fbpx

La Vierge Marie de Lourdes

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur tumblr

« Je suis l’Immaculée Conception ». C’est à sa 16e Apparition que Marie révèle son identité par ces mots à Bernadette qui la lui avait demandée plusieurs fois. Bien plus qu’un simple patronyme, ce nom représente le sommet des 18 apparitions dont a été témoin Bernadette. Aujourd’hui, ce sont plusieurs millions de pèlerins et de malades qui viennent à la grotte de Massabielle près de Lourdes, là où ont eu lieu les Apparitions. Chaque année et venant du monde entier, ils viennent prier Notre-Dame de Lourdes pour obtenir le soulagement de leurs peines et la grâce de la conversion. Découvrez ici tout ce qu’il y a à savoir sur le culte de la Vierge Marie de Lourdes.

La statue de Notre-Dame-de-Lourdes

Apparition mariales à Lourdes

Jeudi 11 février 1858, Bernadette sort ramasser du bois près de la grotte de Massabielle, accompagnée de deux autres jeunes filles. Arrivée à destination, elle voit dans une lucarne de la grotte une « belle dame » qu’elle surnomme Aquero (quelque chose). Lorsqu’elle en parle à ses parents, ces derniers lui interdisent formellement d’y retourner. Bernadette parvient toutefois à les convaincre et y retourne avec d’autres enfants le dimanche. Elle revoit « Aquero ». Lors de toutes les Apparitions suivantes, une foule de plus en plus nombreuse formée d’un mélange de curieux et de dévots se joint à la jeune fille.

La foule grossissant de plus en plus, la police craint un trouble à l’ordre public et intervient. Elle fait alors pression sur Bernadette pour qu’elle arrête d’aller à la grotte. Cette dernière refuse et continue d’y aller avec à sa suite une foule toujours plus grandissante. Les Apparitions se succèdent et donneront lieu, bien plus tard, à de fidèles reproductions comme celles présentes sur cette boutique religieuse dédiée aux statues de la Vierge Magie apparaissant à Sainte Bernadette. Lors de ces manifestations, la Vierge demande à Bernadette d’être sa messagère et d’œuvrer à la conversion des pécheurs. Elle lui demande également d’établir un lieu de pèlerinage et de prière.

Le 4 mars de la même année, plus de 8000 personnes sont rassemblées de part et d’autre de la jeune femme. Elle est ensuite plusieurs fois interrogée devant des médecins et le procureur, dans le but d’évaluer sa santé mentale. Les Apparitions commencent alors à s’espacer. C’est le 16 juillet que Bernadette verra « la Sainte Vierge »pour la dernière fois. Les autorités civiles font alors interdire tout accès à la grotte et verbalisent même les contrevenants.

De grandes personnalités politiques viennent toutefois voir la grotte et parfois même Bernadette. Finalement, le 5 octobre, Napoléon III autorise la réouverture de la grotte, permettant ainsi aux fidèles de perpétuer le culte qui y était rendu.

Enquête et reconnaissance officielle

L’évêque du lieu, Mgr Laurence rassemble une commission de théologiens. Il interroge personnellement Bernadette et, pendant 3 ans et demi, il fait enquêter sur les Apparitions de la Vierge Marie et des supposés miracles. Le 18 janvier 1862, l’évêque de Tarbes publie après le rapport de la commission d’enquête un mandement.

Celui-ci déclare : « Nous jugeons que l’Immaculée Marie, Mère de Dieu, a réellement apparu à Bernadette Soubirous, le 11 février 1858 et les jours suivants, au nombre de dix-huit fois, dans la grotte de Massabielle, près de la ville de Lourdes ; que cette Apparition revêt tous les caractères de la vérité, et que les fidèles sont fondés à la croire certaine »

En 1907, le calendrier liturgique accueille une nouvelle fête : « Notre Dame de Lourdes », à la date du 11 février. Au cours du siècle, Bernadette Soubirous est canonisée.

Influence religieuse

En septembre 1861, le diocèse achète les terrains entourant la grotte et qui composent aujourd’hui le sanctuaire de Lourdes. Les travaux de construction de la basilique de l’Immaculée-Conception de Lourdes commencent en octobre 1862. Elle est construite suivant les plans de l’architecte français Hyppolite Durand. La construction se termine en 1871 et l’église est consacrée en 1876.

