fbpx

Les marques du groupe PUIG, dont fait partie Jean Paul Gaultier, renoncent à l’utilisation des peaux exotiques

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur tumblr
Les marques du groupe PUIG, dont fait parti Jean Paul Gaultier, renoncent à l'utilisation des peaux exotiques

Bonne nouvelle ! Après Chanel, c’est au tour des cinq marques de mode du groupe PUIG de renoncer à l’utilisation des peaux exotiques. On parle donc de Jean Paul Gaultier, de Paco Rabanne, de Nina Ricci, de Carolina Herrera et de Dries Van Hoten. Une nouvelle que la PETA s’est empressée de saluer.

C’est officiel. Le groupe de luxe PUIG a annoncé que ses marques de mode allaient cesser de produire des articles fabriqués à partir de peaux exotiques. Jean Paul Gaultier, Paco Rabanne, Nina Ricci, Carolina Herrera et Dries Van Hoten rejoignent donc la liste des marques ayant cessé l’utilisation des peaux de crocodile, de serpent et d’autres animaux exotiques. Une démarche louable que s’est empressée de saluer la PETA. Le groupe PUIG entend désormais « vouloir laisser un monde meilleur à la prochaine génération ». Le groupe en a d’ailleurs profité pour confirmer l’application immédiate de ces nouvelles mesures. Les accessoires en peaux exotiques actuellement vendus par les marques du groupe PUIG sont les derniers et ne feront pas l’objet d’un restockage.

Les marques du groupe PUIG, dont fait parti Jean Paul Gaultier, renoncent à l'utilisation des peaux exotiques
Une élevage de crocodiles destinés à l’industrie de la mode © Peta France

Défendre les animaux mais aussi protéger les hommes

Si ces mesures visent en premier lieu à préserver les animaux des cruautés qui leur sont infligées, elles présentent aussi des conséquences positives sur la santé publique. Selon les experts en la matière, la manipulation d’animaux dans des conditions insalubres serait propice à la prolifération des bactéries. Des conditions favorables à la propagation de virus comme cela aurait été le cas pour celui du Covid-19 qui serait issu d’un marché d’animaux vivants.

A lire également : Fashion Week et écologie, un duo incompatible ?

Une bonne nouvelle qui ne manquera pas de réjouir ceux qui concilient amour de la mode et défense des animaux. En adéquation avec les préoccupations actuelles, le monde du luxe se dirige petit à petit vers un avenir plus respectueux de l’environnement et de ses habitants. Si de nombreuses marques renoncent aux peaux exotiques, certaines ne se sont pas encore détournées de ces pratiques à l’image de Louis Vuitton et de Hermès. Au vu des engagements de leurs concurrents, serait-il possible que ces marques rejoignent le mouvement ? A suivre.

Laisser un commentaire