Kevin Frayer/Getty Images

Confinement. Établissements scolaires fermés. Cinémas, salles de sport, boîtes de nuit sont fermés également. Le chef de l’État a appelé les français.e.s à limiter leurs déplacements pour « ralentir la propagation du coronavirus ». Mais alors, qu’en est-il des applications de rencontres ? Que vont devenir les célibataires, friand.e.s de dates, à l’heure du coronavirus ? Ô Magazine a mené sa petite enquête !

Des messages de prévention sur Tinder

« Votre bien-être est notre priorité numéro un » pouvons-nous lire sur l’application de rencontres Tinder. Ces messages invitent les utilisateurs et utilisatrices à rester prudent.e.s. Puis, les redirigent vers le site de l’OMS. Néanmoins, ce dernier n’a rien formulé au sujet des relations sexuelles. Nous savons qu’il vaut mieux éviter tout contact pour se saluer, alors échanger un baiser langoureux peut susciter quelques inquiétudes chez certain.e.s. 

Pour autant, cela ne semble pas inquiéter les responsables qui voient même la situation d’un oeil plutôt positif. En effet, devoir limiter les contacts physiques n’en serait que plus bénéfique pour les applications de rencontres. Pour Sean Howell, le co-fondateur de Hornet, il ne fait aucun doute que les personnes vont se tourner vers ces applications

« Je pense que nous allons constater des hausses du trafic, comme pendant les mois d’hiver. » 

a-t-il déclaré.
Le célibat à l'heure du coronavirus
Célibat et coronavirus sont-ils compatibles ?

Drague et coronavirus

Cette période de crise sanitaire a motivé une hausse du nombre de matchs et de propositions de rendez-vous. Pour Margaux, le virus ne change rien, elle essaye de ne pas y penser mais plutôt de s’en servir pour détendre la conversation. 

« J’avoue y avoir réfléchi et puis quand la date du rendez-vous se précise, on met une stratégie au point. On se rencontre avec un masque, on en rigole et on est plus vite détendu. »

Sarah a adopté une autre méthode, elle reste active sur l’appli pour discuter mais préfère attendre que la situation s’améliore pour faire de nouvelles rencontres.

« Je sais que j’ai autant de chance d’attraper le virus en côtoyant mes collègues au boulot mais je ne préfère pas prendre de risques en rencontrant un inconnu tout de suite. Ma vie amoureuse peut encore patienter quelques semaines. » 

Pour Dominique, c’est plus compliqué. Il ne voit pas le virus comme une occasion de faire des rencontres mais plutôt de s’éloigner. 

« Tu as déjà eu un date dans un centre commercial au rayon fruits et légumes ? En Belgique tout est fermé, vraiment fermé. Seuls les commerces de vivres peuvent être ouverts. Mais les cafés, les restos, les cinés, tout est fermé. Sinon, j’irais sans problème à ce rendez-vous ! » 

Les avis semblent mitigés du côté des utilisateurs et utilisatrices des applications de rencontres. Ce qui est sûr, c’est que les mesures prises sur la limitation des déplacements ont donné l’envie à certain.e.s de s’inscrire sur ces applis. Si beaucoup préfèrent profiter de la vie en sortant pour espérer rencontrer l’amour, d’autres sont plus prudent.e.s et restent à la maison pour le moment. Heureusement, certains sites porno sont en accès libre. 

Et n’oubliez pas : sortez couvert.e.s pas seulement pour lutter contre le COVID-19 mais aussi les IST ! Les préservatifs sont autant utiles que les masques !

Marie B.

Diplômée d'un master MEEF et création numérique, je travaille comme rédactrice pour le journal de la ville de Raismes. Curieuse de tout, je suis passionnée d'écriture et de photographie. Mes domaines de prédilection sont l'actualité et la sexualité.

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.