fbpx

Le compostage domestique : un geste simple et écologique du quotidien

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur tumblr

Le compostage, familièrement appelé « compost », obtenu par la décomposition de déchets organiques, est le processus de formation d’un engrais naturel idéal pour les plantes du jardin. Et pas seulement ! Si vous habitez en appartement et que vous avez mal au cœur en jetant vos épluchures de pommes, carottes ou autres déchets verts, le compostage est aussi fait pour vous. Il vous permettra de nourrir vos potagers ou vos plus belles plantes extérieures comme intérieures.

Le compost mûr représente l’état final de la transformation des déchets ménagers naturels, dits organiques. Il est par la suite utilisé pour nourrir les végétaux sur lesquels il va être versé. Arrivé à maturation, le compost dégage une odeur boisée qui n’est pas désagréable. Il ressemble au terreau. On l’obtient par l’action de micro-organismes (microbes, bactéries et champignons) ou macro-organismes (insectes ou vers de terre) qui attaquent les déchets organiques et les transforment en humus.

Faire son compost permet de réduire les déchets de 30%. Pratique et écologique donc ! En moyenne, trois kilogrammes d’ordures organiques produisent un kilogramme de compost domestique. Qui plus est, fabriquer cet humus domestique s’avère très simple ! Il faut veiller à y introduire les bons déchets organiques (on prend rapidement le coup de main) et miser sur l’humidité et l’oxygénation.

Comment composter dans un jardin ?

Deux choix principaux s’offrent à vous. Premièrement, vous pouvez opter pour un bac à compost, carré de bois ou de plastique. L’autre solution est de former un ou plusieurs tas directement sur le sol. Chacun possède ses avantages et ses inconvénients. Le tas nécessite peu d’entretien mais n’est pas très esthétique et subira une décomposition plus lente (de six mois à un an) tandis que le bac permet une décomposition plus rapide (de 4 à 5 mois), est relativement à l’abri des animaux mais nécessite un entretien plus régulier. En effet, si le bac pour lequel vous optez ne possède pas d’aération, il faut le remuer régulièrement et l’humidifier pour que la matière ne sèche pas.

Comment composter en appartement ?

Sur un balcon, le rebord d’une fenêtre ou même en intérieur, il est tout à fait possible de créer son composteur miniature. Vous pouvez fabriquer le contenant vous-mêmes, réinvestir une boîte que vous possédiez déjà ou acheter un composteur miniature. De nombreux sites internet ou magasins de jardinerie proposent tous types de composteurs d’appartement. On peut notamment investir dans des lombricomposteurs (qui agissent de pair avec des lombrics) ou dans de petits composteurs de cuisine qui ne feront pas tache dans votre décoration.

Étant donné la proximité avec le lieu d’habitation, certains déchets sont à éviter pour se prémunir d’odeurs désagréables. Les épluchures d’oignons ou ails rejettent par exemple une odeur peu appréciée lors de leur décomposition.

Quels sont les déchets que l’on peut jeter au compost ?

Pour retenir, il faut tout simplement se rappeler que le compostage est un processus mené par l’Homme pour obtenir un humus home made. Alors, si vous avez un doute, partez du principe que vous ne pouvez pas jeter ce que vous ne jetteriez pas non plus dans la nature. Vous pouvez utiliser :

  • Des déchets d’origine végétale : les épluchures de fruits ou légumes (en évitant les agrumes ou en très petite quantité), des restes de fruits gâtés, du gazon tondu (que l’on a, si possible, fait sécher pour réduire son humidité), des fleurs, des feuilles, du foin…
  • Des déchets d’origine animale : Des coquilles d’œufs écrasées.
  • Quelques déchets ménagers : De l’essuie-tout ou des mouchoirs en papier humides, marc de café ou sachets de thé non agrafés.

Les produits laitiers, le pain et les déchets d’origine animale tels que les poissons, les crustacés, les abats ou les os sont à éviter, de même que les végétaux malades, qui pourraient transmettre leur maladie. Pour un compostage optimal, on parle d’un ratio 1/3 de « déchets de cuisine » et 2/3 de « déchets de jardin ». Une astuce pour accélérer le processus : placer quelques orties fraiches.

Diversité, brassage et humidification : le trio gagnant

En résumé, il faut se rappeler de ce triptyque, pour voir s’épanouir votre compost maison :

  1. Déposez-y les bons déchets. Plus vous apportez de la variété (déchets humides, déchets secs…) à votre composteur, mieux il se portera !
  2. Mélangez-le pour le réoxygéner. Surtout les premiers mois, de manière à démarrer son développement. Un brassage deux fois par mois suffira par la suite.
  3. Humidifiez-le. Cette étape est nécessaire pour que votre compostage ne sèche pas. La pluie s’en charge naturellement pour un compost en extérieur exposé aux intempéries. Il faudra cependant veiller à ce qu’il ne soit pas noyé dans l’eau.

Simple, écologique et pratique, de bonnes raisons de recycler ses déchets ménagers organiques ! Si l’on parle ici de « compostage domestique », il existe d’autres composteurs à plus grande échelle. Certaines communes ont mis en place un système de compostage municipal. Peut-être pouvez-vous en trouver tout près de chez vous !

Pour aller plus loin, retrouvez d’autres conseils pour diminuer vos déchets au quotidien.

Laisser un commentaire