fbpx

Ode au Glacier 1891

Ode au Glacier 1891

Il y eut Proust et il y a Bénédicte. Il y avait des mots, Proust en a fait des sensations, et moi je les mange en glace. Pour que l’histoire de la poésie gourmande se perpétue au-delà du Cercle des Amateurs satisfaits, je vous indique du bout de la cuillère une nouvelle adresse pour une vie plus délicieuse : celle du Glacier 1891 au 59 Rue du Faubourg Poissonnière à Paris.

Un parfum qui prend la température de ma langue.
Il fond, il envahit ma bouche et exalte.
Le fruit infusé s’envole de cette glace dans une fragrance inondée,
Poursuivant mes pensées au travers les souvenirs et les images colorées, de parfums délicieux.

Sucre doux entre deux textures tendres et troublantes,
Dans une ode qui ne veut plus s’arrêter,
Ma cuillère replonge dans le pot, dans l’étui froid.

Et j’attends quelques secondes que ma langue palpe encore
L’épaisseur crémeuse, une dernière fois, avant la prochaine,
Que l’instrument apporte avec frénésie.

Plaisirs et plaisirs encore,
De fruits et de goûts,
De textures et de sensations,
De corps et d’esprit.

Par Bénédicte.

Benedicte

Philosophe excentrique, Bénédicte vous cause de lifestyle, de tendances, de gastronomie, d'art et un peu sexo aussi. Et si vous cherchez un peu, vous trouverez un peu de philo, un peu partout.

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.