fbpx

Les différentes contraceptions non hormonales

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur tumblr
Les-contraceptions-non-hormonales

Vous en avez assez de prendre la pilule tous les jours ? Vous ne supportez pas ses effets secondaires sur votre santé ? C’est peut-être le bon moment pour passer à une contraception sans hormones. Découvrez ici tout sur la contraception non hormonales, les avantages ainsi que les inconvénients.

Contraception hormonale, quels sont les risques ?

La contraception hormonale a longtemps permis à de nombreuses femmes d’améliorer leur vie conjugale et familiale. Mais pour certaines femmes, ces méthodes contraceptives ont des effets secondaires, parfois graves. Les risques de thrombose, la prise de poids, les cancers et la perte de libido sont des risques souvent évoqués. En effet, les risques liés à l’utilisation de ces méthodes dépendent de l’âge, des facteurs génétiques et des antécédents médicaux. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il est vivement conseillé de consulter un gynécologue avant de déterminer le choix.

A lire également : Le stérilet en cuivre et le stérilet hormonal : lequel choisir ?

Les 7 contraceptifs non hormonaux réputés efficaces

Le DIU ou Dispositif intra-utérin

Le DIU, anciennement appelé stérilet au cuivre, est une méthode de contraception à long terme. Un médecin spécialisé, un gynécologue ou une sage-femme place ce dispositif sans l’utérus. Il contient du cuivre et peut s’utiliser pendant 5 ans. Le DIU constitue une bonne alternative pour les femmes qui cherchent une contraception non hormonale fiable. En effet, ce dispositif va empêcher les spermatozoïdes d’atteindre l’ovule. Dans le cas échéant, c’est-à-dire si un ovule est fécondé, le DIU va provoquer une inflammation des parois de l’utérus afin d’empêcher sa fixation.

Les méthodes naturelles de régulation des naissances

La régulation naturelle des naissances regroupe les différentes méthodes basées sur l’auto-observassions des changements du corps au cours d’un cycle menstruel. Ces méthodes ne font intervenir ni des moyens mécaniques, ni des médicaments hormonaux pour empêcher l’ovulation et/ou la nidation. Toutefois, la réussite de cette méthode se base sur l’engagement et la communication au sein du couple. Il faut également déterminer la période fertile (allant de 6 à 8 jours par cycle) et d’éviter les rapports sexuels durant cette période. Trois solutions s’offrent à vous dont la suivie du cycle menstruel, la mesure de la température corporelle basale et l’analyse des changements de la texture de la glaire cervicale. Si vous voulez utiliser la régulation naturelle des naissances, vous devez apprendre à connaître votre corps et à repérer votre période d’ovulation.

Le diaphragme contraceptif

Il s’agit d’un moyen de contraception mécanique, sous forme de barrière en latex ou en silicone, à utiliser pendant chaque rapport sexuel. A insérer dans le vagin avant chaque rapport sexuel, le diaphragme est réutilisable. Toutefois, il est conseillé de l’inspecter avant chaque utilisation afin de s’assurer de l’absence de fissures ou d’autres défauts. Pour que ce dispositif soit efficace, il ne faut le retirer que 6 heures après un rapport sexuel.

Les préservatifs

Les préservatifs figurent également dans la liste des méthodes de contraception non hormonales. Ils sont principalement utilisés pour se protéger des infections sexuellement transmissibles, mais aussi pour empêcher la grossesse non désirée. Il y a les préservatifs féminins et les préservatifs masculins, pour les hommes. A dérouler sur le pénis, les préservatifs masculins empêchent le passage des spermatozoïdes dans le vagin. Les préservatifs pour femme se placent à l’intérieur du vagin afin d’empêcher le passage des spermatozoïdes dans l’utérus.

Crédit photo : Maria Domnina – Pixabay

L’éponge contraceptive

L’éponge contraceptive est considérée comme une méthode barrière de contraception. Cette éponge en mousse de polyuréthane agit donc comme une barrière entre le col de l’utérus et les spermatozoïdes. C’est un dispositif à usage unique que vous pouvez insérer dans le vagin jusqu’à 24 heures avant le rapport sexuel. Pour qu’elle soit efficace, il est conseillé de l’utiliser avec un spermicide et de le retirer au moins 6 heures après un rapport sexuel. Il faut souligner que les femmes allergiques aux sulfamides ou aux spermicides ne peuvent pas utiliser cette méthode de contraception non hormonales.

La cape cervicale

Cette méthode de contraception non hormonales ne peut s’utiliser que sous prescription médicale. Il s’agit d’une coupe en silicone réutilisable à insérer dans le vagin, au maximum 2 heures avant un rapport sexuel. Ce qui la différencie du diaphragme, c’est que sa forme épouse celle du col de l’utérus. Comme les autres méthodes contraceptives sans hormones, la cape cervicale va empêcher le passage des spermatozoïdes vers le col de l’utérus. Elle permet également de prévenir les interactions médicamenteuses.

Les spermicides

Il s’agit d’une contraception sans hormone dont, il en existe différents types. Il y a ceux qui contiennent des produits chimiques et d’autres qui renferment des composants naturels. Les spermicides se commercialisent sous des formes variées comme les mousses, les crèmes ou les gels. Ils détruisent et rendent les spermatozoïdes inactifs afin d’empêcher l’ovulation. Les spermicides ne présentent aucun effet secondaire, mais peuvent causer des irritations. Ils s’utilisent seuls, mais pour optimiser leur efficacité, il est conseillé de les combiner avec les autres méthodes mentionnées contraceptives (cape cervicale, éponge contraceptive, diaphragme…).

A lire également : 5 questions pour tout savoir sur le patch contraceptif

Laisser un commentaire