Le consentement sexuel est l'accord qu'une personne donne à son partenaire au moment de participer à une activité sexuelle. Le consentement sexuel est libre et éclairée.

Tandis qu’en Alabama, mercredi 15 mai, les 25 élus américains décident l’interdiction quasi totale de l’avortement (même en cas d’inceste ou de viol). Il est nécessaire de rappeler ce qu’est le consentement sexuel. 

Le consentement sexuelest l’accord qu’une personne donne à son partenaire au moment de participer à une activité sexuelle. Le viol est l’acte par lequel une personne est contrainte à un acte sexuel par la force, la surprise, la ruse ou, plus largement sans son consentement.

Pour commencer, Le consentement signifie que les deux personnes donnent de façon libre et éclairé leur accord. Elle a dit oui, il a dit oui, ils ont dit oui. Par conséquent, si le choix n’est pas donné de façon volontaire, c’est un viol. Si la personne n’est pas consciente, c’est un viol. Si la personne dit oui puis qu’elle décide que c’est non et que tu continues, c’est un viol. Aux yeux de la loi, il n’existe pas de façon précise d’exprimer son consentement. C’est avec la parole, ou le comportement, ou les deux qu’on le donne.

Ensuite, il est indispensable de s’assurer que l’autre en a vraiment envie : une personne ne doit pas se sentir prisonnière d’un acte sexuel. On ne dit pas oui pour faire plaisir ou par peur de décevoir. La sexualité se vit seul, à deux ou à plusieurs, avec le totale accord et l’envie de chaque individu.

En Irlande, lors d’un procès pour viol sur mineure, l’avocate de l’accusé pour le défendre a présenté le string de la victime. En effet, selon elle, le sous-vêtement est la preuve que la jeune femme consentait à ce rapport. Or les vêtements ne sont pas un signe de consentement, chaque femme est libre de porter ce qui lui plait. Rien ne justifie un viol. Pourtant l’accusé a été lamentablement déclaré  non coupable et a été acquitté par le tribunal le 6 novembre 2018. Suite à cette affaire, le 13 novembre 2018, la députée Ruth Coppinguer a brandi un string au parlement irlandais et a dénoncé ainsi l’humiliation et la bêtise de la décision finale. Quant aux femmes, elles sont des milliers à avoir réagit. Manifestations dans les rues et tweets incessant avec le hashtag #thisisnotconsent accompagné par une photographie de leurs sous-vêtements. 

Ce procès témoigne d’une grande injustice et de l’absurdité dont l’homme peut faire preuve à l’égard de la femme. En effet, un vêtement n’a encore jamais parlé et dit oui. Il est nécessaire de rappeler que le consentement est un accord commun fondé sur le respect et la confiance.  N’hésite pas à partager ton point de vue et à rappeler à chacun l’importance du consentement.