fbpx

Julia Chanourdie : la grimpeuse monte une falaise cotée 9a+

À 24 ans, Julia Chanourdie a trouvé les hauteurs parmi les meilleures. Le 13 mars, la jeune française réalise l’exploit d’avoir franchie une falaise évaluée 9a+, c’est-à-dire, un degré de difficulté élevé en escalade. Qualifiée pour les Jeux Olympiques à Tokyo reportés, elle écrit son nom dans l’histoire de la discipline chez les femmes. Retour sur cette montée exceptionnelle de la Française. 

Julia Chanourdie en pleine action. (Source photo : Jocelyn Chavy)

Sur les hauteurs du Super Crackinette 

Sur la falaise du Super Crackinette dans le Vaucluse. (Source photo : Raphaël Fourau)

En provenance de Haute-Savoie, Julia Chanourdie accomplit une grande performance à la suite d’une montée exceptionnelle à Saint-Léger-du-Ventoux. Surnommée le Super Crackinette, cette falaise du Vaucluse possède une véritable cote dans le monde de l’escalade. Pour cause, sa montée s’évalue à une hauteur de vingt-cinq mètres. Comme le Tchèque Adam Ondra, de nombreux grimpeurs se sont essayés à cette difficulté réputée. Par ailleurs, le Super Ckackinette appartient aux voies de neuvième degré (9a +). Dans cette cotation, on y trouve le Tinipi en Malaisie, Flex Luthor aux États-Unis, Orujo en Espagne ou encore La Madone à Lourmarin. 

L’exploit grandissime de Julia Chanourdie 

Dans sa jeune carrière, la jeune escaladeuse a fait des étincelles à l’image de sa qualification pour les Jeux Olympiques à Tokyo. En novembre dernier, elle décroche son billet olympique grâce à sa sixième place au tournoi de qualification. Depuis son titre national lors de la difficulté en 2018, Julia Chanourdie fait partie des talents d’exception dans l’escalade française avec notamment les frères MawemFanny Gibert ou Anouck Jaubert. La montée de cette falaise cotée à 9a+ en est la preuve. Une première pour une Française ! 

Gravir le Super Crackinette était une ascension programmée dans le cadre de sa préparation olympique pour Tokyo. Pendant 17 jours, elle s’est entraînée afin d’améliorer son endurance et sa puissance. En énorme forme, la Haut-Savoyarde entreprend cette falaise 9a+ en deux tentatives pour entrer dans l’histoire de la discipline chez les femmes. En effet, elle est la troisième grimpeuse à réussir une voie d’une cotation 9a + dernière la première Margo Hayes (La Rambla en Espagne, en 2017). Anak Verhoeven réussit deux voies 9a+ : Sweet neuf à Presles en septembre 2017 et Joe Mama en Espagne en septembre 2019. Julia Chanourdie a effectué d’autres ascensions pour avoir un tel niveau. 

Elle collectionne les ascensions de prestige comme son premier 9a sur Ground Zero au Toit de Sarre en mars 2017. Ensuite, elle récidive avec Molasse’son sur la falaise de Mollans-sur-Ouvrière et accomplit son troisième 9a, La cabane au Canada, en Suisse. Un véritable tableau de chasse en haute montée pour elle. En outre, l’Autrichienne Angela Eiter, multiple championne du monde, fait sensation en venant à bout du premier 9b féminin en 2017. Elle a affronté avec succès La Planta de Shiva à Villanueva del Rosario en Espagne. Une performance qui témoigne du niveau excellent des femmes dans la discipline. 

Un Regard sur le niveau ascendant de l’escalade féminine

La Slovène Janja Garnbret, star actuelle de l’escalade féminine. (Source photo : Nascas.si)

Au début des années 90, il y a eu une forte augmentation de pratiquantes en escalade. Les grandes grimpeuses Lynn Hill, Robyn Erbesfield-RaboutouJosune Beneziartu traduisent cet élan féminin dans la discipline. Par la suite, certaines françaises se sont distinguées an haut niveau à l’image d’Isabelle Patissier, Nanette Raybaud ou bien Liv Sansoz. À l’instar des sports extrêmes, l’escalade s’illustre par une jeunesse éclatante qui prend le pas sur l’expérience. En effet, on a pu remarquer la précocité d’Ashima Shiraishi ou Laura Rogora sur des falaises réputées. En ce moment, une surdouée tient la tête d’affiche chez les femmes. 

Aujourd’hui, la star de la grimpe mondiale est une très jeune slovène : Janja Garnbret. Elle illumine la discipline alors qu’elle n’a que 21 ans. La raison ? elle a dominé de la tête au pied la Coupe du Monde 2019. Garnbert conclut cette saison avec une première place au classement général au bloc et en difficulté. De plus, elle a anéanti la concurrence lors des Championnats du monde à Hachiōji, au Japon : titrée au bloc, en difficulté et au combiné format olympique. Au total, la Slovène amasse 6 sacres mondiaux, 7 titres européens et 8 victoires en coupe du monde toutes épreuves confondues. Une future légende de la grimpe !

Julia Charnoudie fait partie des meilleures au monde suite à sa cette montée prestigieuse sur le Super Crackinette. Par ailleurs, elle pouvait espérer, une médaille sur la difficulté, aux Jeux Olympiques dans le pays du Soleil Levant. Dans ce début de carrière claquant, la Française contribue à cette histoire récente de l’escalade féminine. Les pionnières Hill ou Beneziartu ont influencé de nombreuses femmes à pratiquer ce sport. Ajourd’hui, Janja Garnbert incarne la domination de la jeunesse et devient le nouveau visage de la discipline. 

Lisez les articles en tendance sur Ô Magazine :

Partir surfer en Australie fait par la rédaction

5 conseils pour faire du sport à la maison rédigé par Anissa El Bakkal

Les aliments à éviter pendant le confinement écrit par Pascale Luissint

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.