fbpx

Libertinage : à la conquête de ses désirs

Libertinage : à la conquête de ses désirs

Victime de ses clichés, le libertinage lui-même n’est plus aujourd’hui si libertin. Il est méconnu, confondu, et s’imposent à lui nombres de préjugés et idées reçues : le libertin est infidèle, il manque d’hygiène, n’est pas respectueux, etc. Pour mieux le comprendre, reprenons son étymologie. Le libertinage tire ses racines du latin, libertinus, employé dans la Rome antique pour désigner un esclave affranchi, libéré. Aussi, le libertin est originairement un Homme libre, assujetti des contraintes. La société moderne est-elle prête à reconsidérer le libertinage, lui redonner le sens de son étymologie ? Histoire, témoignages, questionnements, posons, ensemble, un nouveau regard sur le libertinage.

L’histoire du libertinage, en quelques mots

Le XVIIIème siècle connaît l’apogée du libertinage et forge la définition moderne à laquelle il est aujourd’hui associé. Sous les règnes de Louis XV et Louis XVI, le courant, jusqu’alors mesuré et philosophique, cultive son côté charnel. Liberté sexuelle affichée, nouvelles pratiques, exubérance, scandales (Marquis de Sade), le goût n’est plus à la mesure.
Aussi, ce siècle laisse sa trace dans notre présent, et colle au libertinage certaines étiquettes. Débauche, excès, démence. Pour autant, le libertinage n’a pas toujours eu ce sens. Alors, dans une société où la parole se libère de plus en plus, est-il possible de revenir sur les clichés liés au libertinage, et, pourquoi pas, de l’envisager ?

Témoignage d’un couple libre, le libertinage aujourd’hui

« Le libertinage ne se pratique pas seulement dans les clubs, il y en a pour tous les goûts, tous les âges. » Clara, 22 ans

Le libertinage est souvent confondu avec l’échangisme. Toutefois, être libertin, c’est simplement vivre sa sexualité de façon libérée, toujours dans le respect de l’autre. Le refus et le consentement en sont deux notions fondamentales. Un couple libertin peut ainsi s’adonner à l’échangisme, mais aussi à de nombreuses autres pratiques. Par exemple : le mélangisme (échanges entre couples limités aux caresses, baisers), le candaulisme (observer son partenaire avoir une relation avec une autre personne), ou encore le côte-à-cotisme (avoir une relation avec son partenaire à côté d’un autre couple).

Clara et Jules sont en couple depuis quatre ans. Dès le départ, ils se sont mis d’accord pour vivre leur amour de façon libre. Ils se considèrent en couple, mais sans l’exclusivité sexuelle. Aussi, ils s’autorisent à avoir des relations sexuelles avec d’autres personnes. Selon eux, la meilleure façon d’essayer ces nouvelles expériences est avec son conjoint. « Le faire avec son partenaire, ça permet de se sentir protégé car c’est une personne de confiance, donc t’as pas vraiment peur que ça se passe mal ».

Le jeune couple tient également à s’émanciper des clichés liés au libertinage. « Le libertinage ne se pratique pas seulement dans les clubs, il y en a pour tous les goûts, tous les âges. » Ils n’ont des relations sexuelles qu’avec des connaissances, des personnes de confiance. Ils préfèrent choisir des personnes de leurs âges, beaucoup de couples jeunes sont libertins.

Un amour plus fort ? « Si c’est bien géré, alors ça permet vraiment de donner un quelque chose en plus au couple et même parfois de renforcer le couple », témoigne Clara. Leur mot d’ordre : la communication. Chacun est toujours au courant des pratiques de son conjoint, et donne son accord. Le respect et le consentement, sont, selon eux, la base d’un couple libre.

Libertinage et féminisme

Le libertinage comprend-il une part féministe ? Il est complexe de répondre à cette question en quelques lignes. Toutefois, il est possible d’affirmer le pouvoir émancipateur et libérateur du libertinage. Il autorise le questionnement sur les fondements des identités de genre ou encore sur les orientations sexuelles. Dans son article, Libertinage d’hier et d’aujourd’hui. Entretien avec JeanBaptiste Del Amo, Michel Delon évoque le droit à « l’imaginaire et la liberté », permis par le libertinage. Au-delà encore, être libertin, c’est se poser des questions sur sa propre identité, ses propres désirs. Quels sont mes fantasmes, ai-je le droit de les réaliser, que révèlent-ils de moi ? Ces questionnements, ces expérimentations, sont un moyen de découvrir son corps, de le connaître, et par conséquent, de l’accepter davantage.

Comment se lancer ?

Logo de NousLibertins.com, plateforme dédiée à une pratique du libertinage plus facile

Peut-être, êtes-vous convaincu par les possibles vertus du libertinage, peut-être, même, aimeriez-vous l’essayer. Toutefois, entre le penser et le réaliser, le chemin reste compliqué. Alors, comment faire ? Il existe, depuis 2005, une plate-forme dédiée aux libertins : nouslibertins.com ! Nouvel adepte du libertinage, ou habitué, ce site saura vous satisfaire. En effet, il propose des rencontres très précises, en fonction des goûts et préférences de chacun : région, physique, profession, pratiques, fantasmes, etc. Également, la plate-forme offre ses conseils pour créer ses propres expériences en toute sécurité et sérénité. Plus qu’un simple site, un simple réseau dédié aux rencontres, Nouslibertins permet de créer de vrais liens et de vivre en toute impunité, son goût pour le libertinage.

Libéré, délivré

Ainsi, les idées reçues quant au libertinage se déconstruisent. Le libertin, comme son étymologie l’indique, est un Homme libre. Il suit ses désirs et ses fantasmes, sans tomber dans la démesure. Le respect des autres et de soi sont de primes, et les relations n’en sont que plus intenses. Alors, n’hésitez pas à écouter vos désirs, ceux de votre partenaires et vous laisser aller : libéré, délivré !

Trouvez ici un article, pour expérimenter davantage votre libertinage.

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.