fbpx

Théâtre : Marivaux reprend de la soap

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur tumblr
Les Feux de l'Amour et du Hasard

Suite en émotions après avoir assisté aux Feux de l’Amour et du Hasard, du théâtre, de la Comédie Presque Française, au Palace, et je vous recommande vivement d’y aller avant qu’il n’y en ait plus (en décembre je crois).

De ce fait, je me demande si ce n’est pas l’interprétation la plus réaliste de ce Marivaux ?… Je… Je ne sais pas, je… Si, mais je ne sais… je suis si émuse que mille fois, ou plus, ou au moins une fois que je me suis interrogée. Mais alors est-ce que je n’entendais pas ce texte original que j’ai tant lu et relu en classe de 4e avec d’autres pièces de théâtre classique.

Evidemment, rien que le titre Les Feux de l’Amour et du Hasard dit ce qu’il a à dire. Et bien que je n’eusse jamais ri d’un théâtre de Marivaux avant (c.-à-d. en classe de 4e), là aujourd’hui je fus prise au jeu du marivaudevillage version feuilleton soap au premier degré qui vous plonge dans la réalité déroutante du tournage d’une Telenovela.

Alors oui, et c’est facile, et c’est évident, et c’est attendu, et c’est bon. De surcroit, mes abdos ont bien travaillé. Après la photo souvenir dans les bras d’un chairman Flanagan (vous comprendrez sur place), j’ai comme refermé un livre corné à toutes les pages, et je me suis déclarée : « Pour Marivaux, c’est fait. Il a été réécrit, relu, actualisé, révélé ».

Par Bénédicte, grande actrice pour elle-même

Laisser un commentaire