En 1883, les travaux de construction d’un nouvel édifice débutent. C’est la Basilique Notre-Dame-du-Rosaire, réalisée suivant les plans du célèbre architecte Léopold Hardy. Elle est construite afin de répondre au manque de place dans la première église et de contenir l’affluence débordante des pèlerins. Le plus gros du travail se termine en 1889, mais les tout derniers éléments décoratifs sont disposés en 1923. C’est en 1901 qu’elle est officiellement consacrée.

En 1956, toujours dans le but de contenir l’affluence des fidèles sur le sanctuaire de Lourdes, une nouvelle église est mise en construction. Il s’agit de la Basilique Saint-Pie X, encore appelée basilique souterraine. Sa construction s’achève en mai 1958 et elle est consacrée dans la même période.

Le sanctuaire de Lourdes continue d’accueillir plusieurs millions de visiteurs et de pèlerins par an. À ce jour, il est le sanctuaire catholique le plus important du pays.

La statue de Notre-Dame-de-Lourdes

Dès 1958, l’année des Apparitions, une statuette en buis est posée dans une niche de la grotte, à l’endroit où est apparue la Vierge. En 1864, elle est remplacée par une statue plus grande, en marbre de Carrare. Bernadette malade, elle ne peut assister à la cérémonie d’inauguration. La statue est offerte par deux dames originaires de Lyon, les demoiselles Lacour. Mgr Laurence confie sa réalisation à Joseph Fabisch, professeur de sculpture à l’école des beaux-arts. Ce dernier fait le déplacement à Lourdes et s’entretient avec Bernadette afin que la statue soit la plus ressemblante possible. Très vite, les célèbres paroles « Je suis l’Immaculée Conception » de la Vierge y sont inscrites.

En 1956, l’inscription est réécrite en langue bigourdane par le chanoine Salvat. En effet, c’est dans cette langue que s’est adressée la Vierge à Bernadette. En 1996, la statue est descendue pour la première fois pour restauration. L’inscription française est finalement enlevée. Seule subsiste celle bigourdane, que plusieurs pèlerins confondent avec de l’espagnol.

Le culte de la Vierge Marie de Lourdes dans le reste du monde

Notre-Dame de Lourdes abrite le lieu de référence de la dévotion, à savoir le sanctuaire de Notre-Dame de Lourdes. Toutefois, une multitude d’églises, de sanctuaires et de répliques de la grotte de Lourdes sont nées dans le monde entier :

  • basilique Notre-Dame-de-Lourdes de Nancy (France) ;
  • basilique Notre-Dame-de-Lourdes à Egedem (Belgique) ;
  • basilique Notre-Dame-de-Lourdes de Bobo-Dioulasso (Burkina-Faso) ;
  • cathédrale Notre-Dame-de-Lourdes de San (Mali) ;
  • cathédrale Notre-Dame-de-Lourdes de Casablanca (Maroc) ;
  • cathédrale Notre-Dame-de-Lourdes de Florencia à Florencia (Colombie) ;
  • cathédrale Notre-Dame-de-Lourdes de Canela (Brésil) ;
  • cathédrale métropolitaine Notre-Dame-de-Lourdes de Thrissur (Inde).

Depuis 1858, 70 guérisons miraculeuses ont été déclarées à Lourdes. La ville possède un charisme évident et arrive à rassembler d’immenses foules pour des processions mariales (dès 1872) et pour des processions eucharistiques (dès 1888). Dans une société définie par le rationnel, Lourdes répond grâce aux Apparitions qu’elle a abritées en acceptant l’inexplicable.

La femme française en quatre clichés
Actu société

La femme française en quatre clichés

Toujours élégante et stylée, libérée sexuellement, mince en mangeant tout ce qu’elle veut… les stéréotypes sur la femme française sont nombreux. A l’international, ce mythe fait vendre des centaines de milliers d’ouvrages et de magazines. Décryptage de ces clichés étrangers sur la femme française.

Lire la suite »

Laisser un commentaire