fbpx

Le plein essor du marché du vinyle

Source : Pinterest

Depuis quelques années, le marché de l’industrie musicale assiste à un phénomène paradoxal : alors que les ventes physiques (les CD, par exemple) sont en chute libre au profit du streaming, le vinyle semble faire son grand retour. 

En 2018, selon les chiffres du Syndicat national de l’édition phonographique (Snep), 3.9 millions de vinyles ont été vendus, contre 1,8 en 2016. En deux ans, les chiffres ont donc doublé. Comment expliquer ce nouvel engouement ? On fait le point. 

On pourrait d’abord croire que ce sont les nostalgiques des vieilles platines, ceux qu’on appelait les baby-boomers dans les années 1960/70 qui maintiennent ces chiffres élevés. Cette hypothèse est rapidement balayée par l’étude annuelle menée par le Snep. En effet, les deux tiers des acheteurs de 33 et 45 tours ont moins de 50 ans. Plus encore, la moitié des ventes de vinyles est représentée par des personnes de moins de 30 ans. Le vinyle attire ainsi un nouveau public, qui n’a pas forcément connu les vinyles : les Millennials

Un objet esthétique.

Nous pouvons alors émettre d’autres hypothèses qui viendraient expliquer le regain d’intérêt dont témoigne le marché du vinyle.

Dans un premier temps, on ne peut nier son esthétisme. Les vinyles sont de jolis objets qui viennent égayer n’importe quelle pièce de votre intérieur. Son côté rétro est, de plus, dans l’ère du temps. Force est de constater que le vintage est à la mode depuis quelques années. Et cela se répercute sur les chiffres de vente. On a pu remarquer le même engouement pour les appareils photos argentiques tels que les Polaroïds ou les cassettes audio, qui font également depuis deux ans, leur grand come-back. 

Les labels de musique l’ont bien compris et font des vinyles des objets de décoration à exposer. Effectivement, aujourd’hui, la plupart des disques 33 tours sont proposés en plusieurs éditions : la basique, le disque noir tel que le connaissaient nos parents et des éditions limitées, composées de disques colorés édités en un nombre restreint. Ils deviennent alors de véritables objets de collections, prisés par les fans de l’objet. 

En photo ci-dessous, le dernier opus de Lana Del Rey, Lust for Life, a bénéficié de nombreuses éditions limitées, hautement désirables pour les amateurs. Parmi celles-ci, cette version du vinyle existante en vert amande transparente et en forme d’un coeur rouge vif. 

Autre raison, la beauté de certaines pochettes de vinyles. Certaines pochettes sont aujourd’hui mythiques : la célèbre banane du Velvet Underground ou encore celle du Sergent Peppers des Beatles. Plus récemment, on peut citer les couvertures aux accents très psychédéliques de La Femme, Tame Impala ou encore des Black Angels. La pochette d’un disque fait ainsi partie des critères d’achat. 

Une qualité d’écoute jugée meilleure. 

Il serait toutefois un peu réducteur d’expliquer la nouvelle expansion des chiffres de vente du marché du vinyle à sa simple dimension esthétique. Un autre paramètre est à en prendre en compte : sa qualité d’écoute.

On s’attaque à un débat compliqué car très subjectif. D’une part, il y a ceux qui jugent la qualité du streaming plus précise, plus performante. D’autre part, ceux qui préfèrent le doux crachat du diamant de la platine sur le disque, susceptible d’être entendu entre les morceaux. Parmi les autres raisons d’une préférence du vinyle, on retient une écoute jugée moins parfaite mais plus subtile, renouant avec l’aspect physique de l’objet. Ce que ne peuvent reproduire les CD ou l’écoute streaming sur son téléphone. Il est important de souligner que notre expérience d’auditeur est complètement différente selon son choix d’écoute : streaming, CD ou disque. Plus encore, le son d’un vinyle peut même être différent selon le tourne-disque sur lequel il est joué. Chaque écoute est ainsi complètement différente. 

La cassette : un autre retour surprenant !

Parallèlement aux ventes de vinyles qui explosent, les cassettes audio font également un retour en force. Ce petit objet oublié que n’ont pas connu les personnes nées après 1995, semble aussi bénéficier d’une nouvelle popularité. Même si elle attire un public moins nombreux que le vinyle, la cassette audio est bel et bien présente sur le marché. En Bretagne, une entreprise s’est même spécialisée dans la production de cassettes ! Selon le rapport établi par Buzzangle, les ventes de cassettes ont explosé aux Etats-Unis (+ 19% en 2018) et en Angleterre (+125%!)

Phénomène de niche ou véritable engouement, il est encore trop tôt pour se prononcer. Cependant, on ne serait pas surpris de les voir ré-attérir en masse dans les rayons des disquaires. 

Source : Snep.

Pour répondre à la demande toujours plus nombreuse de vinyles, le groupe Fnac envisage même de créer un magasin entièrement dédié au marché du disque.

Un dernier conseil pour votre futur achat de disque ? Préférez les disques 180 grammes, de meilleure qualité. 

Tous nos articles de la rubrique “culture” ici.


Marie Courtois

Passionnée par l'écriture, mes sujets de prédilection sont la culture et la mode.

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.