuit du premier octobre. Le Dr Werner Best, représentant d’Hitler au Danemark, prévint le diplomate allemand Duckwitz qui, à son tour, contacta les autorités danoises dans le but de construire un pont reliant le Danemark à la Suède. Le 29 septembre 1943, un message fut passé à la synagogue de Copenhague. Beaucoup réussirent à fuir en Suède, aidés par leurs compatriotes danois et la police locale, à bord de bateaux de pêcheurs. Le Danemark est aussi le premier pays au monde à avoir accordé aux couples homosexuels le droit d’une « union officielle enregistrée », en 1989. La solidarité s’exprime aussi envers toute minorité dans la société danoise.

À lire également : Le Danemark : à découvrir pour vos vacances.

Une recherche d’égalité

L’égalité des chances est très présente au Danemark. Le système fiscal et social vise à réduire les inégalités entre les plus forts et les plus faibles revenus. Redistributif, ce système favorise l’accès de tous à l’éducation en proposant des aides financières. La chance de faire des études supérieures en venant d’une famille peu instruite devient plus forte. L’éducation est gratuite. L’État aide ses jeunes citoyens grâce à un système de bourse : 760 euros sont versés tous les mois aux étudiants qui n’habitent plus chez leurs parents. L’école accorde également une grande importance dans l’expression et le déploiement de sa personnalité en valorisant les qualités de chacun. Par exemple, l’efterskole est un programme permettant aux élèves de trouver leur place dans des domaines créatifs s’ils n’excellent pas par leurs résultats scolaires. Cette année s’effectue avant le lycée et offre l’opportunité aux jeunes de gagner la confiance nécessaire à leurs réalisations personnelles.

L’égalité homme/femme permet à tous de choisir sa place dans la société sans complexe ni tabou. Les hommes Danois trouvent normal de participer aux tâches ménagères. Le congé paternité est aussi une affaire partagée. Il permet au père de prendre deux semaines de congés, payées intégralement. La mère dispose, elle, de 18 semaines. Puis, les parents doivent se répartir 32 semaines rémunérées à 100 %. Cette égalité est à double sens : elle libère également les hommes de devoir toujours faire le premier pas. Par exemple, lorsqu’un homme propose à une femme un rendez-vous galant, il n’est pas obligé de payer. Très souvent, la femme paie aussi sa part. Le Danemark, ainsi que d’autres pays scandinaves, ont été les précurseurs en matière de droit de vote des femmes en Europe. De manière générale, dans le monde du travail, cette différence est minime et génère une harmonie au sein de la société.

Autonomie, rêve et modestie

D’après une étude réalisée sur les étudiants et leurs conditions de vie en Europe, 70 % des Danois quittent le domicile familiale à 18 ans afin de vivre leur propre vie. La pression sociale de la part des parents est très peu présente au sein des mentalités. De plus, l’éducation pousse ces derniers à se satisfaire d’une situation donnée. Cela étant, il est plus agréable d’être surpris que d’être déçu lorsque l’on place ses rêves et exigences à la hauteur de son réalisme.

De plus, les Danois n’accordent pas une grande importance à l’argent de manière générale. Très souvent, la richesse n’entraîne pas le bonheur. Au contraire, cela provoque une baisse de satisfaction et la frustration d’avoir tout acquis. Le Danemark, 31ème PIB/habitant mondial, se classe troisième au niveau du bien-être en 2020. Les États-Unis, qui détiennent l’un des plus gros PIB/habitant, arrive en 14ème en position.

Enfin, dans l’esprit danois, la modestie est très présente. Ce qui compte, ce n’est pas de gagner, mais d’avoir participé. En 2010, le restaurant Noma, à Copenhague, est élu meilleur restaurant du monde. Lorsque René Redzepi, chef étoilé, décide d’emmener son équipe lors de la cérémonie de Londres, il s’aperçoit que son plongeur, d’origine gambienne, nécessite un visa spécial. Lorsqu’ils montent sur scène, toute l’équipe porte un tee-shirt à l’effigie de leur collègue. Voici un bel exemple de l’humilité danoise avec ce chef, resté humble de son succès, considérant que la réussite émane de chaque membre de l’équipe.

Hygge : le bonheur à la danoise

Hygge, qui signifie littéralement « amusant », désigne l’art de vivre à la danoise, qui combine bien-être, confort et vivre-ensemble. C’est aussi une atmosphère chaleureuse et réconfortante. Les moments doivent être simples pour pouvoir employer ce terme. Encore une fois, le luxe ne fait pas partie du concept qui accorde à la modestie un rôle fondamental. En d’autres termes : un film, un plaid, des bougies et toute la famille devant la télé ; c’est la définition claire du mot « hygge ».

La famille et les loisirs occupent une place importante dans la vie des danois. Ils quittent le travail à 17h, mangent à 18h et passent la soirée à s’occuper des enfants. Ils accordent une grande importance entre l’équilibre familial et professionnel. Par exemple, si un enfant tombe malade, le parent peut prendre un jour de repos sans que celui-ci ne soit décompté de ses jours de congés.

Pour résumer, la confiance que les danois s’accordent entre eux est la clé d’une bienveillance mutuelle. Les institutions gouvernementales ont créé une société d’égalité où chacun est heureux de participer pour aider son prochain. Enfin, l’éducation permet d’inculquer ces valeurs dès le plus jeune âge. Le Danemark reste donc sur le podium des pays les plus heureux du monde ! Et vous, rêvez-vous de visiter ce pays ?

Laisser un commentaire